] TERA : Naissance d’un bébé éléphant dans le Lot-et-Garonne - Chartes - écolieu, oasis et habitats
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Chartes - écolieu, oasis et habitats participatifs
TERA : Naissance d'un bébé éléphant dans le Lot-et-Garonne :

le 11 janvier

TERA : Naissance d’un bébé éléphant dans le Lot-et-Garonne

Tera est un projet de développement territorial qui vise à créer un écosystème coopératif pour relocaliser à 85% la production vitale à ses habitants, abaisser son empreinte écologique à moins d’une planète, valoriser cette production en monnaie citoyenne locale, émise via un revenu d’autonomie d’un euro supérieur au seuil de pauvreté pour chacun de ses habitants.

Objectifs de Tera

Redessiner la démocratie La citoyenneté de ses habitants s’exercera au travers d’une gouvernance partagée favorisant la contribution de chacun aux prises de décisions.

Améliorer le bien-être & le vivre ensemble La santé et le bien-être primeront sur toutes les décisions politiques. Des outils de fonctionnement collectif et de gestion des conflits seront déployés pour assurer les meilleures conditions possibles de vivre-ensemble.

Produire localement le nécessaire La souveraineté alimentaire sera assurée par une production locale. Les solutions de logement, de production d’énergie, d’approvisionnement en eau et d’assainissement seront auto-élaborées. Une mobilité en partage sera mise en place. La conception de ces systèmes locaux s’appuiera notamment sur la permaculture.

Habiter durablement Les espaces de vies seront conçus de manière écologique et résiliente, prioritairement à partir de matériaux locaux. L’aménagement paysager et l’intention architecturale permettront leur intégration dans le paysage. De plus ils respecteront l’écosystème grâce à des modes de vie sobres et à l’usage d’énergies renouvelables.

Mutualiser les ressources La libre circulation des personnes, des biens et des informations sera conçue dans une logique optimale de partage entre les citoyens. Le système économique s’inspirera entre autres de l’Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération pour mettre au point des solutions intégrées de partage des ressources et favoriser l’économie circulaire.

Choisir ses activités Afin que chaque habitant de Tera puisse choisir ses activités, il sera destinataire d’un revenu d’autonomie : un revenu de base inconditionnel versé au maximum en monnaie citoyenne locale. Ce revenu sera fondé prioritairement sur la valorisation des activités économiques et culturelles locales qui assureront les besoins fondamentaux des habitants du village : habitat, énergie, eau, alimentation, mobilité partagée et information. Un développement économique soutenable et un renforcement de la cohésion sociale seront alors à nouveau observables dans le territoire de vie de son implantation.

Évaluer et partager les connaissances A travers l’expérimentation, l’accueil, un conseil scientifique et des formations, nous essaimons de façon continue notre expérience et nos compétences pour faire évoluer les organisations et les territoires.

Nouvelles de janvier 2021 : La naissance d’un bébé éléphant

Tera réunit ses adhérents pour l’Assemblée générale de 2020 Nous avons attendu l’automne pour organiser l’assemblée générale 2020 : il était important pour nous de pouvoir la faire en présentiel, tellement la convivialité et les belles rencontres font partie du programme autant que la validation des rapports officiels. Et nous n’avons pas été déçus, car malgré le climat particulier dû aux contraintes sanitaires, ce fut comme d’habitude un très chouette moment qui nous a réchauffé le cœur. Nous avons atteint les 100 participants sur l’ensemble du week-end, dont certains venaient de loin.

Les présentations du rapport moral et du rapport d’activités, nous ont rappelés que 2019 fut l’année de "l’accouchement de l’écosystème" : de nouvelles structures prennent corps autour de l’association Tera pour prendre en charge différentes fonctions : la Coop du Tilleul autour de la ferme de Lartel et de la fonction "s’alimenter", les Amis de Lustrac autour du projet de quartier rural à Trentels et de la fonction "habiter", la SCI le Tilleul et le fonds de dotation Solidarité pour un développement humain (dont nous détaillons les missions dans des articles dédiés, dans cette lettre d’information et dans la précédente). Il reste maintenant à redéfinir quelles sont les fonctions de l’association Tera au sein de cet archipel, et à repenser les articulations et la gouvernance.

