Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Les Blogs

le 7 septembre 2009

Contact

ARTICLES

La Nature, et la nature de la nature...

"La nature est un de ces mots dont on se sert d’autant plus souvent que ceux qui les entendent ou les prononcent y attachent plus rarement une idée précise." Condorcet.

Nature vient du latin "natus", qui veut dire "né", que j’ai envie d’opposer à non-né, inexistant. La nature est ce qui fait qu’une chose est telle qu’elle est, l’essence si on veut le dire avec des mots qui font bien. La nature de l’eau est d’être une molécule douée de propriétés mécaniques et vibratoires décrites par Philippe Bobola par exemple. Tout a une nature, y compris chacun d’entre nous, membres de la famille humaine.

Et je ne voie pas ce qui justifie le fait qu’une chose soit supérieure ou préférable à une autre, je suis bien incapable de sortir une liste de ce qui est "bien" et ce qui est "mal". Alors tout est permis ? Permis par qui ? Quand va-t-on arrêter d’attendre que l’on (un supérieur, évidemment) nous dise ce qui est "bien" ou "mal", pour réellement commencer à vivre, sans se justifier à chaque acte ? Alors on peut faire tout ce que l’on veut, notre vie peut être une ivresse de sang et de violence ? Oui, c’est une possibilité. Mais ce n’est pas la seule. Tout est possible. Tout est dans tout (et vice versa ;-). Inutile de vouloir la liberté, nous l’avons déjà. Ce qui ne veut pas dire qu’elle est facile.

Alors qu’est-ce qui fait que l’on choisit telle chose ou telle autre (pour nous, ou pour quelque chose qui nous est "extérieur", pensons par exemple à une plante cultivée) ?

Deux choses :

 La conscience, des différentes possibilités, ce qui peut aller de l’"immobilisme" (pessimiste, lunettes noires) aveugle sous prétexte qu’il est toujours possible que l’on empire notre situation et du "bougisme" (optimiste, lunettes roses) tout aussi aveugle sous prétexte qu’il est toujours possible que l’on améliore notre situation, au fait de voir les choses telles qu’elles sont (sans lunettes).

 Le coeur, qui choisit avec les données plus ou moins lacunaires fournies par la conscience, plus ou moins biaisé par notre culture, nos blocages personnels etc..., ce qui nous conduit parfois à prendre une ânerie (les ânes ne méritent pas ce mot) pour une intuition juste (ou vice versa). Ce n’est pas parce que ce biais existe qu’il est une fatalité et que l’on doit justifier nos choix avec notre mental. On essaie pas de faire du vélo avec une chaise sous prétexte que la chaine de celui-ci déraille de temps en temps (voire presque tout le temps). Bien sûr il y a des ratés, mais il n’y a pas que ça. Il y a ce qu’il y a, les choses sont telles qu’elles sont, qu’on le voye (veuille) ou pas.

Je dévie du sujet ? Pas avec le sens que je me suis donné. J’ai utilisé plusieurs termes dans le paragraphe précédent qui sous entendent quelque chose que je n’ai pas encore dit : empire, améliore, ânerie, intuition juste, déraille. Le paragraphe précédent a simplement déplacé la question : Qu’est-ce qui fait que le coeur choisit telle chose ou telle autre quand il n’est pas biaisé ? On peut mettre tout un tas de mots dessus, en faire des livres, des conférences et stages ou ateliers en tout genre. Chaque personne le dit de manière différente.

En ce qui me concerne, je dirai que c’est l’élan vital, la volonté de vivre pleinement, d’être réellement conscient (de sa nature et de celle de ce qui nous entoure) et d’avoir le coeur relié en permanence à cet élan pour en incarner la volonté.

On le dit tous de manière différente. Ce n’est que ma réponse.
Par contre nous sommes confrontés en permanence au choix à faire entre suivre cet "élan vital", ou rester sourd à son appel (avec les conséquence que cela entraîne) : vivre ou mourir.

Revenons à nos orties (je me permets de végétaliser cette expression). Du point de vue du paysage, qu’est-ce qui fait que je préfère une prairie qu’une grande gare, et un lieu sauvage (par exemple les gorges où je suis allé dormir hier soir) qu’une prairie ? Le fait que l’on laisse les choses être ce qu’elles sont, vivre suivant leur propre volonté selon leur nature (faire des branches pour un arbre, coloniser de la terre nue pour des annuelles, une prairie pour des arbustes pionniers etc...).

Est-ce que toute intervention humaine empêche une plante de vivre suivant sa volonté ? Non. Par contre il est possible qu’une intervention humaine empêche une plante de vivre suivant sa volonté (prenons par exemple le fauchage de nos chemins préférés).

