Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Biomasse et Energies
Extrait du N°9

le 16 janvier 2003

Avec Valenergol, on roule au Tournesol

N’importe quel véhicule diésel peut rouler avec 30% d’huile de tournesol sans aucune adaptation. Pour rouler avec 100% d’huile de tournesol, il faut réaliser une adaptation à la portée d’un bon bricoleur ou du mécanicien dieseliste près de chez vous. Contrairement au diester ou au biodiesel qui a besoin de grosses raffineries pour être élaboré, l’huile de tournesol peut être fabriquée artisanalement et localement. Des presses à graines peuvent être achetées auprès de distributeurs spécialisés ou d’artisans bien avisés. Par ailleurs, le tournesol peut plus facilement être cultivé en bio, contrairement au Colza, qui demande de plus grandes quantités d’intrants.

(Voir également l’article sur Roule ma Fleur, une huilerie associative et itinérante paru dans la revue Passerelle Eco, et qui présente une manière de presser de l’huile végétale carburant. )

Valenergol, une société de valorisation énergétique des oléagineux a été créée à Agen par Alain Juste et des amis, afin d’extraire l’huile de tournesol et de la commercialiser. Depuis 95, 6 millions de km ont été "roulés" avec brio sur différents moteurs diésel.

Les douanes reprochent actuellement à Valenergol de ne pas avoir payé la Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers pour son huile de tournesol ! Valenergol est donc sous le coup d’un procés (en appel) et bénéficie du soutien du réseau qui a lancé cette entreprise d’utilité publique, des Verts locaux, et de tous (tous) les syndicats agricoles.

Pour une Europe fleurie

Actuellement, une nouvelle directive n° 547 européenne est en cours d’examen. Elle prévoit la taxation des matériaux naturels de type biomasse tels que : bois, charbon, huile végétale et même eau ! Pourtant, c’est contraire à la volonté européenne de lever les obstacles administratifs à l’emploi d’énergies renouvelables !!

Pour être adoptée, elle doit être ratifiée par tous les délégués nationaux (en France : le ministère de l’économie). Un réseau de résistance s’est formé pour contrer cette main mise sur les ressources naturelles.

Contact  :
Valenergol tel : 05 53 95 65 58

Voir également sur ce site  :
 Roule ma Fleur, la huilerie itinérante ;
 le dossier biomasse

Pour produire votre huile de tournesol, il existe des presses à oléagineux à partir de 600€. Contactez :
 F. Laplace (exploitant agricole diversifié) au 05 59 84 43 08,
 Les Moulins du Tirol, au 03 85 94 06 79.


5 votes

18 messages

  • La France sommée de se mettre au biocarburants

    Le 19 mars 2005, par JLuc (Passerelle Eco)

    Le gouvernement français fera connaître sa décision en mai sur les autorisations de construction d’usines pour la production supplémentaire de 800.000 tonnes de biocarburants en 2007, a annoncé le ministère de l’Agriculture, vendredi dans un communiqué.

    Les demandes reçues à l’appel européen à candidatures, clos jeudi, portent sur un volume de biocarburants de 2,2 millions de tonnes, a ajouté le ministère.

    Le nombre de candidatures s’élève à un peu plus d’une dizaine, a-t-on appris auprès du ministère de l’Agriculture, alors que le nombre de dossiers retenus devrait équivaloir à quatre usines, sous forme de construction ou d’agrandissement.

    Les nouveaux volumes de biocarburants - 320.000 tonnes pour l’alcool d’origine agricole (bioéthanol) et 480.000 tonnes pour les esters méthyliques d’huiles végétales (biodiesel) - ainsi produits bénéficieront d’une exonération partielle, valable pour une durée de six ans, de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP), comprise entre 33 et 38 euros/hl selon le type de biocarburant, ajoute le communiqué du ministère.

    L’Etat lancera une seconde étape, pour la période 2008-2010, pour se conformer à l’objectif communautaire de 5,75% de biocarburants dans les carburants, ajoute-t-il, sans donner de date pour le lancement de cette seconde étape.

