Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau
Coup de projecteur sur quelques annonces de Passerelle Eco n°59
Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

le 21 janvier 2016

DOSSIER :
Lectures d’annonces de l’écovillage global (1)

Sur un thème choisi, les annonces récemment déposées pour insertion dans la revue Passerelle Eco sont reliées et commentées. À travers ces projets et ces initiatives introduites de manière parfois personnelle se découvre une actualité alternative à laquelle vous êtes conviés à vous joindre.

Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

Ces écohameaux, évovillages ou habitats groupés grandissent et cherchent de nouveaux habitants ou partenaires

Que sont ces écolieux dont Passerelle éco parle tant ? Qui les habite ? Quelles sont les motivations de celles et ceux qui les fondent et les font perdurer dans le temps ?

Voici un rapide tour d’horizon, à travers quelques annonces choisies dans la revue Passerelle Eco n°59, de toute la diversité des raisons qui poussent certains à choisir un mode de vie plus écolo et plus solidaire.

Exemple de la ferme des Baume Rousse, dans le Sud-Est de la France (Contact sur le site ecovillageglobal.fr) :

Après 28 ans sur ce lieu, où nous sommes arrivés à 28 ans, nous souhaitons transmettre l’activité agricole et vendre le domaine à des personnes qui partageraient les valeurs de sobriété heureuse, d’harmonie, de diversité et d’autonomie et seraient attachées à la biodynamie.

Nous pensons qu’ici peuvent vivre et travailler plusieurs familles et qu’un éco-hameau inter-générationnel pourrait naître.

Nous mettons donc en vente notre ferme de polyculture-élevage en biodynamie depuis 1990 située en Drôme sur les contreforts sud du Vercors, sur le territoire de la Bio-Vallée.

Le domaine comprend une trentaine d’hectares, répartis en bois, parcours, prairies et terres cultivées, quatre logements (150, 90, 30 et 30 m²), une fromagerie aux normes européennes, un espace restauration de 80 m², des bâtiments d’élevage, de stockage et de transformation, un four à pain, une mare, un rucher, un verger de 20 ares, un jardin de 40 ares et 50 ares de lavande fine. La ferme est alimentée par une belle source et reliée au réseau d’eau communal. Tous les produits de la ferme ont la marque Demeter depuis 1993.

JPEG - 112.6 ko

N’étant pas encore à l’âge de la retraite nous serions donc voisins dans ce hameau, sur une parcelle excentrée de 4000 m² où se situent un gîte de séjour, une salle d’activité et où nous construirions notre future maison : nous nous recentrerions alors sur l’accueil de groupes en résidence, en tant qu’hôtes mais aussi en tant que formateurs, principalement en lien avec le vivant, entre autres à travers l’approche globale, sensible et artistique de la biodynamie.

Les activités que nous conserverions représentent un débouché pour les produits de la ferme (repas,boutique). L’activité actuelle de restauration peut également être transmise aux repreneurs.

L’idée est que, dans l’esprit de « Terre de Liens », la propriété de la terre et de ce qui s’y attache , ne soit pas un poids pour ceux qui travaillent la terre. L’objectif pourrait donc être de créer une forme sociétaire qui permettrait la transmission de la ferme à travers les générations.

Partager un lieu et l’ouvrir à d’autres, c’est ici synonyme de transmission, et de la terre, et des valeurs, techniques et outils qui l’accompagnent. Vivre en collectif, c’est créer des ponts entre les générations, c’est s’assurer que le travail d’une vie trouvera sa suite dans un état d’esprit similaire. C’est avancer ensemble au delà des seuls parcours individuels.

Un arme contre la dépossession de la terre et de la capacité de la travailler.

Chez d’autres, cette volonté de transmission est présente au delà du simple passage de flambeau : il s’agit, comme pour Véronique, de permettre à d’autres de se tester à un mode de vie véritablement différent (Contact sur le site ecovillageglobal.fr) :

Famille paysanne avec 3 enfants, cultures et élevage pour son autonomie alimentaire (chèvres, brebis, vaches, abeilles, poules, chien de troupeau) sur 17 ha, avec en parallèle l’instruction en famille et une activité pro orientée laine (filage, feutrage, article de laine avec la laine de nos brebis).

Nous restructurons notre vie et notre façon de travailler et j’ai besoin d’aide régulière pour conduire le soin des troupeaux (traite, surveillance des troupeaux, soins quotidien, clôture, fumier).

JPEG - 3.3 Mo

Nous offrons le partage du fruit du travail commun (produit laitier, viande, laine), un lieu et des outils de travail (troupeaux) pour se tester en agriculture vivrière, un logement rustique à habiter le temps de faire connaissance, un terrain pour construire une cabane, poser une yourte ou autre habitat mobile, du bois pour se chauffer et cuisinier, de l’eau de source, nos savoirs faire et expérience depuis 17 ans sur le lieu (transformation des produits de culture, d’élevage, de la laine...).

Nous demandons de l’aide sur une base wwoofing à long terme pour débuter cette aventure, les engagements mutuels sont possible ensuite.

Transmettre des savoirs faire et un mode de vie qu’on a soi-même expérimenté et maîtrisé, tout en permettant une potentielle installation collective et une des manières qu’ont les écolieux de naître et de se constituer.

Chez d’autres, c’est avant tout le désir de "faire ensemble" qui demeure le moteur de l’installation collective (Contact sur le site ecovillageglobal.fr) :

Dans un village alsacien proche de Bâle, il existe depuis maintenant quatre ans un petit habitat groupé constitué de 3 familles (6 adultes et 9 enfants). Notre lieu de vie se situe au centre du village où nous avons aménagé trois appartements, dans une ancienne ferme, et une salle commune, un studio d’amis et un atelier de poterie dans un bâtiment annexe.

Par cette annonce, nous aimerions faire part de la vente d’une maison alsacienne juste à coté de la nôtre ! Il y aurait le potentiel d’installer deux ou trois familles.

JPEG - 241.8 ko

En cas d’acquisition de ce bien par vous, nous serions intéressés à réfléchir à la manière de développer et d’enrichir éventuellement ce que nous avons commencé ici... c’est-à-dire une vie axée sur la sobriété, le partage et l’entraide !

Habiter en collectif, ce peut être enfin une manière de parvenir à accéder à la propriété, et ainsi être en mesure d’établir sur l’écolieu des règles et des valeurs portées par le groupe. Ainsi, comme aux Colibres, le collectif est fondé avant l’acquisition du foncier, et choisit de partager un lieu de vie en fonction d’envies partagées (Contact sur le site ecovillageglobal.fr) :

L’association Les Colibres, habitat groupé intergénérationnel écologique, construit en autopromotion 10 logements sur 4000m².

Le début des travaux est prévu pour le printemps 2016.

A ce jour, deux logements de 100m² et 63m² sont encore disponibles à l’achat pour accueillir des nouveaux habitants qui partagent nos valeurs :

 plaisir et élan de faire ensemble, pour échanger, participer à une vie de groupe, partager des connaissances, des expériences, des moments de convivialité, d’échanges de services, des travaux communs ;

 habitat écologique tendant vers une faible empreinte carbone ;

 relations humaines harmonieuses ;

 prise de décision participative et équitable basée sur la prise en compte des aspirations de chacun ;

 respect de l’intimité de chacun, dans son logement et dans ses choix de vie.

Cherchons des personnes en capacité de financer leur habitat.

Les raisons qui poussent certains à se fonder en collectif et à construire des écolieux sont diverses, mais elles demeurent dans leur substance un formidable moyen de (re)faire société, par le bas, par petites touches et selon la manière qui nous ressemble le plus.

En cette période de transition difficile, c’est un des plus beaux actes de vie...

Ces annonces ont été déposées pour la revue Passerelle Eco n°59 de l’Hiver 2016, qui les a publié en compagnie de 200 à 300 autres éco-annonces, recherches ou propositions pour des écovillages, habitats coopératifs, chantiers participatifs, installations en agriculture paysanne, permaculture, ou autres projets alternatifs.

- Découvrez la revue Passerelle Eco n°59.

Les annonces de cette page ne sont plus d’actualité !

Les annonces de ce trimestre sont dans la revue Passerelle Eco n°70 !

 Voir le sommaire et commander Passerelle Eco n°70


119 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

DOSSIER
Lectures d’annonces de l’écovillage global

Article suivant : Et si on s’aimait ? À vous qui vous demandez...

Sur un thème choisi, les annonces récemment déposées pour insertion dans la revue Passerelle Eco sont reliées et commentées. À travers ces projets et ces initiatives introduites de manière parfois personnelle se découvre une actualité alternative à laquelle vous êtes conviés à vous joindre.

