Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Groupes, Relation et Non Violence
Publié dans Passerelle Eco n°9
La Méthode du Consensus - Présentation

le 3 mars 2003

La Méthode du Consensus - Présentation

entre éthique, pragmatisme et esthétique

LA METHODE DU CONSENSUS

Une définition et quelques considérations pour commencer

La MC est un processus qui se déroule en plusieurs phases et dans lequel on utilise diverses techniques de discussion, d’analyse et de débat, et grâce auquel, un groupe arrive à prendre des décisions sans avoir recours au vote.

Consensus signifie que l’on est d’accord sur quelque chose, mais ne signifie pas nécessairement accord total de tous sur tout, c’est à dire unanimité. L’unanimité peut être atteinte, mais ce n’est certes pas un objectif : le consensus tend à faire cohabiter les différences, non à les éliminer. Ainsi lors d’une décision consensuelle, il peut y avoir différents degrés d’accord et de nombreuses nuances au regard des engagements que les différents membres assument par rapport à une décision déterminée, cependant le tout a lieu de façon explicite et globalement accepté.

L’adoption de la MC de la part d’un groupe peut se produire sur des bases consensuelles. La MC une fois acceptée n’exclut pas le recours à des modes de décisions, basés ou pas sur le vote, pourvu qu’un tel recours advienne sur la base d’un décision consensuelle.

LES BASES DU CONSENSUS : ENTRE ETHIQUE, PRAGMATISME ET ESTHETIQUE

La fin ne justifie pas les moyens ; les moyens contiennent la fin

La MC naît de la conviction que le rapport entre les moyens et les buts doit être cohérent . par exemple si on a des objectifs justes et solidaires, les moyens de les réaliser devront d’emblée exprimer concrètement, équité et solidarité. En pratique ceci se manifeste dans la façon de gérer le pouvoir et en particulier dans la façon de prendre les décisions.

L’utilisation du pouvoir : l’individu ne se fait pas écraser par le groupe, le groupe n’est pas bloqué par l’individu

En ayant un regard superficiel, la MC semble donner un pouvoir excessif au simple individu (ou à la petite minorité) par rapport au groupe. Ainsi, il semble que, même après une longue discussion, celle-ci tournerant en sa défaveur, quelqu’un puisse bloquer un groupe important en refusant son accord à la décision. Mais ceci n’est rien d’autre que l’exercice du soi disant pouvoir de veto, qui n’a rien à voir avec la MC.

La MC donne effectivement un grand pouvoir à l’individu (à chaque individu sans distinction) parce elle en reconnaît la valeur, la dignité, l’unicité. Mais l’individu peut bloquer le groupe seulement s’il réussit à démontrer la validité de son opposition, c’est à dire que la décision qui va être prise est vraiment dommageable au groupe et/ou en contradiction avec ses principes fondamentaux. Si le groupe reconnaît le bien fondé de l’opposition, alors la décision peut être bloquée, sinon la responsabilité de décider de ce qu’il faut faire incombera à la partie adverse, si possible en l’annonçant en termes clairs et explicites.

Donc, pour que la MC fonctionne bien, l’individu doit reconnaître et accepter le pouvoir du groupe à déterminer quels sont les problèmes qui peuvent être résolus, ceux qui nécessitent plus d’attention, et ceux qui bloquent la décision : le piège du veto consiste à être incapable de reconnaître les limites du pouvoir individuel ! L’individu a le pouvoir et la responsabilité de soulever les problèmes ; le groupe a le pouvoir et la responsabilité de les reconnaître et de les résoudre.

Etre attentif aux travaux et aux rapports humains

Les rencontres servent à affronter et à résoudre les problèmes communs. Les bonnes solutions tiennent compte tant des aspects concrets des problèmes, que des relations entre les sujets. S’il n’y a pas un bon rapport, suffisamment détendu et confiant, alors même des problèmes simples peuvent se compliquer et devenir un poids énorme. Il est nécessaire de se rappeler que dans le travail du groupe les deux objectifs (contenu et relation) doivent toujours être convenablement étudiés : l’un influence l’ autre.