Ce paysage sauvage, j’ai envie de l’appeler la Sylve, et par extension tout ce qui vit suivant la volonté de son élan vital, à l’état sauvage (étymologiquement sauvage vient du latin "silva", "forêt"). Nous pouvons en faire partie, mais pour cela nous avons besoin de nous relier à chaque élément du monde. Pour cela nous avons besoin d’aller plus loin dans nos relations avec celui-ci que l’alimentation, la construction d’un abri et la reproduction.

Un jardin et un lieu de cueillette peuvent en faire partie tout comme y être diamétralement opposés. Un abri et une ville aussi. Toute technique peut en faire partie, simplement plus son impact augmente, plus elle est exigeante vis à vis de l’utilisateur. A nous de nous limiter aux techniques adaptées à notre conscience du moment, a nous d’avoir conscience de nos limites.

Qu’y a-t-il en dehors de ces paysages sauvages peu courants ? Des champs cultivés laissant de moins en moins de place aux "mauvaises herbes", des pâturages, des prairies, des haies plus ou moins taillées, des gazons plus ou moins tondus, des forêts allant de la monoculture sombre en rang d’oignon de conifères serrés les uns contres les autres, presque au "garde à vous", ne différant d’un champ de blé "moderne" que par la taille des plantes cultivées et leur durée de vie, à des parcelles moins militaires mais néanmoins tenues d’une main de fer. C’est à dire de la Campagne, le paysage rural dominant.

Mais ce mot a un autre sens révélateur.

La campagne est aussi l’étendue sur laquelle se déplace une armée en guerre, et par extension cet état de guerre.

Surprenant comme souvent les mots parlent d’eux même, non ? J’ai envie d’appeler Campagne tout ce qui vit à l’encontre de l’élan vital, coupé de la vie, sans liens ou avec des liens lacunaires, faussés. Nous en faisons souvent partie.

Aujourd’hui la plupart du paysage qu’il m’a été donné de voir en France fait partie de cette Campagne, mis à part quelque lieux préservés.

Maxime a livré une version plus récente de ce billet, sur son blog


Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, simplement insérez une ligne vide entre eux.


ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Recherche Colocataire (Terre en Vue dans le 56)

Projet : Vivre en colocation dans une maison à Allaire (voir sur le bon coin maison à 490€) ou les environs , dans le 56 avec un loyer d’environ 250 à 300€ Chacun. Offre : Partage de loyer, de (...)

Le Festival des Possibles (Convergences dans le 89)

Projet : "le Festival des Possibles" Le festival des optimistes, des entrepreneurs de l’environnement, des rénovateurs de la biodiversité, des acteurs du « vivre ensemble ». Festival de films sur des (...)

Colocation entre Foix et Saint Girons a la Campagne (CoLocation dans le 09)

Projet : bonjour une chambre dispo en colocation. Offre : bonjour une chambre dispo a 20min de foix et saint girons dans le village de castelnau durban. 4 pers dans la colocation, 170 euros de (...)

Recherche Partenaire Financier: Eco Lieu (Graines d’Avenir)

Projet : Femme électrosensible recherche partenaire ( financier et amical ) ayant à cœur un projet identique pour l’achat d’un lieu . l’ idéal serait / Un grand terrain (minimum 1 hectare ) avec habitat (...)

Habitat Participatif de Montmartel (Saillans, Drome) (Elargissement dans le 26)

Projet : Groupe de 6 foyers avec une bonne mixité intergénérationnelle, ayant acquis un terrain de 7500m2 plein sud face au massif des 3 becs, à 5mn du cœur de Saillans. Cadre de vie convivial, (...)

La Lanterne-Financement Participatif (Terre en Vue)

Projet : Je viens d'acheter un corps de ferme à GENOD que je rénove pour en faire un lieu de retraites "méditation et nature". Je lance un financement participatif et fait appel à tout aide spontanée (...)

Co-Location en Sud Aveyron Petit Projet Agricole Possible (CoLocation dans le 12)

Projet : revitaliser le village . permettre a des gens d'acceder au foncier . Offre : maison en pierre dans un hameau du sud aveyron . 2 chambre de 30 m2 ( 1 deja louee ) , grande cuisine , sdb . (...)

Petit Écolieu en Auvergne Cherche à Grandir! (Elargissement dans le 43)

Projet : Mon nom: En chemin Né en 2008 Je suis implanté dans une petite commune des Gorges du Haut-Allier (43), 750m d'alt. Mon territoire: 15ha, une maison écologique autonome (2 logements), une (...)

Échange Écolieux pour 2 Ans (Autres Terres dans le 974)

Projet : Ecolieu de 2ha à la Réunion avec 1 maison et 1 gîte à côté de la forêt primaire des hauts (1500m). Nous cherchons à échanger avec un lieu similaire en France pour 2 ans. [Accueil écotouristique, (...)