Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver
Apiculture
Qu'est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

le 6 février 2014

ARTICLES

Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

Le syndrome d’effondrement des colonies

La mortalité anormalement élevée et inexpliquée des abeilles a commencé il y a plusieurs années. Ce phénomène a été nommé syndrôme d’effondrement des colonies (en anglais, Colony Collapse Disorder : CCD). Le CCD est une grande cause d’inquiétude et beaucoup de ressources sont investies pour le combattre. Les chercheurs se sont battus pour en résumer les causes de façon claire, mais il existe plusieurs dangers principaux pour les abeilles qui sont liés au CCD.

  • L’acarien Varroa
  • Le moucheron Apocephalus borealis
  • L’exposition aux monocultures
  • Les migrations de ruchers
  • Le champignon Nosema ceranae
  • Les insecticides neonicotinoïdes

Varroa

Le varroa peut seulement se reproduire dans les colonies d’abeilles, ce qui signifie qu’il est une nemesis particulièrement bien adaptée aux abeilles. Il s’attache au corps des abeilles et les affaiblit en suçant leur hémolymphe (équivalent du sang). Le varroa affaiblit également le système immunitaire des abeilles.

Cette maladie immunodéficiente est appelée varroatose. Le varroa apporte également des maladies aux ruches, comme le virus des ailes déformées, le virus iridescent des invertébrés et le champignon Nosema Ceranea, dans une association mortelle. Le varroa s’est lentement répandu dans le monde entier.

Apocephalus borealis

Ce moucheron a été associé au CCD par plusieurs études au cours des deux dernières années.

Il pond ses œufs dans l’abdomen des abeilles. Les abeilles parasitées se comportent de façon étrange, sortent la nuit et sont attirées par la lumière comme des papillons de nuit.

L’abeille finit par quitter la colonie pour mourir. La larve du moucheron sort alors du corps de l’abeille au niveau du cou.

Exposition aux monocultures

La monoculture consiste à planter une variété unique dans une zone importante. Cela a pour conséquence de limiter l’alimentation des abeilles à un seul type de nectar. Elles ont besoin d’avoir une alimentation comprenant des nectars variés et cette restriction a des conséquences néfastes sur leur santé.

Des plantes d’une même variété ont tendance à éclore ensemble, au même moment. Cela signifie que les abeilles ne peuvent se nourrir que sur une courte période. Par conséquent, les abeilles doivent être déplacées entre différentes monocultures, ce qui cause encore d’autres problèmes.

Migrations de ruchers

De nombreuses personnes transportent des colonies d’abeilles au travers du pays pour faciliter la pollinisation des cultures (qui sont souvent des monocultures).

Déplacer des abeilles a de graves conséquences sur leur santé : le stress et une mauvaise nutrition les rendent plus vulnérables aux maladies et aux pesticides. Le déplacement facilite également la propagation des maladies, et encore plus inquiétant, du varroa.

Nosema ceranae

Le nosema ceranae est un parasite unicellulaire qui est régulièrement associé au CCD. Il peut causer la nosémose, pendant laquelle il colonise et abîme le conduit intestinal des abeilles.

La nosémose n’est pas un problème si les abeilles peuvent régulièrement quitter la ruche et faire leurs besoins. Cette maladie peut être évitée ou soignée en s’assurant que la ruche a une ventilation suffisante. Cela permet aux abeilles des sortir facilement et de se débarrasser du parasite.

Insecticides néonicotinoïdes

Les néonicotinoïdes affectent la mémoire des abeilles, ce qui est particulièrement handicapant lorsque les abeilles oublient le chemin pour retourner à la ruche. Les néonicotinoïdes sont solubles dans l’eau, ils s’enfoncent dans le sol et sont absorbés par les racines des plantes.

Les cultivateurs de maïs et de soja enrobent leurs graines avec des néonicotinoïdes en utilisant une machine qui doit être lubrifiée avec du talc pour expulser les graines. Ce talc absorbe le pesticide et les abeilles y sont exposées lorsqu’il est dispersé en même temps que les graines.

Plus d’abeilles

S’il n’y a plus d’abeilles, il n’y aura plus de citrouilles, de pommes, de fraises, de jus d’orange, d’amandes ni de cerises.

Aidez les abeilles !

1) Plantez des fleurs appréciées des abeilles

Plantez une variété de plantes à fleurs, et faites attention aux monocultures et aux déplacements d’abeilles. Les abeilles seront en bien meilleure santé si elles ont une multitude de plantes pour se nourrir.

2) Soutenez les apiculteurs locaux

Les apiculteurs locaux qui font attention à leurs abeilles évitent de les transporter au travers du pays. Cela leur permet de s’installer dans un endroit et d’éviter les maladies apportées par d’autres colonies d’abeilles.

3) Arrêtez les insecticide (ou diminuez les quantités utilisées)

Dans certains pays d’Europe, depuis le premier décembre 2013, certains néonicotinoïdes ne peuvent plus être utilisés sur des plantations appréciées par les abeilles.

Ces produits peuvent encore être utilisés sur des plantes comme le blé d’hiver, ce qui n’est pas très dangereux pour les abeilles. C’est un très bon début.

4) Installez une ruche pour abeilles sauvages

Cela peut sembler peu de choses, mais toutes les petites contributions peuvent finir par faire la différence. Des ruches pré-construites donnent un coup de pouce aux abeilles en accélérant la construction.