Faire la distinction entre les personnes et les problèmes et se concentrer sur les problèmes

Lorsque l’on affronte les problèmes, l’on a tendance à oublier, et que nous sommes face à des êtres humains qui ont des sentiments, des valeurs, des convictions profondément ancrées , des histoires et des points de vue différents, exactement comme nous. Chacun a un "moi" sensible qui peut facilement se sentir menacé, et un moi menacé pense surtout à se défendre. Chaque jugement sur la personne risque de détériorer la relation et d’altérer le bon climat psychologique qui est indispensable pour bénéficier des ressources de créativité et d’intelligence de tous les participants, ressources sans lesquelles, il est impossible de trouver de bonnes solutions aux problèmes.

C’est pourquoi il est fondamental de rester fidèle aux faits, aux termes concrets des problèmes "attaquant" les idées et les propositions même très fermement si cela est nécessaire, mais en restant en même temps intérieurement respectueux des personnes "durs avec le problème, souples avec les individus"

Là le fait de ne pas s’identifier à ses propres idées aide énormément, en se rappelant que "mes idées, ne sont pas les miennes !"

Faire la distinction entre les besoins et les solutions et se concentrer sur le fond

Pour affronter les problèmes, on oublie que le fond des questions ne se trouve pas dans les positions de départ (parfois opposées seulement en apparence), mais dans les besoins, les préoccupations et les convictions des parties concernées, c’est à dire ceux que d’aucuns appellent les "bases" des problèmes. Par exemple, souvent l’on discute( et on se dispute) sur les propositions de solutions sans avoir sondé de façon adéquate quels sont les besoins en jeu : les solutions représentent la réponse à des besoins et le même besoin peut être satisfait de différentes façons, il peut y avoir de nombreuses solutions pour un même problème. Si on fait une fixation sur certaines idées, il devient impossible de négocier de façon constructive. Il ne s’agit pas de renoncer à ses propres principes, ni de dissimuler les différences incompatibles sur le moment, mais c’est seulement en s’orientant vers la recherche des besoins partagés que se créent les conditions pour trouver des solutions coopératives, réalisables, qui ouvrent la voie commune à tous.

Inventer des solutions : générer des options et définir des objectifs factuels

Une fois cernés le fond des problèmes, il est nécessaire de consacrer le temps voulu à la recherche de solutions avantageuses pour tous. Ici l’imagination, l’intelligence, l’expérience, sont les ressources premières : souvent il s’agit d’inventer littéralement de nouvelles solutions.

Ce passage peut sembler banal, mais d’un point de vue pratique, la phase de conception est souvent négligée ou de toute façon mal gérée (par exemple il est fréquent que le brainstorming soit plein de jugements et de commentaires sur les idées elle mêmes).

Ne pas s’identifier( ni identifier l’autre) aux idées facilite beaucoup la recherche de solutions différentes et peut être meilleures.

Rester attachés aux propositions de solutions est une habitude fréquente qui représente un obstacle non seulement au consensus, mais surtout à l’élaboration de solutions de bonne qualité...Abandonner une proposition ne signifie pas renoncer à ses propres principes ou à ses propres besoins, mais simplement de rechercher d’autres solutions.

Faire des choix sur la base de critères reconnus et transparents

Les critères qui sous tendent chaque choix doivent être expliqués et se référer le plus souvent possible à des éléments vérifiables et à des principes communément acceptés.

Les critères ne doivent pas dépendre de la volonté ou du contrôle de certaines parties en jeu, c’est là qu’en général on exerce plus ou moins consciemment un usage incorrect et manipulateur du pouvoir pour orienter les choix vers des intérêts partiaux (par exemple avec des menaces voilées, piques, attaques personnelles qui détournent l’attention des données exactes du problème, etc.)

Savoir être constructif dans une situation de malaise (frustration, irritation, préoccupation)

La MC est en substance un processus de gestion constructive et non violente des conflits.

Le conflit est considéré ici comme un phénomène absolument naturel, en soi ni juste ni faux.