    La Commission européenne a envoyé, le 16 mars dernier, une lettre de "mise en demeure" à la France car dans le rapport qu’il incombait à celle-ci de présenter le 1er juillet dernier, "les objectifs mentionnés (un taux d’incorporation de 5,75% dans les carbutants des voitures en 2010, ndlr) ne sont pas définitifs".

    Le porte-parole de la filière française de l’éthanol, Alain Jeanroy, a déclaré à l’AFP qu"’il "conviendrait d’augmenter la production française de 2,5 millions d’hectolitres pour atteindre cet objectif de 3 millions en 2010".

    "Il faut autoriser dès maintenant la construction de tous les sites de production candidats en France, ce qui représente un investissement d’un milliard d’euros et la création de plusieurs milliers d’emplois", affirme avec force M. Jeanroy.

    Le diester est fabriqué à partir de cultures oléagineuses (colza et tournesol en France), l’éthanol est dérivé du blé et de la betterave et bientôt du maïs en France, de la canne à sucre au Brésil et du maïs aux Etats-Unis.

    Les biocarburants étant plus chers à produire que l’essence ou le gazole, ils bénéficient d’exonérations fiscales. Le coût pour l’Etat de ces nouveaux agréments devrait s’élever à environ 320 millions d’euros et s’ajoutera aux 170 millions d’euros actuels.

  • > Avec Valenergol, on roule au Tournesol

    Le 12 mars 2005, par X

    Bonjour, j’ai lu le texte de loi pour le procès Valenergol et je voudrais savoir ce qu’il en est aujourd’hui en 2005 ! Car moi aussi, je projette de créer une entreprise pour faire du biocarburant en mélange à 30% environ sur les diesels et j’ai besoin de certifications officielles juridiques pour me lancer sans aucun risques quelconque. Et quand-est-il des garanties constructeur pour ceux qui en feront l’usage ? Voilà pour mes questions et merci à ceux qui pourront me répondre. adresse e-mail à moi : francois.suze@caramail.com

  • L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas

    Le 27 octobre 2004, par JLuc (Passerelle Eco)

    Le baril de pétrole à 54 dollars a mis en colère certains leaders syndicaux agricoles qui ont demandé une baisse de la taxe de 4 centimes par litre de fioul sur les produits pétroliers, la TIPP. Cette vraie fausse solution ne résout en rien le vrai problème de l’envolée de la consommation énergétique.

    Transrural Initiatives n°271 - 26 octobre 2004 : L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas

    Les agricultures les plus intensives sont les premières touchées par la hausse du pétrole.

    Selon le Centre d’économie rurale du Morbihan, la facture énergétique d’un élevage avicole augmentera de 5 ? par m², soit 25 % de charges en plus. Autant de revenu en moins pour une filière touchée par la crise. Les producteurs de tomates sous serre vont voir leur facture accroître de 9 ? par m². Les éleveurs laitiers, moins touchés, verront leur revenu amputé de 2,3 %. Ces chiffres sont à nuancer car ils ne prennent en compte que la facture de fioul. Or, le pétrole se cache par ailleurs dans la fabrication de nombreux intrants utilisés sur une ferme : engrais, pesticides, bâches plastiques. Il faudrait ajouter également le fioul nécessaire pour transporter le soja qui nourrit les vaches.

    Tout le monde s’accorde pour dire que cette augmentation conjoncturelle va vite devenir structurelle. Au-delà des querelles d’experts sur la durée de vie des réserves de pétrole, les tensions au Moyen-Orient et la demande croissante de la Chine et des États-Unis induisent à une hausse linéaire du prix : en 2025, la demande mondiale devrait atteindre 120 millions de barils, contre 80 millions aujourd’hui. De plus, le pétrole est soumis à une forte spéculation boursière, les sociétés pétrolière (dont Total) faisant d’ailleurs exploser leurs bénéfices depuis 5 ans.