Vous aussi, choisissez un thème — écologie, militance, alternatives, permaculture, vivre ensemble, effondrement, arts de vie : les possibilités sont nombreuses — et proposez nous une lecture des annonces de l’écovillageglobal

118 messages

| 1 | 2 | 3 | 4 |

  • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

    Le 30 janvier 2016, par Xavier

    Je suis partis en Russie il y a 3 ans, dans l’Oural a Kungur près de Perm. Ici la vie à été une peu rude au début car j’étais le seul Français et puis personne autour de moi ne connaissais les démarches à faire et cela à été une découverte pour tout le monde, mais la chaleur humaine et le fait d’être Français ont aidés. J’ai des amis sur qui je peu compter en cas de coup dur et malgré certaines déconvenues, je suis heureux d’avoir fait ce chemin.

    Maintenant nous sommes pratiquement 5 ou 6 Français sur Perm. Je participe actuellement à la création d’un centre écologique et historique à Kungur sur 1000hectares vierges avec deux petit hameaux à proximité le tout en bordure de la très jolie rivière Sylva. Une petite partie sera dédié à l’écotourisme et à une mini-ville participative. Il y aura une ferme coopérative en Bio et bâtiments Bioclimatiques. un petit village français époque napoléonienne, un village russe même époque, une redoute et un fort type 1750/1820. Puis nous prévoyons une zone de cocréation avec mise à disposition des logements écologiques, la cantine, les jardins bio et un centre de conférence, enfin tout ce dont ont besoins les porteurs de projets et artistes pour travailler sereinement.

    Cette année nous allons démarrer la construction d’une base de départ avec les infrastructures minimales et des petits logements, pour accueillir les premiers participants en permanence et pouvoir projeter le reste. Les partenaires sont 2 sociétés qui travaillent dans le tourisme naturel, plus un fond d’investissement, plus pour le moment, un département du ministères de la région de Perm. Il y a d’autres candidats qui vont se joindre à nous d’ici peu. Nous prévoyons aussi du crownfunding. Au départ, maison en sac de terre pour les bâtiments de bases puis style « Earthship » et chalets bois, pour la ferme. Pour le village Français, ce sera du style Normand/Picard/Champenois, Flamand et aussi Jura, Vosges, Alsace, Lorraine, et Savoie au départ.

    A Perm, il est possible d’acheter un bel appartement pour 20000 à 30000€. Perm est à 84 kilomètres de Kungur, ce qui est proche pour la Russie et il y aura bientôt une 4 voie et il faudra 45min pour faire le trajet. Ekaterinbourg est a 400km ce qui est une moyenne en Russie. Il y a le transsibérien qui passe par ces trois villes. A Kungur l’immobilier est encore moins cher, possibilité d’une petite maison avec jardin le temps de construire sur l’écocentre. http://architexte.wifeo.com/maisons-en-sac-de-terre.php

    Les possibilités sont énormes et nous sommes un bonne équipe pour vous accueillir sans mauvaises surprises. Pour la ferme, Permaculteurs bienvenue ! Les productions prévus sont pour le moment, légumes bio, viandes, fromages de Vaches et de chèvres, miel, charcuteries et plats préparés. Prévus, pains et pâtisseries, Eco-tourisme, création d’une AMAP, 1 magasin de producteurs, restaurants Franco-Russe, atelier d’outils agricoles pour petits fermiers et traction animale. organisation de séminaires et master-class : Agriculture, santé, environnement, artisanat, etc.... Recyclerie, festival écologique, atelier artistique et artisanal. Centre de remise en forme par les médecines naturelles, école de Français, centre de vie pour personnes âgées associé à l’école et peut-être orphelinat. Pour le reste : à vous de créer ! Possibilité d’acquérir un terrain pour construire votre maison et/ou projet ou bien en location avec baux a 50 ans. Liberté totale si dans le cadre de la charte.

    Vous pourrez participer et/ou mettre en place vos projets dans les domaines aussi variés que l’agriculture, le tourisme écologique, les secteurs liés à l’environnement et même les nouvelles technologies, tout cela dans un cadre idyllique et sans avoir à vous soucier des besoins de bases qui sont : gîtes, couverts et sécurité. J’invite donc tout les porteurs de projets, seuls ou en familles à me contacter. J’ai déjà 2 familles de paysans bio qui veulent se joindre à nous. Ici il y a besoins de produits et de savoir faire Français, paysans, éleveurs, boulanger, bouchers charcutiers, menuisiers, ébénistes, informaticiens etc...et autres corps de métiers qui font la renommé Française. J’ai déjà la clientèle pour écouler les produits agricoles transformés ou pas. Venez participer cette année au démarrage du projet, à partir du printemps et tout l’été, pour des séjours de 15 jours à 3 mois. Prise en charge pour les visas et sur place avec une équipe de professionnels. Vous n’avez que les billets à acheter. De plus, la vie sur place est plus de moitié moins chère qu’en France. Si cela vous plaît vous pourrez revenir participer et j’espère rester avec nous pour poursuivre cette aventure. Vous pouvez aller sur la page « Emigration Russie » ou sur mon Blog : http://makarov-en-russie.overblog.com/

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      4 février 2016, par jodurand

      ma femme et moi sommes intéressés par votre écolieu, pouvez vous nous indiquer les démarches à suivre pour vous rendre visite afin d’en savoir plus.

      cordialement

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        3 février, par pedro

        Avant l`histoire de notre chemin, merci pour votre annonce et excusez notre français.

        Aller à contre-courant n’est pas une tâche facile mais, malgré toutes les difficultés, nous sommes convaincus que cela en vaut la peine. Nous aimons beaucoup être ensemble en famille et apprendre les uns des autres en équipe. Nos enfants sont pleins de bonheur, d’imagination, de curiosité et apprennent des choses importantes et sérieuses dans la vie, vivant et partageant le monde des adultes. Malgré le dur labeur et la pression de la société, nous apprécions beaucoup notre vie, humble et étroitement liée à la nature. Nous avons pensé que c’était le moment de trouver d’autres familles ou persones et de nous aider à trouver plus de tranquillité d’esprit.

        Pedro est portugais, il travaille actuellement comme jardinier le matin et est un homme sage et amoureux des plantes et de la nature. Esther est espagnole, elle reste à la maison en prenant soin des enfants, des animaux et de notre petit coin. Notre intention est de cesser de travailler comme jardinier et de rentabiliser les terres que nous avons, d’être aussi autonomes que possible. Nous l’avons déjà essayé parfois, en produisant des plantes et en les vendant sur de petits marchés. Nous sommes déjà depuis plusieurs années à la recherche de notre petit coin, où être ensemble en famille, au calme et au rythme de la nature. En ce moment, nous vivons a Argela (Caminha - Viana do Castelo) dans une terre à côté d’une petite rivière où nous avons construit une petite maison de bioconstruction et nous sommes plus heureux de choyer nos animaux et nos plantes (2 ânes, chèvres, moutons…). Nos trois enfants (9, et ans) sont toujours avec nous, étudient a la maison et nous aident beaucoup. Nous avons acquis plus de terres et nous aimerions en faire une grande forêt comestible et être encore plus autosuffisants. Il n’est pas facile de nager à contre-courant et ces dernières années, nous avons travaillé dur pour bâtir notre petite république indépendante. Cependant, nous sommes déterminés à poursuivre dans cette voie et avons pensé à partager la terre avec deux ou trois autres familles avec enfants ou persones qui souhaite se ressourcer en pleine nature, vie saine et amour de la nature, jardin potager, poulailler, nombreux animaux familiers bien tenus ,pour nous aider et ensenble partager le quotidien, dans le respect, l’entraide,la tolérance . En outre, nous pensons qu’il serait très positif que les enfants aient d’autres personnes salutaires pour grandir ensemble en apprenant le respect de la nature et de la communauté. Nous entrons doucement à l’hiver, c’est le moment de profiter de nombreux travaux arriérés. Il y a toujours un peu de calme. Nous préparons du bois de chauffage, des réparations a la maison, energie et des abris pour animaux. Aujourd’hui, nous plantons de nouveaux arbres à l’approche de la pluie. A cette époque, Pedro travaille la semaine comme jardinier. et Esther reste à la maison avec les enfants. Nous profitons des week-ends pour voir des amis, faire des choses avec les enfants et travailler ensemble.