Autre nouveauté de cette année, la construction d’une comptabilité écosystémique, que nous a présentée Fred en même temps que le rapport financier de l’association. Son intérêt est de piloter la création, la répartition et le développement de la valeur monétaire créée au sein de l’écosystème Tera.

Evidemment, le bébé éléphant qu’est maintenant Tera reste fragile, et de nouveaux défis se présentent à nous : comment actualiser nos outils de coopération pour continuer à faire cohésion à l’échelle de l’écosystème, comment créer une organisation du travail soutenant la diversité des formes d’engagements (professionnels, informels, bénévoles), comment faire face aux difficultés, rebondissements et ajustements inhérents à notre projet. Nous sentons que nous sommes face à une nouvelle croisée des chemins, et avons décidé d’organiser un séminaire cet hiver pour rassembler les membres actifs, revenir à la raison d’être et aux objectifs du projet et aux positionnements de chacun, afin de définir une stratégie et des priorités.
Le nouveau conseil d’administration portera cette période de transition (encore une !) jusqu’à l’AG 2021. Vous pouvez trouver sa composition dans le compte-rendu, ainsi que les synthèses des ateliers qui ont eu lieu le dimanche après-midi.

Et enfin, une nouveauté est venu secouer nos habitudes : la création du collectif des Ami.e.s de Tera (présenté dans un article plus bas), dont 2 membres participent maintenant aux réunions du conseil d’administration. En voilà une bonne surprise :)

Marie-Hélène

Métaphore : l’éléphant et les aveugles

Six aveugles devant décrire un éléphant l’abordèrent chacun par une partie différente : la trompe, les oreilles, une défense, la queue...
Chacun mettait des mots différents sur ce qu’était pour lui cet animal étonnant : semblable à un gros serpent, à un chasse mouche, un os, une corde... (décryptage de la fable)
Nous nous sentons parfois nous aussi surpris de la forme que prend l’écosystème Tera année après année. Nous cheminons pièce par pièce, structure par structure, Terian par Terian, chacun pouvant choisir une porte d’entrée différente. L’essentiel est de nous retrouver régulièrement pour connecter nos visions !

C’est maintenant au tour de la Coop de faire son AG

Ça y est, l’assemblée générale 2020 de la Coop du Tilleul a eu lieu. Pour ceux qui ne le savent pas encore, la Coop du Tilleul est, contrairement à Tera, une association à but lucratif. Elle a pour raison d’être le soutien matériel et administratif à des activités respectueuses des humains et de la nature, afin de contribuer à créer un tissu social et économique favorisant l’autonomie du territoire et répondant aux besoins de ses habitants. Cette année, de nombreuses activités ont été soutenues par la Coop.

Voici quelques exemples :
L’activité Boulange, portée par Lisa, a bénéficié de fonds gérés par la Coop pour financer un atelier de transformation et tous ses équipements. L’activité Maraîchage investie par Simon, dispose d’un hectare de parcelle, de matériel et des locaux nécessaires à son fonctionnement. La Coop lui permet aussi, grâce à une activité en développement, le garde-manger, de vendre le fruit de sa production aux habitants.
Des subventions reçues par la Coop ont permis la mise en place d’une cuisine toute neuve et d’équipements pour accueillir les habitants mais aussi nos visiteurs et volontaires (activité Gîte) et l’activité Transformation insufflée par Julie et dont les produits étoffent le réseau de distribution local.
La Coop est aussi prête à soutenir de nouveaux projets comme l’atelier de menuiserie d’Hélène ou la production de spiruline par Francesco. Elle est un acteur clé de l’écosystème, qui travaille désormais à mettre en lien les producteurs, les mangeurs, les collectivités locales, les investisseurs... pour structurer l’offre et la demande de produits et services locaux répondant aux besoins du territoire. Ce faisant, la Coop permet de créer des synergies entre les habitants, les porteurs d’activité, les volontaires et Tera et favorise la revitalisation de notre territoire.

