Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Etudes et Alternatives Ecologiques
Mémoire de Master d’Ethnologie

le 27 février 2009

Le sauvage : entre subversion et conservation

Une histoire des écologies (comme) alternatives 2
JPEG - 27.2 ko

Pour déceler dans quelles interstices se développe l’éco-alternative, il est fondamental de considérer les évolutions tonitruantes des regards scientifique et politique qui ont modelé et mis en perspective critique le rapport de nos sociétés à la nature.

Comment s’est donc formé le concept rationnel d’écologie dans le contexte de l’industrialisation et de la modernité, et comment celui-ci s’est-il complexifié pour remettre aujourd’hui en question les conceptions des sciences et des politiques elles-mêmes ?

Romantisme subversif

Dès les prémices de la modernité, on voit apparaître des visions "alternatives" à l’idéologie moderniste. [1]

Au 19ème siècle, on peut dire que la configuration du "monde moderne" tel qu’il évoluera pendant deux siècles est en place, ou au moins en marche. C’est alors qu’apparaît le romantisme littéraire et artistique qui s’est développé plus ou moins indépendamment dans de nombreux pays occidentaux. Ce style s’inscrit en opposition au classicisme en rejetant ses principes esthétiques et philosophiques : à la raison, il préfère l’émotion, à l’harmonie des structures de pensée, l’intensité des sentiments.

Thoreau, un pionnier de l’écologie

Parmi les personnages du romantisme ayant marqué l’histoire de l’écologie, celui qui a le plus inspiré est Thoreau, écrivain naturaliste américain à l’Est à l’époque des pionniers de la conquête de l’Ouest.

Face au matérialisme des pionniers qui prône l’exploitation des ressources et des esclaves, Thoreau va s’opposer à l’esclavage en refusant notamment de payer ses impôts et préconiser un rapprochement avec la nature.

Thoreau ne se situe donc pas dans le seul champ théorique de la philosophie, mais il met au coeur de sa démarche l’action individuelle. En cela, il n’est pas à considérer dans sa seule dimension romantique mais aussi dans le pragmatisme qu’il met en oeuvre pour faire sa propre expérience de ce qu’il croit juste.

Dans "la Désobéissance civile", il défend un principe qui inspirera entre autres M. Luther King, Gandhi, Lanza del Vasto et qui deviendra un mode d’action politique généralisé au 20ème siècle (grève de la faim, objecteurs de conscience, squats, faucheurs d’OGM...) : l’individu se situe au plus haut niveau de l’Etat, c’est de son application des règles que la validité de celles-ci découlent ; la désobéissance constitue donc un moyen de faire connaître son désaccord avec une loi.

Thoreau met dans cette analyse l’individu au centre de l’action politique (à l’époque plus philosophique) en plaçant la conscience individuelle au dessus de la conscience collective.

JPEG - 43.4 ko
Cabane Thoreau

Cette manière de placer l’action individuelle, quotidienne au coeur de la réflexion philosophique, l’amènera à vivre une expérience exceptionnelle qui lui fera rédiger son principal chef d’oeuvre : le 4 juillet 1845, Thoreau décide de vivre pendant deux ans dans une cabane, au fond des bois, seul, dans des conditions volontairement précaires qui le font entrer en contact intime avec la nature qui l’entoure.
Il y rédige "Walden, ou la vie dans les bois", sorte de carnet de bord dans lequel il réfléchit sur son rapport avec la nature, dans une démarche teintée de rousseauisme.

Comme pour Rousseau, s’isoler dans la nature a pour Thoreau une vertu de purification sociale, spirituelle et philosophique. Mais à la différence de Rousseau, cet isolement n’est pas considéré comme un ressourcement au service d’un idéal humaniste.

En devenant "sauvage", il se désocialise, dépasse sa propre domestication. Il entre ainsi en contact avec une nature perdue de l’homme, celle de ses origines. Cette vision dénote un panthéisme qu’il tire notamment de son affinité avec le mouvement transcendantaliste. Dieu se trouve dans la nature, et chaque individu peut appréhender le sacré indépendamment des institutions religieuses en nouant un contact particulier avec la nature.