Lorsqu’un groupe crée une atmosphère qui facilite l’expression du désaccord et des émotions qui s’y ajoutent (peur, irritation, frustration et ainsi de suite), il construit les bases pour des décisions plus fonctionnelles et satisfaisantes.

Aussi, faciliter une bonne communication est un facteur clé : communiquer c’est "gérer" la relation et les conflits. Mais il faut reconnaître aussi que même avec une utilisation parfaite de la méthode et une excellente communication, des problèmes qui ne sont pas complexes et compliqués peuvent demeurés non résolus sur le moment. Et alors ?

Si on procède avec soin et si on alimente la confiance, le paysage dans lequel on prendra les décisions (parce que de toute façon on décide toujours quelque chose) sera au moins plus clair et compréhensible. Et cela constitue un bon terrain pour parvenir à des décisions qui cherchent, dans la mesure du possible, à respecter les besoins essentiels en jeu. Parfois par exemple il faut accepter le fait de ne pas pouvoir prendre une décision sur une question précise. Alors savoir gérer de façon constructive le malaise personnel et collectif qui dérive de tout cela est indispensable dans le processus consensuel : patience et confiance sont les qualités fondamentales

Une méthode souple pour des personnes/groupes forts

En définitive, ce processus tend à construire "des accords dans les désaccords" ou le désaccord particulier est dans un cadre d’accord général fondé sur le respect et la confiance réciproques : le consensus concerne en substance la volonté de continuer à aller de l’avant et à partager des expérience ensemble.

Ce consensus de fond doit cependant être basé sur la confiance et sur la liberté, autrement cela ne fonctionne pas, au contraire on ne pourrait même pas l’appeler consensus. En fait ce qui se fonde sur la peur de l’autre et sur la dépendance aux autres ne se définit pas comme consensus.

La MC est une méthode qui requiert donc une certaine maturité et une force intérieure de la part des sujets qui l’utilisent, et qui en l’utilisant se renforcent : comme la non violence est l’arme du fort, ainsi la MC est l’outil de décision des forts.


22 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
DOSSIER
La méthode du consensus
1 | 2 | 3

Article suivant : La Méthode du Consensus - Passages Clés

La méthode du consensus est utilisée dans une dynamique de groupe pour aider à la prise de décision.

Ce long texte a été préparé en italien par Roberto Tecchio, dans un but précis : lors du G8, pour aider l’assemblée italienne du commerce équitable et solidaire à utiliser un mode de décision orienté vers le consensus pour plus efficacement définir la Charte Italienne des Critères du Commerce Equitable et Solidaire. Avec l’aide de la méthode du consensus telle que l’article la décrit, cet objectif a été atteint après un parcours qui s’est déroulé en deux assemblées plus une rencontre spécifique pour la définition d’un article controversé.

Cette méthode de prise de décision collective est communément appelée "Méthode du Consensus" (MC).

Passerelle Eco a apporté des modifications non substantielles afin d’en rendre plus claire la publication dans la revue, et ce dans la perspective du dossier complet qui comporte également d’autres articles. Quoiqu’il en soit, l’intention demeure de fournir aux groupes, spécialement ceux inspirés par la non violence et la démocratie profonde, des éléments pour une meilleure compréhension et expérimentation de la méthode, rappelant qu’il existe aussi de nombreuses variantes.

En effet, la méthode du consensus peut s’utiliser dans de nombreuses situations !

4 messages

  • La Méthode du Consensus - Présentation

    Le 25 mars 2010, par pierre

    très intéressant mais vous ne parlez pas du processus de prise de décision : qui ? Comment ? Quand ?......


    Un message
    • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

    Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
    • La Méthode du Consensus - Présentation

      27 mars 2010, par JLuc (Passerelle Eco)

      Effectivement, cet article est une analyse ou un commentaire du processus de décision au consensus. C’est dans d’autres articles de cette rubrique consacrée à la dynamique des groupes que vous trouverez la description détaillée des étapes de prise de décision au consensus.