Laura

Les Ami.e.s de Tera, une émergence prometteuse !

Lors de la dernière assemblée générale de Tera, le collectif « les Ami.e.s de Tera » s’est spontanément créé, rassemblant une vingtaine d’adhérentes et d’adhérents qui souhaitaient alléger la charge de travail des porteurs de projets de l’association.
Cette dynamique a fédéré plus de 50 personnes le 20 novembre 2020, lors de la première réunion en visioconférence du collectif. Un groupe « cœur » s’y est constitué, il se réunit régulièrement pour préparer les rencontres en plénière et élaborer l’organisation la plus adaptée en termes de gouvernance, de prise de décisions, de communication.

Tout est à construire, ensemble, pour mettre nos compétences, nos savoir-faire et nos énergies au service de Tera.

Pour l’instant, 3 axes nous animent :

 Recenser toutes nos compétences et les inscrire dans un tableau partagé pour que Tera puisse s’en saisir si besoin ;
 Mettre en place un soutien financier pour accompagner les porteurs de projets et leur permettre d’optimiser leur temps et leur énergie ;
 Sur le terrain, faciliter les activités qui ont besoin de soutien en organisant des journées de chantier pour alléger la charge de travail et tisser des liens, dans un esprit de partage et de fraternité.

Plusieurs chantiers maraîchage ont déjà été organisés par « les Ami.e.s de Tera ». Nous étions en moyenne entre 10 et 18 personnes, de 15 mois à 74 ans. La serre et les planches étant préparées pour l’hiver, Chaabi, le maraîcher, prend enfin des vacances bien méritées. Charlène, responsable du jardin biodoux et créatrice de tisanes, a sollicité le groupe pour refaire les barrières et créer un mandala de fleurs.

Nous sommes en cours de réflexion sur le nom du collectif afin qu’il fasse l’unanimité.

Nous avons besoin de vous pour développer nos actions, que vous habitiez à 1000 ou à 10 kilomètres. Alors, si vous aussi, Tera vous fait rêver et que vous pensez qu’un monde meilleur est possible en écoutant son cœur, venez nous rejoindre. Vous pouvez nous contacter à cette adresse en précisant votre situation géographique : florence.humbert2[@]orange.fr

A plusieurs, on est toujours plus fort.
A très vite !

Laurence

Les aventures de l’Accueil

Cette année nous avons tenté un nouveau rythme d’accueil. Des semaines « chantiers » ont vu le jour et ont permis cet été de donner un coup de boost aux différentes activités.

Originaires de partout en France, de tous âges, une quinzaine de personnes venaient ensemble pour une semaine dédiée au travail de la ferme, maraîchage, tisane, forêt jardin, entretien du lieu.

Nous avons partagé valeurs, idées, coup de mains, coups de soleil, chants, blagues, soirées musique autour du feu. Il s’est créé dans ces moments particuliers une forme de « communauté éphémère » nous reliant tous pour quelques jours telle une famille. Inconnus le lundi, frères et sœurs le dimanche, se séparant à chaudes larmes.

En dehors de ces chantiers nous avons pu recevoir des volontaires en « immersion », qui venaient de manière plus longue et plus profonde découvrir le projet, riches de leur histoire unique, compétents et drôles, ils nous ont apportés spontanéité et joie de vivre.

Les visites groupées ont pu se dessiner sous une nouvelle formule, non plus un mais deux jours pour découvrir le projet sur la ferme et à travers historique, modèle économique et juridique, gouvernance et gestion des conflits : les week-ends qui se sont succédé tous les quinze jours de l’été à l’automne. Permettant des rencontres, des soirées festives, musicales et spontanées, selon les voyageurs et leur talents.

... Puis le confinement nous a fait fermer nos portes à nouveau fin octobre.