Au-delà de la désocialisation, de l’autonomie de la conscience, l’homme peut, par la contemplation d’un paysage sauvage, développer une conscience de la nature et de sa place dans celle-ci. L’exploration du sauvage correspond donc à une exploration intérieure de sa propre conscience, mais aussi à celle de toute l’humanité. La disparition du sauvage, c’est la condamnation de l’homme à son monde artificiel, l’impossibilité d’accéder à une conscience planétaire.

Politiques de conservation

La pensée de Thoreau a profondément influencé les mouvements de retour à la nature, autant par sa démarche philosophique que spirituelle. Mais l’on ne peut voir la démarche de Thoreau comme "alternative" avant l’heure en omettant de décrire l’évolution parallèle qu’a suivie la conception de la "wilderness" (=du sauvage).

JPEG - 41.6 ko
Citation Thoreau

Celle-ci est devenue constitutive du mythe américain et a guidé les politiques de gestion modernes de la nature. Alors que l’exploitation des ressources naturelles connaît une dynamique exponentielle en Amérique, la nature sauvage, mythifiée, risque de disparaître. John Muir défend l’idée de préserver des espaces sauvages de l’exploitation humaine, de sauvegarder les monuments naturels comme l’on a conservé les cathédrales.

La wilderness représente un état idéal de nature figée, reglée, à l’harmonie parfaite. L’on doit donc conserver la nature dans cet état sauvage, à l’abri de l’action destructrice de l’homme. Ce mouvement lié à l’industrialisation et à la séparation nette entre nature et société est en France celui de la patrimonialisation.

Celle-ci débute vers la fin du 19ème siècle par la restauration des montagnes. On exproprie des communes entières pour créer des zones de nature protégée. Cette volonté politique correspond à une aspiration sociale émergente : la nature fait alors l’objet d’une esthétisation, d’une artialisation, par l’élite bourgeoise, qui vient contempler les paysages de nature comme des paysages de peinture.

Réduit à leur fonction esthétique, l’on encadre les monuments naturels et on les protège de toute action de l’homme. On fige ainsi des images de nature idéale, on crée des "musées verts" où l’on visite des fragments de cette nature perdue. De la nature, on construit des sanctuaires, des structures figées et isolées de la vie sociale.

On croit ainsi avoir maîtrisé définitivement la nature, certains même pensent sa fin. Mais c’est cette croyance en une rationalisation absolue qui a mené l’homme à perdre à la fois la profondeur et la complexité de son rapport avec la nature, et d’en oublier du même coup sa place dans celle-ci.

C. Larrère dénonce dans "Philosophies de l’environnement" (1997) ces politiques de préservation de la nature en les qualifiant d’"impérialisme vert" qui a conduit les occidentaux à négliger la place de l’homme au sein de la nature et à mettre en place au niveau mondial un protectionnisme quasi-autoritaire en asservissant des cultures et des natures diverses à un modèle unique.

J.B. Callicot, lui aussi, réfute dans "La nature est morte vive la nature", paru en 1993, la conception d’une wilderness idéale à conserver en l’état.
Selon lui, il convient pourtant de faire vivre cette wilderness, non pas dans des espaces protégés de l’homme mais, au contraire, là où l’action de l’homme est bénéfique et participe aux dynamiques naturelles. Cela doit se faire en conservant la présence des populations autochtones qui sont souvent respectueuses de l’équilibre écologique du faite de leur dépendance du renouvellement des ressources ; et en réinvestissant nous-même ces espaces sauvages, en apportant et en adaptant nos diverses cultures à ces diverses natures.

Notes

[1] La figure emblématique du romantisme français est sans aucun doute J.J. Rousseau, même s’il n’en a été qu’un précurseur. Sa position est intéressante puisqu’il est à la fois philosophe des Lumières, porteur d’un certain message révolutionnaire, mais dans le même temps, sa marginalité au sein des humanistes en fait l’un des critiques les plus ardents, notamment dans ses conceptions de la nature et du progrès.

La dualité de l’origine philosophique de Rousseau implique donc une autre dualité dans sa destination, entre philosophie politique et romantisme. C’est seulement un siècle plus tard que le romantisme sera érigé en courant artistique, littéraire et philosophique. Entre temps, la Révolution Française et la création des Etats-Unis marquent définitivement et profondément les pensées occidentales.

