Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Agenda & Actualité > Rencontre "Education Populaire, Eco Construction et Habitat (...)
CEN - Coopérative de la Nouvelle Education populaire

le 21 janvier 2009


Les maires ; l’écoconstruction, le social et la solidarité

Compte rendu de la rencontre-débat avec les élus

Cet article poursuit la publication des comptes rendus des rencontres de La CEN sur le thème "Education Populaire, EcoConstruction et Habitat Solidaire".

Ici, c’est la relation avec les élus et avec les autorités administratives qui est abordée, ainsi que le rôle qu’ils peuvent prendre pour favoriser des démarches écologiques et solidaires.

Elus présents :
-  Odile Blanc à Bourg Les Valence (26)
-  Fabien Puzenat à Lagorce (07)
-  Pierre-Gilles Bellin à St Gonlay (35)
-  Aucun maire n’était présent

Q : Les élus ont-ils des outils, des moyens d’échange entre eux et avec les citoyens pour parler des initiatives innovantes, écologiques, etc... ?

R Odile : Chaque lundi à Bourg Les Valence, les élus de la majorité municipale se réunissent entre eux. Il est possible d’y ajouter un point à l’ordre du jour. Des réunions publiques sont aussi organisées quand il y a un projet précis qui se met en place. Elles permettent au public de s’approprier le projet, de poser des questions, etc. Il y a également sur notre commune cinq structures sociales (des maisons de quartier, des centres socio-culturels, etc.) qui réunissent des groupes de réflexion et des commissions sur la citoyenneté ou sur l’environnement.

R Pierre-Gilles : Il y a une complexité entre la commune, la communauté de communes et ceux qui y ont des enjeux financiers comme le syndicat des eaux (Veolia). La superposition des tâches rend l’avancée des projets très complexe.

Q : Qui prend les décisions pour la construction d’HLM, leur conception et leur gestion ?

R Odile : On ne parle pas d’HLM dans ma commune mais d’habitats à mixité sociale. C’est la commune qui décide, ou le service de l’urbanisme s’il existe. La commune peut également déléguer à des aménageurs sociaux.

Q :Quelle implication avez-vous par rapport à la conception du Plan local d’Urbanisme ?

R Fabien : On peut intervenir. Sur notre commune, on s’est engagé à aider des exploitants agricoles à s’installer. Les projets écologiques autonomes que les citoyens proposent seraient bien moins chers que les solutions conventionnelles mais quand la majorité des élus appartiennent de près ou de loin à Veolia, ce n’est pas facile de les défendre !

R Pierre-Gilles : On a trop peu de budget pour avoir de la marge de manœuvre. On ne réfléchit pas assez à la manière de faire des économies. Le pouvoir d’achat des habitants ne permet pas qu’on augmente nos ressources. Pour économiser, on pourrait baisser le nombre d’emplois publics, ce qui n’est pas évident ! Les élus ne savent pas forcément gérer un budget ; ils devraient être formés ou guidés pour cela.

Q :Quelle marge de manœuvre avez-vous pour demander des aménagements écologiques dans les logements sociaux ?

R Odile : Les bailleurs sociaux nous répondent que c’est trop cher.

Q :Et pour encourager des toilettes sèches et des systèmes de phyto-épuration ?

R Pierre-Gilles : Les pressions de divers bords sont nombreuses mais on a les moyens que l’on se donne. Un maire pourrait encourager de tels aménagements même si cela va à l’encontre du préfet !

Q :Quelle est votre position face aux habitats nomades ou légers ?

R Fabien : Au cas par cas. J’ai besoin de savoir comment vous gérer vos déchets, le traitement de l’eau, etc. On a besoin de garde-fous. A Lagorce, on est prêt à encourager ce genre d’aménagements s’ils sont faits dans les règles de l’art. Si votre système de phyto est réalisé par une association experte comme Eau Vivante et que des tests prouvent la qualité des eaux rejetées, alors nous n’y verrons pas d’inconvénient.

Intervenant : Valence a investi des millions d’euros pour créer des boulevards bétonnés sans aucune vie. La ville aurait pu investir la même somme dans des projets intelligents. Le problème est que les femmes, les jeunes, les immigrés, les ouvriers, etc, ne sont pas à l’assemblée nationale ni aux conseils municipaux. Les décisions prises ne tiennent donc pas compte de leurs réalités. Les budgets participatifs sont intéressants comme à Porto Allegre. On pourrait par exemple réunir les gens d’un quartier et leur demander quelles seraient leurs priorités locales.

R Odile : J’ai proposé la démocratie participative à Bourg Les Valence et on m’a répondu qu’il n’y a pas assez d’habitants pour cela, alors que nous sommes 19 000 !

R Fabien : Si on veut que les élus agissent, il faut l’implication des citoyens. Allez demander un budget participatif à votre commune. Mobilisez vous. Regroupez vous. Pour poser des questions au conseil municipal, il faut les soumettre à l’avance. Si vous y allez nombreux, vous établirez un rapport de force.

R Pierre-Gilles : Le problème est que les élus n’arrivent pas au pouvoir par leurs compétences mais par leur capacité à éliminer les autres. Il est très difficile aujourd’hui pour certains élus de se positionner à l’encontre de la majorité de leurs collègues, des autres élus. Ce qu’il faut, c’est donc un changement institutionnel complet pour créer une démocratie authentique.


Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • vivre a la campagneDemande : homme 54ans célibataire grand brun physique agréable passionné de nature et d'animaux souhaiterais rencontré une personne vivant a la campagne pour passions et vie (...)
  • Vend propriété dans l’AudeProjet : Vend propriété 10Ha très calme, exposé sud : prés et forêt de feuillus, mare, 3 maisons en bon état : 140 m2 - 120 m2 - maison pierre 60 M2, chaudière à granulés + poêles à bois, eau, (...)
  • Recherche simplicité près de GrenobleProjet : Axelle, Nicolas et Iwooky, notre chow chow, recherchent un lieu de vie mêlant simplicité, nature et calme. Nos centres d' intérêt mêlent: musique,développement personnel,jeux de société (...)
  • Location caravaneOffre : Ferme équestre & éducative isolée en montagne vosgienne offre location d'une grande caravane (chauffage, eau, électricité). Possibilité d'un troc contre (...)
  • Recherche Dons jouets matériel puéricultureProjet : Micro Crèche Nature (Eco, Bio, Montessori, Loczy)sur la région toulousaine.
    Demande : Bonjour, Je suis infirmière,engagée dans un projet de création d'une Micro Crèche Nature sur la région (...)