Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Ecole Alternatives, pédagogie
Lettre de L’Éducation Authentique
Empathie et éducation... et plus

le 30 novembre 2010

Contact

Empathie et éducation... et plus

Le CRÉA ne prône pas une éducation alternative ou différente (laquelle n’est jamais qu’une « amélioration » du même schéma « éducation », avec un éducateur et un éduqué). Il la préfère toutefois, sans aucune hésitation, à l’éducation conventionnelle et dominante.

La raison d’être de cet article est d’inviter seulement à "considérer" quelques idées partagées dans une Lettre du "CRÉA".

REFLETS

L’empathie, c’est naturel...

Si le bâillement, le rire, la peur… sont « contagieux », si une catastrophe peut susciter, à des milliers de kilomètres, des élans de générosité, si je pleure ou si je ris devant un écran… c’est que j’ai la capacité de ressentir ce qu’un autre ressent. Une mère, généralement, donne spontanément à son petit les soins appropriés – qui, sans ces soins, ne survivrait pas. La découverte des neurones-miroirs vient corroborer ces observations. L’empathie est cette faculté naturelle à pouvoir saisir ce que l’autre ressent – joie, tristesse, colère, jalousie… – sans nécessairement l’éprouver moi-même (ce qui est alors de la sympathie) ou sans la « fuir » (ce qui est de l’ordre de l’antipathie). En d’autres termes, je ne peux pas ne pas connaître ce que l’autre ressent et je ne peux pas ne pas « vouloir » l’aider – c’est-à-dire m’aider à être moi-même en l’aidant. L’empathie est donc naturelle, innée.

La culture va se charger de la contrôler – notamment par l’éducation-formation – : l’autre est vu comme un concurrent, voire un adversaire, sinon un ennemi… à dépasser, à vaincre ou à abattre, symboliquement, moralement ou réellement. « La vision d’une nature humaine "impitoyable et sauvage" impose à la société des frontières différentes de celles d’une théorie qui fait de la coopération et de la solidarité des composantes de notre origine ». La faculté d’empathie, bien réelle, n’entraîne pas nécessairement la bonté, pas plus que le mariage d’amour n’empêche les conflits. La politique, la culture – dont l’éducation-formation –, la religion… sont là pour veiller au contrôle social – c’est-à-dire au contrôle d’une majorité dominée par une minorité dominante. Et le paradoxe veut que ce contrôle-domination se fasse au nom d’un « mieux vivre ensemble » : l’égalité, la fraternité, la solidarité, la morale, l’éthique… et tous ces jolis mots qui courent dans les idéologies – fussent-elles alters. Le processus (éducatif) est « rodé » : ce qui est naturel est nié pour être recouvert d’un voile de faux bons sentiments, de fausse bonne conscience.

L’empathie n’est donc pas une (nouvelle) injonction morale ou autre. Elle m’est naturelle. Je n’ai surtout pas à l’apprendre – et encore moins d’un quelconque « enseignant ou "gourou" ». J’ai à voir comment, sous couvert de « faire mon bien », j’ai été dépossédé de la maîtrise de mes facultés naturelles, intrinsèques. Alors, je regarde, je regarde, je regarde… Et je ne devrais pas, un jour, ne pas voir… par moi-même. Et alors « supporter » ce que je vois – dans les deux sens du terme : accepter et soutenir. Puis de l’oublier pour le laisser être.

Jean-Pierre Lepri

ÉCHOS

La méthode naturelle...

Nous gardons tout au long de notre vie la saveur des mets que nous avons goûtés dans notre enfance, parce qu’ils sont toujours liés aux détails subtils et indélébiles du comportement familial et social. Et nous n’oublierons jamais cette langue maternelle que nous avons apprise exclusivement par la méthode naturelle, même si elle ne comporte aucune règle dont nous ayons eu la révélation.

Les notions que nous avons apprises pour les examens ou pour satisfaire les exigences disciplinaires de l’école s’en vont comme elles sont venues, heureusement pourrions-nous dire souvent !

La famille ne risque point de se mettre en colère parce que l’enfant articule imparfaitement. L’enfant lui-même corrige hardiment, peu à peu, mais on ne sait encore par quel mystérieux travail, les formes imparfaites. Quel bonheur le jour où Bébé a su exprimer une pensée ! Il s’affirmait… Il était parti à la conquête du monde ! Nous suivons tout simplement l’exemple des mamans.

Si des professeurs devaient apprendre à parler à des enfants, ils le feraient selon les principes qu’ils supposent logiques, en partant de sons simples et du b a ba traditionnel, par un escalier méthodique inéluctable. Or, dans la pratique, nous constatons, par la méthode naturelle, que les enfants progressent selon des principes différents à base de vie, et qu’ils ne craignent pas de s’attaquer aux vocables les plus difficiles s’ils s’intègrent dans la construction active de leur comportement affectif. Ils ne partent pas nécessairement de l’élément simple, mais abordent au contraire d’emblée le complexe vivant du mot et de la phrase.