        Notre mode de vie est très simple, nous essayons de profiter d’être ensemble sans grand luxe. Jusqu’ici, nous avons travaillé dur jusqu’à ce que nous préparions notre coin et notre vie. Nous sommes très heureux avec notre petite maison, nos plantes et notre mode de vie. Cependant, la maison sera très petite quand les enfants seront plus grands et Pedro voudra bien arrêter de travailler à l’extérieur, utiliser tout son temps et son temps pour travailler pour nous. Au cours de toutes ces années, nous avons acquis beaucoup d’expérience et de connaissances sur les plantes, la construction, profiter des valeurs de la vie, etc.Nous croyons qu’il est temps de faire un autre pas en avant. Nous avons un nouveau terrain d’environ deux hectares, que nous aimerions transformer en une grande forêt pleine de nourriture et où nous pouvons construire une autre maison (bioconstruction) et nous avons pensé qu’il serait bien de trouver deux familles qui souhaitent la même chose. Ils pourraient construire leur petites maisons et leur petit coin privé, leur espace, puis, ensemble, s’organiser et travailler pour rendre la terre rentable et aussi autonome que possible. Nous travaillons en ce moment sur la manière de faire tout cela sous la tolérance de la ville et de la mairie. Nous devons être honnêtes, c’est un dur travail à partir de zéro. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais nous pensons que ce sera une belle expérience et que ce sera la meilleure leçon de vie pour les enfants.

        Nous vivons dans un village d’environ 300 habitants proche de la mer et des montagnes. C’est très vert et très beau. La ville principale est à environ 5 km. En été, il y a suffisamment de visiteurs et tourisme(plage), mais le reste de l’année est très calme. Une chose que nous apprécions beaucoup ici cest vraiment est la sécurité et la tranquillité. C’est un endroit très paisible même si, comme cela se produit souvent dans les zones rurales, ce n’est parfois pas facile avec certains voisins qui refusent tout mode de vie différent. Mais avec le temps, on passe le bon example et respect.

        Nos enfants sont très heureux et pleins d’énergie. Ils sont avec nous 24 heures sur 24 et nous aimons être ensemble et apprendre ensemble. Ici, l’école à la maison est assez flexible. La seule condition est de passer un examen à 10, 16 et 18 ans.

        Ne doutez pas que nous avons la porte ouverte et dans l’espoir de rencontrer des gens qui naviguent dans la même direction que nous. Nous sommes autosufissant de energie ( solaire) et de eau ( source). Le respect, la confiance, et la communication font partis de nos valeurs profondes. Nous souhaitons vivre en harmonie avec la nature, les animaux et les personnes qui nous entourent, le tout dans un cadre de bienveillance dans la joie et la bonne humeur. Vous etes les bienvenue quand vous voulez. On a beaucoup envie de apprendre avec vous.

        Nous espérons entendre votr histoire. Si vous avez besoin de quelque chose, c’est le téléphone de Pedro qui parle français : 00351935868025. on serait enchante de vous ecouter de vous recevoir quand vous voulez. On partage ensenble le meme beau chemin. Nous ne sommes pas végétariens, mais notre intention est de produire une grande partie de notre nourriture et que les enfants apprennent tous les secrets d’une vie saine.

        (SEULES ON Y ARRIVE PAS !)

        Voila, un peu de nous avec plein de fautes ( le francais n est pas facile pour nous) !!

        Je vais vous presenter un peu notre projet. Esther, moi et les enfants,avons comme projet de vivre en autosuffisance alimentaire ( en ce moment on a reussit dejá l autosuffisance énergétique et) en utilisant des méthodes de permaculture. Ce nouveau projet avance en janvier 19. A l’origine, notre idée était que je quitte mon emploi actuel pour travailler à temps plein pour produire la plupart de notre alimentation. Mais cette solution n’est pas, à notre sens, la meilleure car trop risquée (notamment si un accident ou une maladie m’empêchait temporairement de travailler). De plus, cette solution aurait l’inconvénient d’empiéter largement sur notre vie de famille (peu de week-ends libres, peu de congés). Nous avons donc essayé de réfléchir à une autre alternative qui vous est détaillée ci-dessous. Cette alternative est de partager, sur le long terme, ce projet avec deux autres familles (voir partie 6 ce qu’on entend par « famille »). Avant d’entrer dans la présentation détaillée de notre projet, je tiens à préciser que nous avons fait ce choix de vie il y a mais que nous souhaitons que nos trois enfants puissent choisir leur propre mode de vie. Pour nous, cela passe obligatoirement par une connaissance du monde extérieur (du meilleur et aussi du pire). En clair, nous voulons suivre notre vie différente avec une ouverture maximale sur le monde extérieur, dans l’intérêt de nos enfants.

        Voici la présentation détaillée du projet. C’est un peu long mais on a déjà une bonne idée de notre projet. Donc autant vous apportez tout le fruit de nos réflexions.

        1-Notre famille

        J’ai 48 ans, Portuguais, paysan et amoureu des Sciences de la Nature. Je suis actuellement jardinier de profession le matin. Ma femme, Esther (39 ans) est espagnole (canaries). Elle a fait des études d’Anglais.Elle s´occupe des enfants des animaux. Aussi amoureuse de la nature et le bon sens de vie. Nous avons trois enfants (9 ans 5 ans et 18 mois).

        2-Notre philosophie

        Ma femme et moi ne sommes plus totalement satisfaits du mode de vie que la société nous propose.

        Tout d’abord, nous ne souhaitons plus participer à la malbouffe. Nous sommes persuadés qu’une bonne alimentation est le premier élément garantissant notre santé et celle de nos enfants. Nous n’avons plus confiance en l’alimentation que nous pouvons acheter. Nous voulons produire des aliments de haute qualité nutritive grâce à la permaculture. De cette façon, nous pourrons manger sain, bon, équilibré et varié sans se préoccuper de la question du coût.

        Ensuite, nous ne souhaitons plus participer à la dégradation de notre environnement. A notre sens, le cadre de vie est le deuxième élément jouant sur notre santé et celle de nos enfants. Pollution de l’air, de l’eau, du sol, nuisances sonores, olfactives, visuelles, nous voulons agir pour que notre environnement proche soit de bonne qualité.

        Nous ne souhaitons plus participer au gaspillage presque imposé par la société. Et, nous nous sentons coupables de ne pas faire d’efforts alors que parfois nous n’avons pas le choix. Nous voulons développer notre projet avec deux objectifs : zéro déchet sortant de la ferme et recyclage d’objets récupérés à l’extérieur. Cette démarche permettra d’augmenter notre autosuffisance.

        Voilà globalement notre philosophie. Nous ne cherchons pas à convaincre, nous cherchons simplement deux ou trois familles à peu près dans le même état d’esprit.

        3-Ce que ce projet n’est pas

        Pour éviter les méprises, je tiens à préciser ce que le projet n’est pas.

        Il ne s’agit pas d’une démarche autarcique. Nous voulons garder un lien fort avec nos concitoyens et une ouverture la plus large possible sur le monde extérieur. Dans notre intérêt et celui de nos enfants, nous ne souhaitons pas nous passer de certains services mêmes ceux qu’on juge insuffisants (enseignement, soins hospitaliers,...) et d’autres services qu’on juge satisfaisants (sports, loisirs, aides sociales,...). Et puis, nous ne pourrons pas produire tous les aliments dont nous aurons besoin (comme peut-être le riz, le café, le cacao, les poissons de mer,...).

        Il ne s’agit pas d’une démarche sectaire. Chacun disposera de sa liberté de choix y compris nos enfants. Nous voulons laisser à nos enfants la possibilité de faire leurs propres choix, d’expérimenter leur propre mode de vie. Notre rôle est de les informer, les préparer et les aider au mieux.

        Il ne s’agit pas d’une démarche politique. Nous ne sommes pas militants, nous vivons simplement d’une autre manière et dans notre petit coin de vie. Cela ne nous empêche pas de partager notre expérience avec ceux qui désirent la connaître.

        Il ne s’agit pas d’une démarche religieuse : nous sommes athées.

        4-Notre projet

        Notre projet consiste, dans un profond respect de notre environnement, à mettre en application des principes de permaculture notamment accompagner la nature et non la contraindre, moins d’interventions possibles, moins d’énergie utilisée, zéro labour, zéro pesticide, agroforesterie, association d’espèces, cultures vivaces, espèces adaptées, rustiques ou traditionnelles, faire ses propres semences, rotation des cultures, pâturage, que le végétal et l’animal « travaillent » pour nous pendant qu’ils se nourrissent, un élément pour plusieurs fonctions, plusieurs éléments pour une fonction, biodiversité, organisation de l’espace, paillage,...

        Pour mener à bien notre projet, nous proposons un travail en commun à trois ou quatres familles. Seront partagés à parts égales entre les quatres familles l ’installation (achat ou rasemblement d’outils, de matériaux, d’animaux, de semences,...) ; ces dépenses auront lieu surtout au départ car ensuite la permaculture permettra de limiter grandement les coûts. En retour, les aliments produits seront partagés à parts égales entre les familles.