En attendant la reprise des week-ends de visites, des présentations en visio sont maintenant organisées pour les plus téméraires. C’est la réponse que nous donnons actuellement aux nombreuses demandes qui ne cessent de nous parvenir pour comprendre le modèle Tera, venir le toucher avec ses mains, s’en inspirer pour un projet personnel ou collectif, rédiger un mémoire universitaire, s’installer sur le territoire... les motivations sont très diversifiées !

Comme nous l’avons évoqué plus haut avec l’organisation du séminaire, d’ici février, notre attention sera tournée plutôt vers l’intérieur du projet et vers le territoire, afin de nous consolider, et de faire des premiers pas face aux défis présentés à l’assemblée général. L’accueil refleurira, sans doute sous une nouvelle forme, à partir du printemps. Patience, donc, et surtout merci pour l’enthousiasme et les encouragements de tous ceux qui nous écrivent !

Charlène

La « boîte à outils » du collectif : les réunions de "synchro"

Qu’est ce c’est ?
La réunion de synchronisation, que l’on surnomme la « synchro », est le temps collectif qui rassemble le plus de Térians au cours de la semaine. Souvent répartis en groupes de travail ou par projets, les habitants du territoire impliqués dans Tera ont tout de même une occasion régulière de se retrouver en assemblée : la synchro a lieu tous les lundis à 17h30 ! Elle est généralement suivie d’un repas partagé en auberge espagnole.

Où ?
La synchro, qui avait autrefois lieu à la ferme de Lartel, se tient désormais à Tournon d’Agenais, au Rocher, le siège social de l’association et espace de travail partagé. Ce changement suit l’évolution démographique de notre groupe, dont les membres vivent désormais en grande majorité au village.

Pourquoi ?
Ce temps collectif permet de mettre en commun un certain nombre d’informations d’ordre plutôt pratique et organisationnel. D’une durée d’environ 1h, la synchro s’ouvre par un survol des différents chantiers prévus dans la semaine : les membres du groupe passent en revue les activités ayant vocation à être partagées, rappellent les créneaux des réunions et remplissent un calendrier partagé en ligne et un tableau, dans la salle. Ensuite vient le moment des annonces (« Cette semaine Lisa expérimente une recette de brioche, qui veut lui en commander ? »), les arrivées et départs des Térians ou des volontaires, les besoins d’approvisionnement, de courses... et le temps des célébrations. Cette dernière étape nous permet de faire le point sur ce qui a été accompli au cours de la semaine, de vivre ensemble la joie et la satisfaction que cela nous procure.

Comment ?
Avant de lancer la réunion, nous nous répartissons quelques rôles clefs :

  • Une personne pour animer pour les différents points à l’ordre du jour, veiller à ce que l’attention du groupe reste centrée ;
  • Une personne pour garder le temps - un œil sur la montre, elle veille à ce que nous fassions un usage efficace de ce moment collectif ;
  • Une personne pour « guetter l’ambiance » attire l’attention du groupe si le climat régnant dans la salle ne permet plus l’écoute mutuelle ;
  • Un scribe ou secrétaire retranscrit le contenu des échanges sur le forum, notre outil en ligne de communication interne ;
  • Un modérateur, dont le rôle est de répartir la parole si un point fait débat et que le besoin s’en fait sentir.

Si la synchro répond sans conteste à un bon nombre de besoins, nous réfléchissons à des pistes pour faire évoluer cet outil collectif. Des membres du projet très engagés tendent à avoir un agenda bien rempli et leur présence en synchro se raréfie... La synchro gagnerait-elle à avoir lieu une semaine sur deux ? La question est à envisager dans un questionnement plus global sur l’évolution de la gouvernance de notre écosystème... Nous y consacrerons sans doute un temps fin janvier, dans le cadre d’un grand séminaire facilité par deux accompagnatrices extérieures : on a hâte :)

Julie

Les structures juridiques de l’écosystème Tera : la SCI "le Tilleul"

Le but de la société civile immobilière Le Tilleul est de préserver, rénover et développer le patrimoine foncier bâti et non-bâti de l’écosystème Tera dans le respect des humains et de la nature. Elle met ce patrimoine au service des acteurs locaux qui peuvent alors développer des valeurs d’usage vitales et durables pour les habitants de leur territoire : alimentation saine, eau potable, énergie renouvelable, écoconstruction, mobilité en partage.