      Il y a plusieurs articles, correspondant à plusieurs étapes ou variantes dans la manière de procéder. En voici quelques uns :
      - Méthode de décision au consensus (article paru dans Passerelle Eco n°9, en avril 2002)
      - La série d’articles sur le consensus, de Roberto Tecchio
      - Organisation et Communication non violente pour un grand groupe :
      Méthode de Décision au Consensus


      Un message
      • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

      Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
  • La Méthode du Consensus - Présentation

    Le 27 décembre 2008, par Maquin Françoise

    je suis en accord avec l’ensemble de votre texte. Je regrette que vous n’ayez pas pris la peine de le féminiser, par exemple : tous devient touTEs.
    Il y a une attitude qui me semble essentielle dans le déroulement de la MC c’est " la bienveillance ", ’attitude que nous devons avoir à l’égard les unEs envers les autres, que nous devons avoir par rapport au groupe. Ce n’est pas une posture spontanée, ou une posture qu’on adopte sans problème après avoir décidé qu’elle était essentielle. Elle se construit avec tout le groupe, on doit en parler ensemble, la nommer, la circonscrire en prenant des exemples concrets. Bref, pas de génération spontanée en ce qui concerne les relations humaines, entachées de siècles de domination machiste.


    Un message
    • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

    Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
    • La Méthode du Consensus - Présentation

      28 avril 2009, par Dialethik

      Très bonne vulgarisation de l’éthique la discussion.

      Cordialement,

      Voir en ligne : Les procédures de délibérations éthiques


      Un message
      • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

      Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Prête Auto-Construction en Rondins (Contacts dans le 63)

Projet : Pour cause de voyage, de janvier à juillet 2018, nous recherchons des personnes qui pourraient habiter notre maison ou venir poser un camion ou autre. Il s'agit d'une auto-construction en (...)

Collectif dans l'Aude: Recherche Nouveaux Habitants / Associés (Elargissement dans le 11)

Projet : Situé au bout d?un chemin d?un kilomètre environ de la route, Mater Deï est un terrain de 22 hectares, sans vis-à-vis, composé de prairies (10 hectares), de forêts et de landes qui accueillent (...)

Conférence Permaculture Intérieure et Sociale (Permaculture dans le 75)

Projet : conférence permaculture intérieure et sociale le 23 novembre au Forum 104, 104 rue de Vaugirard, Paris de 18h30 à 22h30 Perd-Ma-Culture : Comment avons-nous pu rompre ce contact si (...)

Conférence Permaculture et Écovillage: Apprentissage Holistique (Permaculture dans le 09)

Projet : conférence permaculture et écovillage: apprentissage holistique à la Limonaderie à Foix Le 10 novembre de 19h30 à 22h30 Dans un monde qui change de plus en plus rapidement et nous soumet à des (...)

Atelier Permaculture Sociale (Permaculture dans le 75)

Projet : De nombreuses projections de Paris revégétalisé ont été faites... Il s'agit lors de cet atelier de regarder Paris sous l'angle de la Permaculture sociale. Comment mettre en place une dynamique (...)

Cherche Terrain pour Poser une Yourte (Graines d’Avenir dans le 33)

Projet : Bonjour. J'habite actuellement a Bordeaux. J'ai un projet de vivre en yourte et je cherche une personne qui pourrait me louer un terrain. Soit sur un emplacement où il existe déjà un (...)

Colocation dans une Ancienne Ferme Equestre (Elargissement dans le 06)

Projet : partager un jardin en permaculture sous dôme géodésique en cours construction
Offre : bonjour on est trois colocataires installés à 1500 mètres dans une ancienne ferme équestre gîte et (...)

Recherche Logement pour l'Hiver (Recherche location)

Projet : Bonjour, Nous sommes un couple de 26 ans originaire de Haute Savoie et de Nouvelle-Calédonie. Voyageurs et sensibilisés à l?environnement et à une vie alternative. Nous sommes actuellement en (...)

Je Suis Propriétaire d'une Très Grande Maison (4 Appartements Plus . . . (Elargissement)

Projet : je suis propriétaire d'une très grande maison (4 appartements plus grand terrain) que je souhaite partager avec d'autres intéressés ecologie, partage, convivialité. Possibilité couples avec (...)