        L’idée est que chaque membre de la communauté( adulte) soit à la ferme 20h semaine Ainsi, il y aura l’équivalent de 1,5 temps plein de travail par jour (soit 4 heures de travail par jour). Pour le week-end, chaque famille à tour de rôle assurera un temps plein (soit 8 heures) le samedi et le dimanche. Ce temps de travail (40h par famille en semaine, 8h/j le week-end) peut paraître peu pour assurer l’autosuffisance alimentaire de quatres familles et de leurs éventuels enfants. Mais je pense que c’est possible avec la permaculture, la technologie actuelle (parfois elle peut être utile) et l’ingéniosité. Bien sûr, en cas d’urgence, de pic d’activité, on pourra travailler plus ponctuellement. Au début, le temps de travail à la ferme servira beaucoup à construire, à préparer les terrains, à planter, à trouver les animaux,... L’autosuffisance alimentaire arrivera donc progressivement. A noter qu’on pourra proposer du wwoofing, ce qui nous permettra d’échanger des idées et des compétences tout en apportant une aide au quotidien.

        Cette organisation a quelques avantages. Elle permet d’avoir la présence de deux ou trois membres en même temps au cours de la journée pour le travail difficile à faire seul. Elle permet aussi de pouvoir prendre 25 jours par an de réels congés (chacun son tour). Durant le congé d’une des Quatres familles, les membres des trois autres familles assureront l’équivalent d’un temps plein (deux mi-temps). Ce travail en « effectif réduit » ne se fera que sur 100 jours par an, ce qui paraît raisonnable sous réserve d’une bonne organisation. En ce qui concerne le week-end, cette organisation permet à chaque famille, chacun son tour, d’avoir des week-ends libres sur. Enfin, cette organisation permet de parer à tout événement imprévisible (maladie ponctuelle de membres, maladie plus longue, souhait d’une famille d’abandonner le projet). Il y a peu de chances que deux membres soient indisponibles en même temps, donc un temps plein par jour sera presque assuré tout le temps. Et même si, par malheur, deux membres sont indisponibles en même temps, on pourrait prévoir une solution.

        les deux membres de chaque famille travaillera donc à la ferme un mi-temps par jour, ce qui leur laisse un mi-temps libre pour chacun. En ce qui me concerne, je reste pour l´instant a faire des jardins demi journe . De son côté, ma femme travaillera un temps plein rémunérateur à l’extérieur de la ferme. De cette manière, un revenu minimum sera assuré pour le paiement de toutes les charges familiales et aussi pour le paiement des dépenses d’installation à la ferme. De plus, ces revenus permettront d’avoir une petite retraite afin d’éviter que nos enfants payent notre vieillesse. Bref, cela pérennisera le projet et notre avenir. Il serait souhaitable que les autres familles fassent de même (sauf si elles disposent de bonnes économies).

        Pour ce travail à l’extérieur, chacun sera libre d’exercer le métier de son choix en accord ou pas avec cette philosophie de vie. On pourra soit travailler chacun de son côté, soit travailler en commun (entreprise, association). Personnellement, je m’orienterais vers les métiers suivants car ils auront un intérêt pour la ferme : – espaces verts/bucheronnage pour récupérer des résidus de tonte et d’élagage pour la ferme, – boucherie/boulangerie pour apprendre le métier et utiliser ce savoir-faire à la ferme, – service à la personne comme le bricolage, le jardinage, les travaux ménagers, le déménagement, l’enlèvement d’encombrants,... pour récupérer des déchets, résidus, objets, – restauration/commerce d’alimentation pour récupérer des restes ou déchets. A noter que nous ne sommes pas partants pour des activités engageant notre responsabilité et impliquant des contrôles de l’Etat au sein de la ferme (par exemple, la commercialisation de nos productions alimentaires ou l’accueil de public sur la ferme).

        5-Où s’installer ?

        Nous sommes actuellement dans une maison que nous avons construit dans le meme village. Nous avons acheter terrain de 20000m2 . Nous souhaitons construire une maison plus grande sur le nouveau terrain. Notre budget est plutôt assez serré mais réalisable. Ma femme et moi attachons beaucoup d’importance à garder nos relations avec nos amis respectifs situés dans la region. Le terrain est dans une zone reculée sans pour autant être isolée des services dont on ne pourra pas se passer comme l’enseignement (pour les scolarises), les commerces, les hôpitaux (3ème critère).

        En ce qui concerne le corps de ferme, nous rechercherons dans le futur une surface de terrain minimum de 8 hectares (2 hectares par famille semblent suffisants). L’idéal serait disposer d’un plan d’eau. Il devra disposer de plusieurs dépendances pour la ferme.

        Collectif : Animaux de ferme. Jardin potager + serre. Paturages Foret frutiere. Fire pit pour soirées de animation ou reunions ( beau temps). Zone Playground enfants (jeux nature) Four pour pain, pizzas.... Four solaire( beau temps) Abeilles Poulager. Zone Champignons. Compost Salle de etude, biblioteque Parking vélo et kayak Atelier bricolage/ art Panneaux solaires, moulin eolique Jardin aromatique et medicinal. Machine a laver. Autres

        6-Les familles que nous recherchons

        Nous recherchons familles ayant le même état d’esprit et prêtes à s’investir sur le long terme (toujours dans notre recherche d’une certaine stabilité). Nous utilisons le terme « famille », mais pour nous cela signifie un couple avec ou sans enfant ou bien deux personnes de la même famille (exemple deux frères/soeurs, deux cousins/cousines, un parent avec un enfant majeur,...). Nous n’excluons pas les duo d’ami(e)s.

        Les familles n’auront pas besoin de disposer d’un apport important d’argent pour la ferme puisque nous avons les terrains. Par contre, les familles auront à se loger en habitation legere au dédut sur le terrain ou louant une habitation à proximité. Si besoin, nous pourrons aider a trouver la mieux solution. Si vous vivez ou souhaitez vivre dans une habitation mobile, je pense qu’il y aura de quoi stationner sur le terrain. Chaque famille pourra utilizer jusque 200m2 pour leur petit coin individuel ( logement, etc). On prepare un cahier de charges de la communité que on peut envoyer.

        N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce projet et nous faire savoir si vous êtes intéressés.

        A bientot

        Pedro milfloresmilsabores@gmail.com

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      22 mars 2016, par soleil3684

      Bonjour, je suis retraité et intéressé par la permaculture et une maison de paille et bien sûr découvrir votre projet. Au plaisir de vous rejoindre et de collaborer au mieux de mon savoir Cordialement Vincent

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        28 novembre 2016, par le refuge du saint sauveur

        Bonjour et en Normandie , ça te tente ? a bientot

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      29 avril 2017, par COUTY

      Bonjour, Nous sommes un couple avec une enfant de 13 ans. Nous cherchons un lieu pour participer à un projet commun et proposer d’un côté des travaux bois, charpente et de mon côté des cours de Yoga et relaxation, méditation. Nous sommes intéressés par l’agriculture biologique, la permaculture, la construction écologique. Merci de nous donner des précisions sur le coût du voyage et s’il est possible de venir 1 ou 2 semaines durant l’été. Bien à vous. Céline et Jacques

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        14 août 2018, par Clemence

        Bonjour, J’ai en vue avec un ami maraicher bio,l’acquisition d’une propriété en Dordogne qui semble très bien,assez rapidement,si vous etes interssés,contactez moi,je suis une pratiquante de yoga ,etde lumière +++,a bientot

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      20 septembre 2017, par Makharov75

      Bonjour à tous ! Le projet avance a Kungur ! Il ne manque plus que vous ! Je fabrique des fromages français et j’ai réunis avec un investisseur 60 000€ pour accueillir les chèvres l’année prochaine. Si cela tente quelqu’un de venir se joindre à nous en maraîchage ou boulangerie, par exemple écrivez à makharov75@gmail.com !

      A bientôt !

  • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

    Le 26 janvier 2016, par Raphaëlle

    En effet, des locations seraient intéressantes également... Etant maman solo, je n’ai pas les moyens, actuellement, d’acheter. Pourtant, je n’attends que ça, de vivre une vie comme celle présentée... Bien à vous.

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      29 janvier 2016, par X

      Bah, voyez les autres annonces : il y a aussi plein de locations offertes dans des écolieux.