Note de Passerelle Eco : la permaculture préconise d’expliciter des zones de proximité avec le centre de vie d’un écolieu. Tandis que la zone 0 correspond au lieu de vie quotidien avec le maximum de présence humaine, la zone 5 correspond à des territoires absolument vierges de cette présence humaine, laissés à la vie de tous les "non-humains" tant animaux que végétaux.


4 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
DOSSIER
Ecolieux, Ecovillages et Alternatives écologiques
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 ... À suivre ...
Article précédent : Lieux de vie alternatifs (suite 2)
Article suivant : Réseaux éco-alternatifs & écovillages

Je nourrissais une aspiration à la vie sauvage et à des pratiques proches de la nature, sans savoir que des concrétisations existaient. Je faisais alors des études de sociologie, sans savoir si j’allais continuer. Suite à un séjour à Carapa, j’ai rencontré un ethnologue qui m’a donné l’idée de lier mes 2 passions et de faire une étude sur les écovillages et les éco-alternatives ! C’est ce que j’ai fait...

Après de nombreuses découvertes, voici le fruit de ces années de recherches.

Mon mémoire s’intitule "Une initiation à l’éco-alternative : expérimentations et constructions de réseaux, des éco-lieux de France au WWOOF de Nouvelle-Zélande".

Plus sobrement, je pourrai l’appeler : "Mon initiation aux éco-alternatives".


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Hébergement contre Service (CoLocation dans le 48)

Projet : Logement contre service. (cuisine, un brin de ménage et veiller sur les animaux.) Chiens et chats dans la maison. Entre Aubrac, Margeride et Gevaudan.
Offre : Chambre dans petite maison (...)

Autonomie Énergétique (Permaculture dans le 15)

Projet : Prise de Terre élargi son domaine de compétence et vous propose une formation de 2 jours dédiée à l’autonomie énergétique : économies, solutions alternatives, bricolage, DIY. Alternant théorie et (...)

Débuter son Potager en Permaculture (Permaculture dans le 15)

Projet : Les derniers frimas de l’hiver sont derrière nous, les bourgeons éclatent et le soleil commence à réchauffer le sol. Le potager nous appelle de ses vœux, plein d’espoir pour cette nouvelle (...)

Concevoir sa Forêt Fruitière par le Greffage Sauvage (Permaculture dans le 15)

Projet : Nous vous invitons les 17 et 18 mars à 2 jours exceptionnels : une cession de formation sur la création de forêt-jardin couplée avec un stage de greffage orientée « sauvage » aura lieue à (...)

Loue T3 et Studio dans Peti Ecolieu (Recherche location dans le 35)

Projet : sur un terrain de 1000metre carré , harmonise en géobiologie, grande maison en bois de mélèze, organisée en 3appartements meubles,indépendants, je souhaite partager mon espace de vie avec des (...)

La Cité des Roches (Elargissement dans le 43)

Projet : Lieu de vie alternative où la yourte accueille l'humain, en harmonie avec la nature et en lien avec les arts.... Donner la possibilité à ceux qui le souhaitent, de vivre ensemble une vie (...)

Dévper un Habitat Groupé, Enfants IEF, en Pleine Nature (Elargissement dans le 88)

Projet : bonjour ! Je cherche une famille pour partager notre lieu de vie. Je suis maman au foyer avec 2 garçons Timéo 6 ans, Yanaël 4 ans. Mon projet a démarré il y a 5 ans (avec mon mari mais (...)

Colocation Saint Affrique ou à Proximité (CoLocation dans le 12)

Projet : Coline p'tite soixantaine, habituée au collectif, cherche une colocation en maison, maxi 3/4 occupants, une maison avec petit terrain ou grand jardin à partir de Mars/Avril, à Saint Affrique (...)

La Fontaine aux Loups (Contacts dans le 18)

Projet : Bonjour, Je vous présente mon lieu appelé la fontaine aux loups. C’est un espace de 3000m2, constitué d’un verger (pommier, poirier, cerisier) de haute tige ainsi que de petit fruits rouges (...)