L’écosystème Tera étant complexe, réunir le patrimoine foncier au sein d’une seule SCI permet de mutualiser l’administration, la gestion sociale, fiscale, économique et financière des biens utiles au projet Tera.

Le patrimoine de la SCI est composé :
 du domaine du Tilleul (Masquières) d’une douzaine d’hectares dont cinq de terres cultivables et sept de forêts, et siège de la ferme de Lartel ;
 du domaine de Las Gonies (Masquières), terrain constructible de 8000 m² ;
 du domaine de Lustrac (Trentels), comprenant 1 hectare de terrain constructible, 1.5 hectare de terrain constructible pour des habitats légers et 1.5 hectare de terrain agricole, siège du développement d’un quartier rural.

La SCI ne gère que le patrimoine foncier à usage lucratif, c’est-à-dire qui donne lieu à une location pour des activités professionnelles. Par exemple, la ferme de Lartel est actuellement louée à la Coop du Tilleul qui y développe des activités économiques. En revanche, le patrimoine foncier à usage d’habitation principale sera propriété de ses utilisateurs. C’est ce qui est prévu au sein du Quartier Rural de Lustrac : la SCI revendra à une coopérative d’habitants la partie du terrain constructible dédiée à l’habitation.

Tous les biens de la SCI Le Tilleul sont loués en Euro ou en monnaie citoyenne locale numérique « Abeille » pour maintenir la richesse sur le territoire de vie.

La SCI a été donnée en 2017 au Fonds de Dotation SDH (Solidarité pour un développement humain, présenté dans la précédente lettre d’info) qui reste actuellement propriétaire de la majorité des parts sociales. Pour l’achat du terrain de Lustrac, une quinzaine d’actionnaires ont rejoint la SCI, dont la Coopérative Oasis. Son capital est alors passé de 1000 € à 250 000€.

Vincent

Le porTERAit

Et si nous faisions plus ample connaissance avec les membres de Tera ? Qui sont les personnes qui oeuvrent derrirère tous les rouages de cet écosystème ? Aujourd’hui, c’est avec Vincent Dupuy, coprésident de l’association, que nous allons faire connaissance.

Peux-tu te présenter ? Je m’appelle Vincent Dupuy, j’ai 31 ans, je viens des Pays de la Loire. J’ai déménagé en 2014 pour m’installer dans le Lot, et j’ai découvert Tera en 2019.

Depuis combien de temps es-tu un membre actif de Tera ? Je suis venu à une visite groupée vers mars 2019. Après je me suis investi progressivement, d’abord certains soirs et week-ends, et maintenant j’y travaille à mi-temps.

Pourquoi es-tu venu ici ? Le développement territorial me parle, surtout pour l’aspect expérimental, la construction d’un modèle de société et la recherche de complexité.

On m’a parlé de ton ascension fulgurante à Tera. Peux-tu nous parler de ton parcours ? Quand je suis arrivé en 2019, je me suis retrouvé rapidement à filer un coup de main sur la gestion du Fonds de Dotation. Au fil du temps, je me suis impliqué de plus en plus dans l’équipe de gestion. En juin 2020, j’ai quitté définitivement un de mes deux boulots pour venir à Tera la moitié de la semaine. Tous les dossiers qui sont dans les placards à l’heure actuelle, c’est moi qui les ai mis en forme, pour pouvoir s’organiser facilement et se repérer rapidement. Et puis, pour pouvoir beaucoup mieux observer le pilotage de l’écosystème en temps réel, j’avais envie d’être dans le cockpit de l’avion, c’est pour ça que j’ai voulu postuler pour le conseil d’administration. J’ai levé la main quand il fallait un nouveau membre du bureau et donc maintenant j’en fais partie avec Fred et Marie-Hélène.

Quel est ton statut à Tera maintenant ? Je suis coprésident de l’association.