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      4 mars 2016, par Boisderose

      Bonjour,

      Nous sommes en train de créer un écolieu de vie en Dordogne, si cela t’intéresse vraiment tu peux m’écrire un message et je t’enverrai le descriptif du projet. Belle journée

      Christian

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        15 mars 2016, par Elaine

        Bonjour Christian, je serai intéressée de recevoir plus d’infos sur le projet. merci ! Elaine

        • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

          15 mars 2016, par Boiderose

          Bonjour Elaine

          Voici un résumé du projet :

          PROJET DE CREATION D’UN ECO LIEU DE VIE Situé au lieu dit « Roc de contal « sur la commune de Cause de Clérans, en Dordogne, sur un terrain privé, d’une surface approximative de 5 ha. Le site est un cul de sac, entouré de forêt et protégé des grandes pollutions. Je me présente : Christian PELLIZZONI, initiateur de ce projet, propriétaire de cet endroit, que j’ai remis en état et ou je vis depuis 25 ans . A l’heure ou j’écris ces lignes nous avons créé, avec trois autres personnes vivant déjà ici, à savoir : Arnod PASQUIER, Lolita DARRACQ, et Oliver PENN, l’association « La Rose de Jéricho « dont les statuts ont été déposé à la préfecture, afin que nous ayons un socle administratif solide sur lequel nous appuyer. Le maire de la commune , semble plutôt favorable au projet et prêt à nous aider. Toutes fois, bien que ces éco lieux ne soient pas une nouveauté, dans la loi Française rien n’est prévu pour eux. Le flou et l’approximation règnent. Les décisions dépendent de la volonté du maire, de l’accord du préfet et de l’avis de la commission départementale de consommation des espaces agricoles. Nous devons donc être cohérents et solides dans nos convictions. Un éco lieu pourquoi faire ? Le cri du coeur serait « pour vivre libre ! « . Mais encore ? Bien entendu cela ne signifie pas se tourner les pouces , fumer des pétards et gratter une guitare. La liberté se paie au prix fort, à nous d’en être à la hauteur. L’objectif est à triple répercussion : personnelle pour chacun, sociale, en rapport avec la société, et politique, pour démontrer et faire admettre qu’un autre mode de vie est possible. Pour cela il est nécessaire que chaque participant soit autonome sur le terrain et financièrement, ait des projets et les capacités pratiques de les réaliser, en harmonie avec les autres bien sur. C’est grâce à l’addition de toutes les forces individuelles que naîtra la solidité et le respect de ce projet. Comme toute vie est en constante évolution, un lieu de vie , par définition, l’est aussi. Il se façonnera en fonction de l’arrivée de nouveaux membres. Cela dit, il y a de grandes lignes directrices qui doivent nous guider : l’écologie, respect de la terre, de l’environnement, de la santé, de la vie en général. Mais tout cela est lié. « Toujours faire de son mieux « est , selon moi , un slogan approprié. Modifier positivement un geste, une action et même une pensée, quand on constate qu’on s’est trompé, va dans le sens de l’évolution. La discussion libre , comme l’esprit ouvert est souhaitable dans ce type de microcosme que j’espère démocratique et pacifique. Donc tous les travaux du sol sont possibles dés l’instant ou ils respectent les règles du Bio. Promotion des énergies renouvelables, économie des ressources naturelles, recyclage, réduction des déchets, la liste n’est pas exhaustive . Les constructions seront des habitats légers ( cabanes, yourtes, tipis,… ) dont, j’espère, l’originalité reflètera le caractère propre de chacun. Ils devront s’intégrer, avec le temps, dans l’environnement paysager. L’art et l’artisanat ne sont pas pour autant délaissés dans ce projet rural. Ils font partie d’un moyen d’expression et de bien être important. Rien n’est défini , pour l’heure, d’une manière linéaire à leur sujet. Les choses évolueront fonctions des circonstances. L’échange et le savoir , découlant du travail du sol , de l’art et l’artisanat et de toutes les expériences vécues ici pourront être véhiculé vers l’extérieur, c’est-à-dire vers le grand public à travers stages, formations ou discussions, libres ou à thèmes, lors de portes ouvertes par exemple, mais pas obligatoirement. Echange également avec d’autres lieux de vie, d’autres structures, possible. L’esprit de convivialité, de solidarité et d’entraide me parait presque saugrenu de le souligner, tellement il va de soi. Les actes de vie énumérés ici ne sont pas exhaustifs. Tout est décidé collégialement, l’association n’a ni président, ni secrétaire, ni trésorier. Voilà tracé les principaux aspects de ce projet

          Christian PS : Merci de nous donner tes impressions après lecture et de répondre à mon adresse mail ci jointe (cela sera plus simple et plus direct ) : chrisma.pelli@orange.fr

          • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

            29 avril 2017, par COUTY

            Bonjour Christian,

            Nous sommes en couple avec un enfant pré-ado, nous recherchons un lieu de partage et de solidarité, participer à un projet commun, dans la sobriété, loin de la consommation à outrance dont nous ne voyons plus le bout. Nous souhaitons participer à hauteur de nos compétences (travail du bois, charpente, pain et yoga), ainsi des valeurs de tolérance, règles de vie en société pour montrer à ma fille qu’un autre modèle de vie est possible. Cependant, nous n’avons pas les moyens, pour le moment, d’acheter une parcelle de terre ou de construire. Nous travaillons tous les deux mais nos salaires ne sont pas suffisants. Espérons une réponse et venir vous rencontrer si cela est possible. Bien à vous. Céline

            • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

              30 avril 2017, par Boisderose

              Bonjour à vous trois,

              Il est non seulement possible mais souhaitable de se rencontrer. Rien ne remplace la discussion sur le terrain Vous avez pu lire le projet, sous mon pseudo : "Boisderose" qui apportait des infos à Elaine, qui, d’ailleurs, n’a jamais daigné y répondre. Beaucoup se limitent à rêver leur vie et peu franchissent le cap pour vivre leur rêve. Voici mon adresse mail : chrisma.pelli@orange.fr

              • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

                16 juillet 2017, par Pascale

                Bonjour Christian,

                je suis Pascale, actuellement dans les Landes, je recherche aussi un lieu de vie simple, respectueux de la nature et de l’être .J’ai bien lu la description de votre projet qui date de l’année dernière, si c’est toujours d’actualité une rencontre sur place est-elle possible ? Merci

                • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

                  16 juillet 2017, par Boisderose

                  Bonjour Pascale,

                  Le projet d’écolieu est actuellement au point mort, malheureusement ; comme toujours, relations rétrogrades et minables avec le maire et le conseil municipal.Grosses frustrations d’être injustement bloqué sur un si beau et si prometteur projet. Néanmoins cela n’entame en rien mes convictions profondes. Présentement je propose une colocation et une maison en location qui va se libérer fin août. Si tu as envie de faire un saut pour te rendre compte sur place du lieu et discuter de vive voix, ce qui est plus simple, je t’accueillerai avec plaisir. Amicalement

                  Christian

                • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

                  17 juillet 2017, par Boisderose

                  Bonjour Pascale,

                  Je constate que sur ma réponse mon adresse mail n’apparaît pas.Sans doute un oubli. Nécessaire pour me contacter, la voici : christian.pellizzoni@sfr.fr

                  Christian

            • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

              20 juin 2017, par Gaëlle

              Bonjour, nous sommes un couple avec enfants qui sommes dans la création d’un écolieu où pourraient vivre plusieurs familles dans différents habitats alternatifs mobiles et autonomes avec une maison communes. Nous avons acquis une maison et dépendances avec 2.5 hectares il y a 1 an dans la Manche en Normandie. Nous souhaitons être autonomes au niveau de l’énergie et de l’alimentation. Nous avons déjà un grand potager qui ne cesse de s’agrandir et un poulailler qui accueillera bientôt des poules. Nous avons récolté différentes variétés anciennes de blé pour les multiplier et les cultiver. Nous avons comme projet de rénover la boulangerie qui est sur notre terrain et faire du pain avec notre propre farine. Vos différents projets peuvent se joindre aux nôtres s’ils sont toujours d’actualité.

              • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

                1er septembre 2017, par François COUTANT

                Bonjour Gaëlle, Nous habitons Cherbourg pour l’instant, moi mon épouse et la petite dernière qui rentre en seconde cette annéee (les 2 grands étant étudiants un à Longwy et l’autre à Caen). Nous envisageons sérieusement de changer de mode de vie pour participer à la création d’un écolieu. C’est peut-être trop rapide, mais pourrions se rencontrer ce WE, nous sommes pris le WE prochain. Sinon quand serait’il possible de se rencontrer pour étudier les différentes choses à mettre en place pour avancer dans la démarche. Cordialement, François COUTANT

                • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

                  5 septembre 2017, par gaelle

                  Bonjour, vous pouvez me joindre sur l’adresse mail paysgaelle@gmail.com, je vous enverrai des photos du site et mon numéro de téléphone portable pour que l’on puisse organiser une rencontre. Bonne soirée

            • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

              21 décembre 2017, par Avignon Nicole

              vous êtes plus jeunes que moi mais nous avons les mêmes espoirs de vivre une autre sorte de vie loin de la consommation frénétique, je cherche également un lieu où vivre autrement j’espère que votre projet se réalisera, bien qu’à la retraite j,ai assez de force pour vivre et travailler dans un potager faire de l,apiculture si on me l,apprend, et surtout vivre au prés de vraies personnes avec un grand coeur qu’on n,est pas parvenu à endurcir, je ne vois pas la date à laquelle a été posté votre message,

              • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

                21 décembre 2017, par Boisderose

                Bonjour Nicole, Passerelle-éco m’a fait parvenir votre message mais je ne sais pas s’il s’adressait à moi. Je suis Christian Pellizzoni, dit Boisderose,j’ai passé des annonces que vous pouvez lire un peu plus haut. J’habite en Dordogne. A tout hasard je vous laisse mon adresse mail. christian.pellizzoni@sfr.fr

          • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

            20 novembre 2018, par Véronique Boidin

            Bonjour Christian, me voici à la recherche d’un endroit pour y avancer sereinement jusqu’à mon dernier jour sur terre, je cherche... Je viens de lire cette annonce et j’aimerais savoir si vous avez une journée découverte de votre lieu de vie ? Dans l’attente je vous souhaite une bien belle journée. Véronique.

            • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

              20 novembre 2018, par Boisderose

              Bonjour Véronique, L’écolieu n’a pu se réaliser ; trop de freins, de lois stupides, un Maire défavorable, d’adversité locale consternante. Cela m’a coûté deux ans et demi de bataille et un passage au tribunal. Mais mes convictions restent entières. Il est très difficile monter un tel projet car il n’entre pas dans le cadre conventionnel des institutions. J’ai depuis passé une annonce, toujours sur passerelle éco, pour accueillir une éco-cohabitante. Si vous voulez en savoir d’avantage je reste à votre disposition. Belle soirée. Christian

          • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

            2 mars, par Hubert

            bonjour Christian j’ai beaucoup aime ta description de ce projet idéologiquement il me convient bien. J’aimerais en savoir plus sur le plan pratique. Le lieu est il acquis comment pratiquement peut on entrer dans cette coopération financièrement comment demarer dans ce projet. je suis a la retraite en couple a presque 70 ans que pouvons nous apporter a la construction et a la perennite de ce bel objectif . mon adresse mail pour pouvoir correspondre plus directement : ha.champetier@gmail.com

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        11 septembre 2016, par Bénédicte Guidot-Chamberland

        Bonjour je suis Bénédicte et nous recherchons (nous sommes 4 pour le moment) , nous aussi des terres pour créer un projet d’éco lieu avec divers activités. Pouvez-vous nous dire si nous pouvons venir vous voir, je vous donne mon adresse miellevolutif@icloud.com. Voilà nous habitons toutes vers Bordeaux Créon et st André de Cubzac, donc proche des frontières Gironde et Dordogne. Mon tel est : 06 10 97 82 99. Si vous préféré que j’appelle faite le moi savoir, merci d’avance Bénédicte

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        2 mars 2017, par tardivier

        Bonjour Christian,

        Je lis ce message presque un an après, .... Nous sommes un couple avec une petite de 4 mois, et nous cherchons à nous installer ; la Dordogne fait partie de notre "secteur de recherche"...

        Si vous voulez bien nous envoyer le descriptif du projet.

        merci !!! Billie, Aline et Antoine

        PS : antoine.tardivier@gmail.com

      • Cherche écolieu

        21 juin 2017, par Rajiva

        Hello Christian

        Je vais faire un tour du pays pour trouver un lieu de vie et faire des rencontres et Je serais interressé de savoir d’avantage sur vos projet..

        Merci à vous. Bonne continuation Raji

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        22 mars 2018, par Florian rainbow

        Bonjour, je suis intéressé pour recevoir plus d’info a ce sujet. Merci Je veux m’installer en communauté pour plusieurs années

        • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

          10 février, par pedro

          Aller à contre-courant n’est pas une tâche facile mais, malgré toutes les difficultés, nous sommes convaincus que cela en vaut la peine. Nous aimons beaucoup être ensemble en famille et apprendre les uns des autres en équipe. Nos enfants sont pleins de bonheur, d’imagination, de curiosité et apprennent des choses importantes et sérieuses dans la vie, vivant et partageant le monde des adultes. Malgré le dur labeur et la pression de la société, nous apprécions beaucoup notre vie, humble et étroitement liée à la nature. Nous avons pensé que c’était le moment de trouver d’autres familles ou persones et de nous aider à trouver plus de tranquillité d’esprit.

          Pedro est portugais, il travaille actuellement comme jardinier le matin et est un homme sage et amoureux des plantes et de la nature. Esther est espagnole, elle reste à la maison en prenant soin des enfants, des animaux et de notre petit coin. Notre intention est de cesser de travailler comme jardinier et de rentabiliser les terres que nous avons, d’être aussi autonomes que possible. Nous l’avons déjà essayé parfois, en produisant des plantes et en les vendant sur de petits marchés. Nous sommes déjà depuis plusieurs années à la recherche de notre petit coin, où être ensemble en famille, au calme et au rythme de la nature. En ce moment, nous vivons a Argela (Caminha - Viana do Castelo) dans une terre à côté d’une petite rivière où nous avons construit une petite maison de bioconstruction et nous sommes plus heureux de choyer nos animaux et nos plantes (2 ânes, chèvres, moutons…). Nos trois enfants (9, et ans) sont toujours avec nous, étudient a la maison et nous aident beaucoup. Nous avons acquis plus de terres et nous aimerions en faire une grande forêt comestible et être encore plus autosuffisants. Il n’est pas facile de nager à contre-courant et ces dernières années, nous avons travaillé dur pour bâtir notre petite république indépendante. Cependant, nous sommes déterminés à poursuivre dans cette voie et avons pensé à partager la terre avec deux ou trois autres familles avec enfants ou persones qui souhaite se ressourcer en pleine nature, vie saine et amour de la nature, jardin potager, poulailler, nombreux animaux familiers bien tenus ,pour nous aider et ensenble partager le quotidien, dans le respect, l’entraide,la tolérance . En outre, nous pensons qu’il serait très positif que les enfants aient d’autres personnes salutaires pour grandir ensemble en apprenant le respect de la nature et de la communauté. Nous entrons doucement à l’hiver, c’est le moment de profiter de nombreux travaux arriérés. Il y a toujours un peu de calme. Nous préparons du bois de chauffage, des réparations a la maison, energie et des abris pour animaux. Aujourd’hui, nous plantons de nouveaux arbres à l’approche de la pluie. A cette époque, Pedro travaille la semaine comme jardinier. et Esther reste à la maison avec les enfants. Nous profitons des week-ends pour voir des amis, faire des choses avec les enfants et travailler ensemble.

          Notre mode de vie est très simple, nous essayons de profiter d’être ensemble sans grand luxe. Jusqu’ici, nous avons travaillé dur jusqu’à ce que nous préparions notre coin et notre vie. Nous sommes très heureux avec notre petite maison, nos plantes et notre mode de vie. Cependant, la maison sera très petite quand les enfants seront plus grands et Pedro voudra bien arrêter de travailler à l’extérieur, utiliser tout son temps et son temps pour travailler pour nous. Au cours de toutes ces années, nous avons acquis beaucoup d’expérience et de connaissances sur les plantes, la construction, profiter des valeurs de la vie, etc.Nous croyons qu’il est temps de faire un autre pas en avant. Nous avons un nouveau terrain d’environ deux hectares, que nous aimerions transformer en une grande forêt pleine de nourriture et où nous pouvons construire une autre maison (bioconstruction) et nous avons pensé qu’il serait bien de trouver deux familles qui souhaitent la même chose. Ils pourraient construire leur petites maisons et leur petit coin privé, leur espace, puis, ensemble, s’organiser et travailler pour rendre la terre rentable et aussi autonome que possible. Nous travaillons en ce moment sur la manière de faire tout cela sous la tolérance de la ville et de la mairie. Nous devons être honnêtes, c’est un dur travail à partir de zéro. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais nous pensons que ce sera une belle expérience et que ce sera la meilleure leçon de vie pour les enfants.

          Nous vivons dans un village d’environ 300 habitants proche de la mer et des montagnes. C’est très vert et très beau. La ville principale est à environ 5 km. En été, il y a suffisamment de visiteurs et tourisme(plage), mais le reste de l’année est très calme. Une chose que nous apprécions beaucoup ici cest vraiment est la sécurité et la tranquillité. C’est un endroit très paisible même si, comme cela se produit souvent dans les zones rurales, ce n’est parfois pas facile avec certains voisins qui refusent tout mode de vie différent. Mais avec le temps, on passe le bon example et respect.

          Nos enfants sont très heureux et pleins d’énergie. Ils sont avec nous 24 heures sur 24 et nous aimons être ensemble et apprendre ensemble. Ici, l’école à la maison est assez flexible. La seule condition est de passer un examen à 10, 16 et 18 ans.

          Ne doutez pas que nous avons la porte ouverte et dans l’espoir de rencontrer des gens qui naviguent dans la même direction que nous. Nous sommes autosufissant de energie ( solaire) et de eau ( source). Le respect, la confiance, et la communication font partis de nos valeurs profondes. Nous souhaitons vivre en harmonie avec la nature, les animaux et les personnes qui nous entourent, le tout dans un cadre de bienveillance dans la joie et la bonne humeur. Vous etes les bienvenue quand vous voulez. On a beaucoup envie de apprendre avec vous.

