Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Permaculture et Écovillages - un mémoire
Poules et poulets en permaculture

le 15 octobre 2014

DOSSIER :
Permaculture et Écovillages - un mémoire (7)

Mémoire de thèse de Stéphane Groleau.

Poules et poulets en permaculture

En annexe de ce dossier sur les écovillages en permaculture, voici le cas particulier du poulet, et ses multiples interactions positives avec son environnement. D’après le livre Introduction à la Permaculture de Bill Mollison.

Tout le monde sait que les poulets produisent des oeufs et fournissent de la viande, mais ceci n’est qu’une infime partie de tous les avantages que peuvent procurer une observation attentive du comportement de ces oiseaux jumelé à une conception soignée de l’environnement.

Voici donc quelques exemples des multiples fonctions et interrelations du poulet :

Fertilisant

Tous les excréments peuvent être compostés et utilisés pour fertiliser les sols et le jardin.

Pesticide

Les poulets mangent toutes les arthropodes à leurs trois stades : adulte, larve (chenille) et œuf, sans compter les limaces. Ils mangent également des grains, incluant les graines de mauvaises herbes. Là-dessus, on peut donc laisser les poulets en liberté dans le jardin à l’automne, après la récolte. Ceux-ci vont engloutir toutes les mauvaises graines et limaces qu’ils pourront trouver, nettoyant ainsi le jardin pour le printemps suivant. On peut aussi les laisser dehors tôt le printemps quand les mauvaises herbes commencent à germer et que les insectes deviennent actifs. Tout cela réduira la quantité de mauvaises herbes et d’insectes nuisibles pour toute la saison.

Laissez les poulets libres dans le verger à la fin de la saison et ils mangeront les fruits malades tombés au vent, réduisant les problèmes de la prochaine saison. Ils trouveront aussi tous les insectes nuisibles hivernant sur l’herbe.

Utilisez les poulets pour réduire les populations de mouches affectant le bétail et les vaches laitières. Si on utilise une rotation intensive des pâturages, apporter les volailles 3-4 jours après que les vaches aient été paître. Les poulets vont étendre les bouses pour atteindre les œufs de mouches et améliorer la fertilisation. Pour le bétail, moins de mouches et de parasites réduira son niveau de stress, les coûts de traitements parasitaires et accroîtra possiblement la production de viande et de lait.

Si les animaux sont élevés librement, on peut mettre les poulets dans des enclos mobiles que l’on déplace chaque jour.

Poulets et serre

Si on élève des poulets plus conventionnellement dans un bâtiment permanent, on peut y adjoindre une serre faisant face au sud ; les jours d’hiver, le soleil réchauffera la serre, la nuit ce sera les poulets. De plus, le dioxyde de carbone produit par les poulets sera utilisé par les plantes, et de l’autre côté, les insectes se feront manger. Il faut toutefois utiliser un filtre contre la poussière et les plumes dans l’air.

Rotoculteur

Les poulets peuvent être utiliser pour motoculter une partie de terre. En clôturant l’endroit et jetant des grains au sol, les poulets gratteront pour les atteindre, arrachant les herbes et ameublissant le sol.

Pour nourrir les poulets

Le coût d’alimentation des poulets peut croître rapidement. De plus, beaucoup de grains sont médicamentés, en plus de contenir parfois des résidus d’animaux malades. La solution est de créer un système d’auto-alimentation le long des murs sud ou ouest du poulailler. D’abord, il faut clôturer le terrain. On recommande également de planter une haie dense afin éventuellement d’utiliser la clôture ailleurs. Il faut ensuite subdiviser l’espace en plusieurs parcelles, toutes accessibles depuis la sortie. On sème ensuite des plantes différentes dans chacune de ces parcelles. Une fois la croissance commencée, on peut y faire entrer les poulets en les changeant de parcelle à chaque jour. Ne pas oublier non plus de leur lancer les insectes récoltés dans le jardin.

Finalement, on constate qu’avec tout cela, en plus de sauver de l’argent sur les intrants (nourriture et médicaments) et le temps (moins de mauvaises herbes et d’insectes), les gens vont payer plus pour avoir le privilège et le plaisir de manger des œufs avec un jaune foncé et des poitrines de poulet qui ont le goût de celles qu’on pouvait déguster il y a 50 ans.

D’après the multi-function chicken et le livre Introduction à la Permaculture de Bill Mollison.


18 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Projet Écohameau (Terre en Vue dans le 73)

Projet : Projet ECOHAMEAU, Bonvillard, prox Albertville. Ecoles 5mn, commerces 15mn. Couple avec 2 enfants cherche co-acheteurs pour lieu vendu 320000 € Lieu: 3500 m2 constructibles avec 1 grange, (...)

Communauté Alternative Côte Atlantique (À l’abordage)

Projet : Bonjour, mon compagnon et moi aimerions à terme (co-)construire une maison autonome ET accessible (aux personnes à mobilité réduite) et vivre aussi indépendamment que possible. Nos (...)

Village Démocratique Intergenerationnel (Graines d’Avenir dans le 59)

Projet : Création d'un lieu de vie garantissant la liberté individuelle et le respect de chacun quelque soi son âge. Chacun son chez soi privé, et un lieu commun où développer tout projet porte par les (...)

Recherche Location ou co-Location (CoLocation dans le 12)

Projet : Je commence en septembre une formation pour devenir cueilleuse, transformatrice et productrice de plantes médicinales -un BPREA PPAM- au lycée agricole de Monteils (12200) , entre Najac et (...)

Loue Chambre Chez l'Habitant dans Maison et Jardin à Partager (CoLocation dans le 64)

Offre : Couple nouvellement installé dans le Béarn, propose chambre à louer dans maison et grand jardin à partager (arbres fruitiers, nichoirs et petit potager) à partir de septembre 2019. Recherchons (...)

Cherche Maison à Louer (CoLocation dans le 35)

Projet : Bonjour, 2 couples et 2 enfants recherchent maison 4 chambres à louer en ille et vilaine. colocation parents/enfants pour le côté solidarité, mutualisation, convivialité. Nous avons des (...)

Recherche Colocation Rurale en France (Recherche location dans le 26)

Projet : Retraitée 72 ans, recherche colocation à l’année si possible en campagne, de préférence dans un projet collectif et solidaire, j’anime des ateliers pour enfants et suis mobile et en très bonne (...)

Cherche Aide Dynamique et Motivée (Ecolieux existants dans le 87)

Projet : Sur 20 hectares de prés, bois, étangs, sources, Jardin collectif. Partiellement autonome en énergies Grande capacité d'autonomie. Ambiance familiale. Offre : Partage du repas du midi, (...)

Cherche Lieu de Vie pour Construire (À l’abordage dans le 26)

Projet : Je suis dans la démarche de m'installer dans la drome et pour ça je cherche un projet "collectif" ou un terrain où je peut construire une cabane en bois-terre-paille. J'ai 32 ans, je suis (...)