L’erreur de la pédagogie traditionnelle c’est de penser que l’enfant ne saura parler que lorsqu’il aura maîtrisé la technique du langage. Or, dans la pratique, le jeune enfant se fait comprendre bien avant d’être en possession de cette technique : il ne connaît que quatre ou cinq syllabes, qu’il module, il est vrai, à l’extrême, ou trois mots polyvalents, mais ils lui suffisent pour établir des contacts subtils avec une ingéniosité et une sûreté qui sont pour les parents une heureuse et réconfortante surprise. Par la méthode naturelle l’enfant lit et écrit de même, bien avant d’être en possession des mécanismes de base, parce qu’il accède à la lecture par d’autres voies complexes qui sont celles de la sensation, de l’intuition et de l’affectivité dans le milieu social.

Célestin Freinet.

OUTRE

« Notre plus grande liberté dans la vie est le choix de notre interprétation de la réalité. À chaque instant nous avons le choix entre le "oui" et le "non", entre une attitude de responsable ou de victime, entre la gratitude et la complainte, l’optimisme et le pessimisme. Toutes ces attitudes expriment un choix que nous pouvons faire librement ».

Ma déclaration de responsabilité face à la vie...

J’accepte complètement et sans aucune arrière pensée que tout ce qui s’est jamais produit dans ma vie, et ce qui arrive en ce moment dans mon existence, et tout ce qui peut se produire dans l’avenir, me fournit des occasions précieuses pour apprendre et grandir.

Personne d’autre n’est à blâmer pour la négativité ou la douleur dont ma nature émotionnelle fait l’expérience, je ne chercherai aucune exception à cette croyance, même quand la cause apparente de mon problème est totalement indépendante de moi.

Je chercherai à toujours assumer entièrement ma responsabilité, tout en refusant la culpabilité. Plutôt que de chercher des excuses pour ce qui marche mal, je m’efforcerai de comprendre ce qui se passe, puis je chercherai des moyens pour corriger la situation.

J’assume la responsabilité entière de mes choix.

J’affirme que nulle personne ou situation ne peut me faire sentir inférieur-e, rejeté-e, inadéquat-e sans mon consentement et j’ai le libre choix de donner ou de refuser ce consentement.

Je refuse la croyance au hasard, qui est un des principaux mécanismes de déresponsabilisation dans notre culture car je suis conscient que je crée ma propre réalité par ma façon d’accueillir et d’interpréter les événements de la vie.

Je chercherai systématiquement, dans toutes les circonstances de la vie, les moyens et les solutions plutôt que les excuses et les refuges, car je préférerai l’ouverture et le risque plutôt que la passivité et la sécurité.

Je choisis de me respecter totalement, en toutes circonstances, quelles que soient les erreurs que je puisse commettre, et d’accorder ce même respect à toute forme de vie humaine, animale ou végétale que je rencontre.

Je dis OUI à la vie !

Pierre Pradervand

Demande de documents au CREA

Lettre originale du CREA :

Lettre originale du CREA

8 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact                    
Recherche sur le site :

Recherche dans la revue :

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Co-Location Jeunes Retraites (Contacts dans le 67)

projet : projet lieu de vie developpement personnel et du groupe offre : couple de jeune retraite propose location ou co location d'une maison sud est bord de mer demande : personne (...)

Cherche Accueil (À l’abordage dans le 16)

Offre : Loyer ; du temps ------------------------- Demande : Souffrant de solitude, je souhaite être accueillie. Merci.

Partage d'un Lieu en Montagne (Ecolieux existants dans le 06)

Projet : bonjour on est un couple de retraité valide on peut accueillir une ou deux personnes dans une petite maison individuelle a coté de la notre ici c'est la décroissance volontaire et le (...)

Recherche Collectif (Graines d’Avenir dans le 34)

Projet : Nous recherchons des personnes qui souhaitent créer un éco-hameau situé en Occitanie (Tarn, Aveyron, H érault, Ariège) . Offre : Mon compagnon et moi exerçons une activité professionnelle qui (...)

Location (Recherche location dans le 11)

Projet : Colocation retraitées Offre : Loyer 800 € + entretien terrain ou jardin. Demande : Trois femmes jeunes retraitées recherchent pour Avril 2020 maison pour colocation. ♦  Quatre cinq chambres (...)

Vivre Seule à la Campagne N'est pas une Sinécure (Rencontres amoureuses dans le 34)

Projet : Jardinière 63 ans, vend ma propriété (34) Souh. rachat lieu de vie avec conjoint région PACA ou Corse pour autonomie affective et matérielle. Offre : Origine bretonne, BPA agricole. Aux de vie, (...)

Ermitage (Graines d’Avenir dans le 34)

Projet : Nous cherchons une forêt à louer ou acheter pour y établir un ermitage léger et accueillir des retraites dans la forêt. Offre : Douceur, une présence bienveillante, prières... Demande : Un espace (...)

Projet Recherche un Lieu en Montagne (Un Groupe Existe dans le 39)

Projet : écovillage Art-Terre : Création d'un lieu collectif en montagne proposant un accueil intergénérationnel avec des activités en lien avec la nature et les arts. Offre : Un projet solide avec (...)

Projet d'Éco-Lieu Habitat Collectif (À l’abordage dans le 12)

Projet : Création éco-lieu en Aveyron, près de Saint Affrique: – Mutualiser pour l’achat d’une propriété avec forêt, prairies, sources d’eau, rivière… – Développer un projet d’habitat écologique (...)
twitter

SUR LE WEB