          Nous espérons entendre votr histoire. Si vous avez besoin de quelque chose, c’est le téléphone de Pedro qui parle français : 00351935868025. on serait enchante de vous ecouter de vous recevoir quand vous voulez. On partage ensenble le meme beau chemin. Nous ne sommes pas végétariens, mais notre intention est de produire une grande partie de notre nourriture et que les enfants apprennent tous les secrets d’une vie saine.

          (SEULES ON Y ARRIVE PAS !)

          Voila, un peu de nous avec plein de fautes ( le francais n est pas facile pour nous) !!

          Je vais vous presenter un peu notre projet. Esther, moi et les enfants,avons comme projet de vivre en autosuffisance alimentaire ( en ce moment on a reussit dejá l autosuffisance énergétique et) en utilisant des méthodes de permaculture. Ce nouveau projet avance en janvier 19. A l’origine, notre idée était que je quitte mon emploi actuel pour travailler à temps plein pour produire la plupart de notre alimentation. Mais cette solution n’est pas, à notre sens, la meilleure car trop risquée (notamment si un accident ou une maladie m’empêchait temporairement de travailler). De plus, cette solution aurait l’inconvénient d’empiéter largement sur notre vie de famille (peu de week-ends libres, peu de congés). Nous avons donc essayé de réfléchir à une autre alternative qui vous est détaillée ci-dessous. Cette alternative est de partager, sur le long terme, ce projet avec deux autres familles (voir partie 6 ce qu’on entend par « famille »). Avant d’entrer dans la présentation détaillée de notre projet, je tiens à préciser que nous avons fait ce choix de vie il y a mais que nous souhaitons que nos trois enfants puissent choisir leur propre mode de vie. Pour nous, cela passe obligatoirement par une connaissance du monde extérieur (du meilleur et aussi du pire). En clair, nous voulons suivre notre vie différente avec une ouverture maximale sur le monde extérieur, dans l’intérêt de nos enfants.

          Voici la présentation détaillée du projet. C’est un peu long mais on a déjà une bonne idée de notre projet. Donc autant vous apportez tout le fruit de nos réflexions.

          1-Notre famille

          J’ai 48 ans, Portuguais, paysan et amoureu des Sciences de la Nature. Je suis actuellement jardinier de profession le matin. Ma femme, Esther (39 ans) est espagnole (canaries). Elle a fait des études d’Anglais.Elle s´occupe des enfants des animaux. Aussi amoureuse de la nature et le bon sens de vie. Nous avons trois enfants (9 ans 5 ans et 18 mois).

          2-Notre philosophie

          Ma femme et moi ne sommes plus totalement satisfaits du mode de vie que la société nous propose.

          Tout d’abord, nous ne souhaitons plus participer à la malbouffe. Nous sommes persuadés qu’une bonne alimentation est le premier élément garantissant notre santé et celle de nos enfants. Nous n’avons plus confiance en l’alimentation que nous pouvons acheter. Nous voulons produire des aliments de haute qualité nutritive grâce à la permaculture. De cette façon, nous pourrons manger sain, bon, équilibré et varié sans se préoccuper de la question du coût.

          Ensuite, nous ne souhaitons plus participer à la dégradation de notre environnement. A notre sens, le cadre de vie est le deuxième élément jouant sur notre santé et celle de nos enfants. Pollution de l’air, de l’eau, du sol, nuisances sonores, olfactives, visuelles, nous voulons agir pour que notre environnement proche soit de bonne qualité.

          Nous ne souhaitons plus participer au gaspillage presque imposé par la société. Et, nous nous sentons coupables de ne pas faire d’efforts alors que parfois nous n’avons pas le choix. Nous voulons développer notre projet avec deux objectifs : zéro déchet sortant de la ferme et recyclage d’objets récupérés à l’extérieur. Cette démarche permettra d’augmenter notre autosuffisance.

          Voilà globalement notre philosophie. Nous ne cherchons pas à convaincre, nous cherchons simplement deux ou trois familles à peu près dans le même état d’esprit.

          3-Ce que ce projet n’est pas

          Pour éviter les méprises, je tiens à préciser ce que le projet n’est pas.

          Il ne s’agit pas d’une démarche autarcique. Nous voulons garder un lien fort avec nos concitoyens et une ouverture la plus large possible sur le monde extérieur. Dans notre intérêt et celui de nos enfants, nous ne souhaitons pas nous passer de certains services mêmes ceux qu’on juge insuffisants (enseignement, soins hospitaliers,...) et d’autres services qu’on juge satisfaisants (sports, loisirs, aides sociales,...). Et puis, nous ne pourrons pas produire tous les aliments dont nous aurons besoin (comme peut-être le riz, le café, le cacao, les poissons de mer,...).

          Il ne s’agit pas d’une démarche sectaire. Chacun disposera de sa liberté de choix y compris nos enfants. Nous voulons laisser à nos enfants la possibilité de faire leurs propres choix, d’expérimenter leur propre mode de vie. Notre rôle est de les informer, les préparer et les aider au mieux.

          Il ne s’agit pas d’une démarche politique. Nous ne sommes pas militants, nous vivons simplement d’une autre manière et dans notre petit coin de vie. Cela ne nous empêche pas de partager notre expérience avec ceux qui désirent la connaître.

          Il ne s’agit pas d’une démarche religieuse : nous sommes athées.

          4-Notre projet

          Notre projet consiste, dans un profond respect de notre environnement, à mettre en application des principes de permaculture notamment accompagner la nature et non la contraindre, moins d’interventions possibles, moins d’énergie utilisée, zéro labour, zéro pesticide, agroforesterie, association d’espèces, cultures vivaces, espèces adaptées, rustiques ou traditionnelles, faire ses propres semences, rotation des cultures, pâturage, que le végétal et l’animal « travaillent » pour nous pendant qu’ils se nourrissent, un élément pour plusieurs fonctions, plusieurs éléments pour une fonction, biodiversité, organisation de l’espace, paillage,...

          Pour mener à bien notre projet, nous proposons un travail en commun à trois ou quatres familles. Seront partagés à parts égales entre les quatres familles l ’installation (achat ou rasemblement d’outils, de matériaux, d’animaux, de semences,...) ; ces dépenses auront lieu surtout au départ car ensuite la permaculture permettra de limiter grandement les coûts. En retour, les aliments produits seront partagés à parts égales entre les familles.

          L’idée est que chaque membre de la communauté( adulte) soit à la ferme 20h semaine Ainsi, il y aura l’équivalent de 1,5 temps plein de travail par jour (soit 4 heures de travail par jour). Pour le week-end, chaque famille à tour de rôle assurera un temps plein (soit 8 heures) le samedi et le dimanche. Ce temps de travail (40h par famille en semaine, 8h/j le week-end) peut paraître peu pour assurer l’autosuffisance alimentaire de quatres familles et de leurs éventuels enfants. Mais je pense que c’est possible avec la permaculture, la technologie actuelle (parfois elle peut être utile) et l’ingéniosité. Bien sûr, en cas d’urgence, de pic d’activité, on pourra travailler plus ponctuellement. Au début, le temps de travail à la ferme servira beaucoup à construire, à préparer les terrains, à planter, à trouver les animaux,... L’autosuffisance alimentaire arrivera donc progressivement. A noter qu’on pourra proposer du wwoofing, ce qui nous permettra d’échanger des idées et des compétences tout en apportant une aide au quotidien.

          Cette organisation a quelques avantages. Elle permet d’avoir la présence de deux ou trois membres en même temps au cours de la journée pour le travail difficile à faire seul. Elle permet aussi de pouvoir prendre 25 jours par an de réels congés (chacun son tour). Durant le congé d’une des Quatres familles, les membres des trois autres familles assureront l’équivalent d’un temps plein (deux mi-temps). Ce travail en « effectif réduit » ne se fera que sur 100 jours par an, ce qui paraît raisonnable sous réserve d’une bonne organisation. En ce qui concerne le week-end, cette organisation permet à chaque famille, chacun son tour, d’avoir des week-ends libres sur. Enfin, cette organisation permet de parer à tout événement imprévisible (maladie ponctuelle de membres, maladie plus longue, souhait d’une famille d’abandonner le projet). Il y a peu de chances que deux membres soient indisponibles en même temps, donc un temps plein par jour sera presque assuré tout le temps. Et même si, par malheur, deux membres sont indisponibles en même temps, on pourrait prévoir une solution.

          les deux membres de chaque famille travaillera donc à la ferme un mi-temps par jour, ce qui leur laisse un mi-temps libre pour chacun. En ce qui me concerne, je reste pour l´instant a faire des jardins demi journe . De son côté, ma femme travaillera un temps plein rémunérateur à l’extérieur de la ferme. De cette manière, un revenu minimum sera assuré pour le paiement de toutes les charges familiales et aussi pour le paiement des dépenses d’installation à la ferme. De plus, ces revenus permettront d’avoir une petite retraite afin d’éviter que nos enfants payent notre vieillesse. Bref, cela pérennisera le projet et notre avenir. Il serait souhaitable que les autres familles fassent de même (sauf si elles disposent de bonnes économies).