5) Apprenez plus, partagez vos savoirs

L’information est vitale afin de combattre le CCD pour les abeilles domestiques et les lourdes pertes pour l’ensemble des abeilles. Cet article n’est qu’une introduction. Partagez-le avec d’autres et recherchez plus d’informations sur le sujet.

6) Contactez votre député, ou votre député européen

Si vous remarquez quelque chose de problématique dans votre secteur, il est très important que les autorités responsables soient contactées. C’est une erreur de penser que vous ne pouvez pas faire bouger les choses, car vous le pouvez. Si c’est quelque chose d’important pour vous, endossez un rôle actif et contactez les autorités locales.

Traduction de Passerelle Eco d’après une infographie de ethicalsuperstore.com


54 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

7 messages

| 1 | 2 |

  • Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

    Le 29 juillet 2018, par Mireille A.

    Les expériences sur la modification du climat sont elles sans danger ? Ensemencement d’un nuage avec du sel de sodium, du calcium, du magnésium,de la neige carbonique, du propane, de l’azote liquide pour faire tomber la pluie... Sans parler des résidus de kérosène liés à cet ensemencement . La modification du temps artificiellement est elle une bonne chose ? Le problème du manque d’eau pour les années futures est connu mais faut il détruire la nature pour le solutionner ?

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

  • Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

    Le 18 novembre 2016, par patrice roumier

    pour le positionnement d’une ruche pour abeille sauvage, il est important de pas exposer la ruche en plein soleil toute la journée, l’idéal, serrait que la ruche est le soleil du levant et de l’ombre l’après midi

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

  • Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

    Le 7 novembre 2016, par Clément s'emmêle

    Merci pour votre article. Je me suis permis de vous citer dans la description de ma vidéo intitulée "Le Miel & les Abeilles : Déclin et sirop de sucre" en tant que l’une de mes sources. Peut-être l’apprécierez-vous :https://youtu.be/BxoEZw3UBBU. Emmiêleusement, Clément

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

  • Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

    Le 26 avril 2015, par davvv

    et les ondes ?

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

  • Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ?

    Le 26 mars 2014, par X

    Un autre facteur est oublié : la sélection des abeilles par les apiculteurs. Toujours plus productives, déportées d’autre milieux (Italie, Caucase...),les abeilles perdent leur rusticité d’animal sauvage. Et les mâles apportés par transhumance transforment les races locales d’abeilles noires en hybrides fragiles. Mais cette évidence dérange.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

| 1 | 2 |


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Permaculture dans le Var (Permaculture dans le 83)

Projet : Je souhaite rentrer en contact avec tous les écolieux en permaculture,dans le département du Var Offre : Faire des échange,venir proposer mon aide dans la confection des buttes et des (...)

Recherche Ecolieu (Ecolieux existants dans le 33)

Projet : Couple maraîcher avec fille de 6 ans cherche ecolieux dans la Drôme, l'Ardèche les Cévennes, un joli endroit où vivre en harmonie et simplicité et l'entraide,allez vers l'autonomie (...)

Rech Woofers et co-Habitants (Un Groupe Existe dans le 11)

Projet : Bonjour, un lieu existe au milieu de la nature proche des gorges de Galamus, des rivières, forêts, montagnes.. Habitations légère et une maison collective.. Des chevaux, 2 potagers (...)

Recherche Lieu (Graines d’Avenir dans le 32)

Projet : Pour l’installation de mon atelier bambous (transformation de bambous locaux-utilitaire et installation artistiques),cherche lieu avec réseaux (tiers lieu, muti-activitées , etc...)/ sud (...)

Stage d'Intiation aux Arts de Vie Sauvages (Arts de Vie dans le 67)

Projet : vie dehors, immersion dans la nature. techniques de survie et arts de vie sauvage. Philosophie de la Terre. « déconnexion » du quotidien, reconnexion aux rythmes naturels. (...)

Vacances en Pays d'Armance (10) (Contacts dans le 10)

Projet : Profiter de notre semaine de vacances en Pays d'Armance (Chaource, 10) pour rencontrer des habitants qui partagent l'esprit de Passerelle Eco: goût pour la Terre, la rencontre, (...)

Habitats Groupés Légers (Habitat Participatif dans le 22)

Projet : Création lieu de vie en habitat léger, sur la base de l'entraide, du partage, bienveillance, écologie, autonomie. Offre : Terrain de 5000 m2 en campagne pour y poser votre habitat léger. J'y (...)

1 ou 2 Personnes Semaine / Mois dans Maison Gasconne-Miélan (32) (CoLocation dans le 32)

Projet : A Miélan (32170) en sortie de village. Pour 1 ou 2 colocataires dans maison gasconne (sans Apl) à partir du 12/8/2020 à la semaine ou au mois jusqu'à fin novembre 2020. Offre : Chambre, (...)

Recherche un Groupe sur la Côte Atlantique à Partir de l'Automne 20 (Un Groupe Existe dans le 40)

Projet : Etre accueillie automne 2020 en formule participative ou avec petit loyer. Où ? 40/33/24. Offre : Ma façon d'être, tournée vers l'humain. La joie de vivre du quotidien en des lieux qui s'y (...)