    Être plus autonome

    Cette situation invite à être plus autonome en énergie. Les biocarburants constituent une alternative. Ils ne représentent en Europe que 0,5 % des carburants utilisés pour le transport. Les biocarburants se divisent en deux catégories. La filière huile estérifiée (diester ou biodiesel) est la plus connue et la plus soutenue par les décideurs. ainsi que par le lobby pétrolier. L’ester, fabriqué à partir d’huile de colza est mélangé à hauteur de 30 % avec du pétrole pour alimenter les « flottes captives », véhicules spécifiques qui acceptent ce carburant. Ce soit disant diesel « vert » est une aubaine pour les pétroliers qui prolongent la vente de l’or noir.

    L’autre filière est plus autonome : l’huile brute végétale. Ce carburant est composé à 100 % d’huile de colza et de tournesol. Des agriculteurs produisent leur colza qu’ils pressent à froid pour obtenir une huile directement utilisable par les tracteurs. Ce système est plus autonome, simple, performant mais moins intéressant pour l’industrie pétrolière. Aujourd’hui, il est interdit d’utiliser cette huile sur la route. Le législateur refuse de la répertorier comme carburant. Une directive européenne pourrait enfin « obliger » nos députés à reconnaître l’huile brute comme un biocarburant.

    Ces deux filières, notamment le diester ne résolvent pourtant pas le problème de la diminution de la consommation de pétrole. C’est ce que vise l’agriculture durable. Des bilans énergétiques effectués sur 140 fermes (source Solagro) démontrent que la consommation varie de un à huit en fonction des choix de l’exploitant. Ce diagnostic, dénommé « Planète » intègre toutes les sources d’énergie non renouvelables (fioul, intrants, aliments pour bétail). Les fermes qui ont choisi le pâturage sont ainsi les moins énergivores. Elles consomment moins d’engrais (le trèfle apporte l’azote aux prairies), utilisent moins d’aliments car la ration est équilibrée avec l’herbe et les rotations culturales longues dans l’assolement permettent d’utiliser moins le tracteur : être plus autonome pour moins consommer.

    Avoir une consommation plus éthique

    Les consommateurs que nous sommes tous peuvent aussi influer sur l’économie d’énergie. Certains petits plats tels les tomates ou abricots en hiver, beaucoup de viande les plats préparés ou congelés sont énergivores. Si les agriculteurs peuvent baisser leur facture, le consommateur peut également participer à l’économie de pétrole en achetant davantage de produits locaux et de saison.

    Pour en savoir plus
     cahier technique sur l’économie d’énergie et la production d’énergies renouvelables à la ferme par le Réseau agriculture durable, contact au 02 99 77 39 25 ou agriculture-durable@wanadoo.fr
     Association Solagro (diagnostic planète) : solagro@solagro.asso.fr - site : www.solagro.org.

    J. Taunay, Transrural Initiatives n°271, 26 octobre 2004.
    www.ruralinfos.org - Adir - 2, rue Paul Escudier 75009 Paris
    Tél : 01 48 74 52 88 - fax : 01 42 80 49 27 - e-mail : contact@ruralinfos.org

    Voir en ligne : www.ruralinfo.org

  • > Avec Valenergol, on roule au Tournesol

    Le 13 octobre 2004, par MISIEWICZ Jérôme

    Bonsoir Mesdames et Messieurs, je désirerais, SVP, une explication.

    Dans le fichier PDF, vous terminez par l’affirmation. Qu’utilisez l’huile de tournesol comme carburant sans acquitter la TIPP est légale selon la Cour d’Appel d’Agen du 25 novembre 2002.

    Or sur le site de valenergol.free.fr, il est indiqué que les requérants (M.Juste etc...) ont perdu.

    Pourriez-vous m’éclairer à ce sujet ? Car si utiliser l’huile de tournesol sans acquitter de TIPP est légale, pourquoi ont-il perdu dans ce cas et pourquoi poser une question préjudicielle à la Cour de Justice des Communautées Européennes (CJCE) ?

    Par avance merci

    Voir en ligne : Nous avons perdu sur toute la ligne !

    • Utilité de la TIPP ?