          Pour ce travail à l’extérieur, chacun sera libre d’exercer le métier de son choix en accord ou pas avec cette philosophie de vie. On pourra soit travailler chacun de son côté, soit travailler en commun (entreprise, association). Personnellement, je m’orienterais vers les métiers suivants car ils auront un intérêt pour la ferme : – espaces verts/bucheronnage pour récupérer des résidus de tonte et d’élagage pour la ferme, – boucherie/boulangerie pour apprendre le métier et utiliser ce savoir-faire à la ferme, – service à la personne comme le bricolage, le jardinage, les travaux ménagers, le déménagement, l’enlèvement d’encombrants,... pour récupérer des déchets, résidus, objets, – restauration/commerce d’alimentation pour récupérer des restes ou déchets. A noter que nous ne sommes pas partants pour des activités engageant notre responsabilité et impliquant des contrôles de l’Etat au sein de la ferme (par exemple, la commercialisation de nos productions alimentaires ou l’accueil de public sur la ferme).

          5-Où s’installer ?

          Nous sommes actuellement dans une maison que nous avons construit dans le meme village. Nous avons acheter terrain de 20000m2 . Nous souhaitons construire une maison plus grande sur le nouveau terrain. Notre budget est plutôt assez serré mais réalisable. Ma femme et moi attachons beaucoup d’importance à garder nos relations avec nos amis respectifs situés dans la region. Le terrain est dans une zone reculée sans pour autant être isolée des services dont on ne pourra pas se passer comme l’enseignement (pour les scolarises), les commerces, les hôpitaux (3ème critère).

          En ce qui concerne le corps de ferme, nous rechercherons dans le futur une surface de terrain minimum de 8 hectares (2 hectares par famille semblent suffisants). L’idéal serait disposer d’un plan d’eau. Il devra disposer de plusieurs dépendances pour la ferme.

          Collectif : Animaux de ferme. Jardin potager + serre. Paturages Foret frutiere. Fire pit pour soirées de animation ou reunions ( beau temps). Zone Playground enfants (jeux nature) Four pour pain, pizzas.... Four solaire( beau temps) Abeilles Poulager. Zone Champignons. Compost Salle de etude, biblioteque Parking vélo et kayak Atelier bricolage/ art Panneaux solaires, moulin eolique Jardin aromatique et medicinal. Machine a laver. Autres

          6-Les familles que nous recherchons

          Nous recherchons familles ayant le même état d’esprit et prêtes à s’investir sur le long terme (toujours dans notre recherche d’une certaine stabilité). Nous utilisons le terme « famille », mais pour nous cela signifie un couple avec ou sans enfant ou bien deux personnes de la même famille (exemple deux frères/soeurs, deux cousins/cousines, un parent avec un enfant majeur,...). Nous n’excluons pas les duo d’ami(e)s.

          Les familles n’auront pas besoin de disposer d’un apport important d’argent pour la ferme puisque nous avons les terrains. Par contre, les familles auront à se loger en habitation legere au dédut sur le terrain ou louant une habitation à proximité. Si besoin, nous pourrons aider a trouver la mieux solution. Si vous vivez ou souhaitez vivre dans une habitation mobile, je pense qu’il y aura de quoi stationner sur le terrain. Chaque famille pourra utilizer jusque 200m2 pour leur petit coin individuel ( logement, etc). On prepare un cahier de charges de la communité que on peut envoyer.

          N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce projet et nous faire savoir si vous êtes intéressés.

          A bientot

          Pedro milfloresmilsabores@gmail.com

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        16 septembre 2018, par Sophie24

        Bonjour,

        je suis intéressée à découvrir le projet de Dordogne. Sophie BROSETA le Mas 24580 FLEURAC resolience@gmail.com

        Tél : 06 63 53 36 89

        Merci !

  • Des colieux existants cherchent de nouveaux habitants !

    Le 26 janvier 2016, par Hélène Joyce

    Et en location ?

  • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

    Le 23 janvier 2016, par Jolivet Maryvonne

    Bonjour je trouve dommage que ce ne soit que des personnes avec capacités dachat ,des locations seraient bienvenue merci Maryvonne de Niort

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      27 décembre 2016, par bertrand

      oui des locations seraient plus que bien venues.

      • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

        5 juillet 2017, par Franck

        Bonjour

        Ha que oui ! qu’est-ce que j’aimerai bien vivre également dans cet état d’esprit,avec une charte de valeurs...mais en tant que locataire je crois que cela devient plus difficile (il ne faudrait plus que ça soit réservé qu’aux gens de capital)…ce qui serait à créer donc…mais je cherche.

        Si toutefois vous avez des infos,je serais preneur.

        Merci

        Franck

        • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

          5 mars 2018, par LETHUMIER marie-claude

          Je suis de cet avis !!! que faisons nous quand le capital ne s’est pas invité ?! cordialement, Marie-Claude.

        • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

          5 mars 2018, par JLuc (Passerelle Eco)

          Il y a de temps en temps des articles, dans la revue Passerelle Eco, sur des lieux locatifs :

           Dans Passerelle Eco n°65 un article sur un écolieu colocatif, dans les Cévennes
           Dans Passerelle Eco n°62 sur un écovillage locatif

          Et il y a aussi de nombreuses annonces pour de tels projets où les colocataires prennent en main leur mode de colocation au quotidien.

    • Des écolieux existants cherchent de nouveaux habitants !

      13 mars, par KATI

      Bonjour, je loue, mais je ne suis pas un écolieu, bien que j’aurai bien aimé, mais trop compliqué pour ma petite tête tout cet administratif, donc je suis dans une maison de famille, trop grande pour moi, que je veux bien partager, mais la location est au 1er étage. a voir ? je loue 350 €, mais je cherche à vendre aussi cet appart, qui a accès à un jardin. il y manque qqs aménagement. à réfléchir...... kati

| 1 | 2 | 3 | 4 |


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Urgent Jardinier Eco-Bâtisseur Recherche Lieu de Vie (À l’abordage dans le 56)

Demande : Ancien artisan je connais parfaitement la construction et l’eco-construction pour avoir réalisé de nombreuses maisons. Jardinier je réalise depuis plus de quinze ans des jardins et potagers (...)

Location Appartement sur une Ferme Collective (Elargissement dans le 63)

Offre : Nous proposons un studio à louer dans une ferme collective à Ambert (63). Sur place, il y a des espaces privés : 3 logements indépendants, et des espaces communs: une cuisine, la cour, un (...)

Recherche Bout de Terrain Région de Gap (Recherche location)

Projet : Bonjour, Nous sommes un jeune couple (22 et 26 ans). Nous fabriquons une roulotte. Nous recherchons un coin de terre pour pouvoir y installer notre future habitation. Offre : Nous sommes (...)

Simplement: Nous Constituer la Société que Nous Aimerions (Contacts)

Projet : cf. annonce complète pour plus d'infos Créer une société communautaire en Isère (en restant ouverts). Sur le principe du réseau : de connections amicales que chaque personne entretien (...)

Éco-Lieu Vallée Esteron (06) Cherche Membres (Terre en Vue dans le 06)

Projet : Éco-village dans la vallée de l'Esteron (06), lieu de vie et de travail. Propice à l'habitat léger / mobile. Achat de "dur" possible sur fonciers voisins. Demande : Compétences recherchées: (...)

Création Oasis (Un Groupe Existe dans le 88)

Projet : Actuellement 5 personnes qui rêvent de créer un lieu de vie dans le Grand Est (préférence pour les Vosges) pour vivre le changement au quotidien et incarner nos valeurs : prendre soin de Soi, (...)

Décroissance Heureuse. (Elargissement dans le 84)

Projet : Eco-lieu Drôme Provençale; Gros potentiel cherche à ouvrir un nouveau chapitre par la création d'une association, laboratoire d'idées sur la décroissance ; cherche personnes créatives, (...)

Colocation ou Achat à 3 (CoLocation dans le 61)

Projet : colocation pour seniors avec ou sans achat partagé Charmante maison avec 3 ch. et terrain arboré dans une commune dynamique dans l'Orne en Basse Normandie. Je vis à côté . De jeunes seniors (...)

Recherche Logement pour une Jeune Femme Seule avec un Bébé de 5 Mois (Recherche location dans le 29)

Projet : Bonjour, j'ai 37 ans, je suis vegan et électrosensible, artistique, sportive, je pratique le yoga et la méditation. J'aime les animaux, je pratique le bien-être et les médecines alternatives (...)