Tu faisais quoi avant ? Je suis allé dans une école qui forme des clercs de notaire. En janvier 2014 je suis devenu secrétaire de mairie de la commune de Lacapelle-Cabanac. C’est mon premier poste et j’y suis encore.

Comment as-tu connu Tera ? La mairie de Lacapelle-Cabanac est en train de construire un éco-hameau. En mars 2019 on a fait une journée ouverte à tous pour que les habitants ou les voisins puissent venir planter des haies fruitières sur l’éco-hameau. Ce jour là il y avait plusieurs membres de Tera. J’ai surtout parlé de monnaie locale avec eux. Et c’est par cet angle là que je suis arrivé à Tera.

Merci Vincent, et bon mandat de co-présisent à toi !

Elodie

Bonnes nouvelles et publications

 Fin août, il y a longtemps déjà, nous avons été l’objet d’un bel article dans le Monde, dans le cadre d’une série d’articles consacrée à "La France des Oasis".

 Peu après, est sortie une vidéo sur le Média, axée sur la dimension économique et tournée lors d’un week-end d’immersion à Tera.

 Et en octobre, diffusion de 3 vidéos de Permaculture Design avec des interviews de Gregor (tournées un an auparavant) :

Merci chaleureusement pour votre soutien Nous restons disponibles par mail.


2 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

1 message

  • TERA : Naissance d’un bébé éléphant dans le Lot-et-Garonne

    Le 13 janvier, par Ludovic LESDOS

    Bonjour à tous,je vois que le projet TERA avance et c’est très bien.


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Murs Bottes de Paille / Enduits Terre And co (Construction dans le 86)

Projet : Accueil de volontaires Après une première expérience heureuse de chantier participatif de juin à septembre 2017, nous renouvelons ! Nous vous proposons 2 temps d’accueil : à partir d’avril et (...)

Cherche Familles pour Création d un Écolieu Intergénérationnel (À l’abordage dans le 24)

Projet : Maman d un petit bout de 18 mois, non fumeuse et écolo, je recherche des personnes motivées à l'idée de partager un espace de vie dans le respect des besoins de chacun et en toute (...)

Bénévolat dans un Écolieu (Ecolieux existant dans le 43)

Projet : Chêne Rouge est une communauté & un centre de formation en devenir qui s'inspire des sagesses ancestrales pour soutenir l'émergence de projets collectifs. Nous habitons en yourte en (...)

Partage de Voiture (EcoNomades dans le 43)

Projet : Je viens d'arriver en auvergne. J'ai 71 ans et comme j'ai peine à conduire Je désire partager ma voiture

Cherche un Terrain à Acheter en Occitanie, Svp! (Vouloir Agricole dans le 34)

Projet : Bonjour ! Je cherche à acheter un terrain d’au moins 1,1 hectare, avec (de préférence) eau de source, avec, ou bien une petite habitation, ou le permis d’habitation. Un endroit isolé mais (...)

Colocation Éphémère (CoLocation dans le 11)

Projet : Petit écolieu familial dans les Corbières Maritimes, comportant 3 habitats légers (yourte, roulotte, cabane perchée) Offre : Colocation éphémère à la semaine (un mois max), pour prendre du recul, (...)

Recherchons un Écolieu Écohameau où nous Installer (À l’abordage dans le 31)

Projet : Vivre en milieu rural dans un espace naturel, avec potager collectif, verger, poulailler... ateliers pour fabriquer et réparer en autonomie. Disposer d'une maison bioclimatique privative (...)

Vends Yourte Contemporaine 20 m² (Habitat Léger dans le 11)

Projet : Cette yourte, construite avec soin et amour, nous a abrités (dortoir 4 places) pendant notre chantier (2018-2020). Nous nous en séparons avec gratitude. Offre : Vendue en l'état, sans le (...)

Rencontre entre Jeunes (Contacts)

Projet : Bonjour =) J'habite en Ardèche depuis 3 ans maintenant, mais j'ai bien du mal à rencontrer des gens de mon âge, et avec qui je partagerais certaines valeurs. Mon profil en bref : Hélène, 30 (...)