      Le 11 décembre 2004, par didier

      Quelle est la justification de la TIPP ? Si cette taxe doit être un frein à la consommation de produits pétrolier pour garder une dépendance « raisonnabe » vis-à-vis du pétrole, elle doit-être supprimée. Si c’est de l’argent dont le but est de lutter contre les effets néfastes des carburants (pollution, mais aussi bouchons, lutte contre les polluants*), elle doit être fortement allégée pour le tournesol... Si il s’agit principalement de financer l’infrastructure routière, la sécurité sur les routes... il n’y a pas véritablement de raison de la supprimer :-(, elle est juste mal nommée.

      *Lors de la combustion de l’huile, des polluants sont certainement générés, qui peuvent être aussi dangereux que les polluants actuels, car la combustion dans un moteur n’est pas idéale (d’où les odeurs de friture)... La plupart de ces polluants auront des durées de vie limitées, on gagne donc tout ce qui est pollution à long terme (CO_2), mais les allergies, maladies dues à ces polluants subsiste.

  • > Avec Valenergol, on roule au Tournesol

    Le 4 octobre 2004, par philippe

    Que je suis content d’avoir regardé la 2ème chaine de télé au jounal de 13 heures ce jour ! je veux faire partie de ceux qui vont montrer a nos enfants comment rouler propre (meme si ça sent un peu !) Mais qu’attend t’on pour lancer le biocarburant a l’inssu de tous ces requins qui s’enrichissent sur notre dos avec leur saloperie de brut qui non seulement coute de plus en plus cher, mais pollu a tout les stades (extraction, transport,utilisation)Nous payons des exploitants agricoles, à grands coups de prime 300€ l’ha net d’impots, pour entretenir des jachères, alors qu’on pourrais utiliser ces terres a planter du tounesol. D’autant que nous avons le matériel et l’énergie pour fabriquer de..........l’énergie mais propre. Biensur l’état va avoir du mal a ce passer de ces taxes exorbitantes imposées sur les produits pétrolier.Aujourd’hui les patron-pècheurs sont en grève pour l’augmentation énorme du fuel......il y a quand meme quelle que chose à faire, on ne peut indéfiniment continuer avec le pétrole monopole, il nous faut d’autres alternatives et puisque le bio foctionne alors fonçont, c’est trop génial....moins cher, écologique, créateur d’emplois, plus à la merci de cette "mafia légal". Ceci est une prière ! Faites tout pour que ça marche. MERCI

    • > Avec Valenergol, on roule au Tournesol

      Le 5 décembre 2004, par MISIEWICZ Jérôme

      Bonsoir Mesdames et Messieurs !

      Pour la soi-disante odeur de friture, cela me fait sourire.

      En effet, si l’on est capable de créer des friteuses sans odeurs (ou fortement atténuées), il est a fortiori possible de créer un filtre idoine sur une automobile pour éviter toutes odeurs de fritures

      Cordialement

Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Stage: «Voyage au Cœur du Règne Végétal» (Artisanat dans le 26)

Stage : "Voyage au cœur du règne végétal" ♦  5 jours, au pieds du Vercors. Herborisation et cueillettes au fil des balades, botanique, transformation herboristerie et cosmétique, cuisine sauvage. (...)

Petite Ferme à Partager (Fermes)

Projet : Nous voudrions accueillir plusieurs personnes sur la ferme. Les travaux n'étant pas terminés, une ou deux personnes (en couple) sont seulement envisageables pour le moment. L'objectif est (...)

Logement sur une Ferme cet Hiver (Fermes dans le 34)

Propose : Hébgt dans une ferme pour l’hiver, magnifique lieu isolé à 800m d'altitude. Ferme d'élevage, 6 vaches, 3 ânes, une jument. Demande : coups de main, remplacement, soin (...)

Un Petit Collectif de Production Agricole et d'Habitat se Prépare! (Elargissement dans le 24)

Projet : fermette-eco-lieu petit collectif de production agricole et d’habitat en préparation, créons le ensemble ! Propose : espace "passerelle" ou installation à long terme. ♦  Il y a 3-5 (...)

Colocation sur Ecolieu (Offres de CoLocation dans le 09)

Projet : Sur ferme indépendante, un lieu d'écocohabitation, a démarré en 09 et des places seront disponibles en 01, et 03/23. Espace possible pour caravane ou teenhouse. En plus de la maison de (...)