Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Revue > Autres lectures
RMI pride
Regard social sur le travail des inactifs

le 3 janvier 2008

Contacts


Regard social sur le travail des inactifs

Travail forcé, chômage subi et activité choisie...

Depuis 2 ou 3 ans, on assiste à la lutte du gouvernement contre les chômeurs, les Rmistes et autres bénéficiaires des minimas sociaux. Cette bataille, dont l’objectif est qu’elle se concrétise dans les chiffres de l’ANPE et des sondages, se déroule également dans l’imaginaire collectif, dans la manière avec laquelle on se représente le travail, et ceux qui sont "sans-travail".

Pour les besoin de cette cause, on les appelle couramment “les assistés du système” et pour l’Insee, ils rentrent dans la catégorie des « inactifs ». Cette catégorisation « actif » / « inactif » de la population est une représentation, une manière d’appréhender le réel. Cette façon de voir est-elle appropriée ? A quoi et à qui sert-elle ?

Dans l’imaginaire collectif, l’étiquette d’ « inactif » draine un tas d’images négatives, de paresse, de fainéantise. Pour certains, il est urgent de “remettre ces profiteurs au travail “. Ces individus sont-ils pourtant si inactifs que cela ? L’homme, quel que soit son statut, agit : il pense, réfléchit, s’organise, communique... des activités, donc, qui lui vaudrait l’étiquette d’“actif”.

Mais pour être reconnue, il semble que notre énergie doive être orientée et intégrée dans le système économique.

C’est ainsi que l’emploi salarié est devenu peu à peu la seule forme d’énergie qui permette l’intégration sociale. L’emploi est l’occupation de l’individu, correspondant à l’ensemble des activités rétribuées, dans un système économiquement organisé. L’emploi ets donc bien une construction sociohistorique, à l’opposé du travail qui regroupe toutes les activités immanentes de l’homme, c’est-à-dire tout ce qui se réfère à sa pensée, sa volonté, son intériorité, son éthique, sa spiritualité, et son agir transitif, c’est-à-dire son action pour transformer son milieu extérieur, qu’il soit naturel ou social.

Tout dans notre vocabulaire tend à créer la confusion, comme par exemple : « je vais au travail », « il faut revaloriser la valeur « travail », toutes ces expressions créent l’amalgame entre le travail dans toute sa diversité et l’emploi salarié devenu la norme. Cette confusion a pour conséquence d’exclure toutes les autres formes de travail, comme l’implication bénévole ou volontaire dans des associations, la création artistique, le jardinage ou les travaux domestiques. L’Insee, et là encore c’est très discutable, distingue l’ économie dite “formelle “ de l’ économie dite “informelle ». Cette perception binaire du réel tend à ne reconnaître qu’une forme de système, laissant de coté les SOL, les SEL1 (qui sont pourtant eux aussi des systèmes formalisés) et ceux qui y participent activement.

GIF - 32.1 ko

Il paraît fondamental de prendre du recul avec les termes usités, de les questionner pour savoir à quoi ils renvoient et sur quels fondements ils reposent. Ce devoir critique est nécessaire car comme le disait Camus, « mal nommer les choses, c’est participer au malheur du monde ».

Pour nous, l’enjeu est de discuter la place que l’on souhaite donner à chacun dans la société et de savoir sur quels critères nous nous appuyons pour cela (sont-ils seulement économiques ?)

Une telle démarche permettrait à de nombreux individus (« inactifs », retraités, femme ou homme au foyer...) de retrouver une place et d’être reconnus dans le rôle qu’ils jouent dans la société.

Questionner le travail est pour beaucoup le début d’un cheminement qui aboutit à donner plus de sens au quotidien par l’élaboration d’un mode de vie écologique, dans le cadre d’un écovillage par exemple. C’est d’ailleurs précisément ce dont témoigne Pierre Carles dans son film "Volem Rien Foutre Al Païs" dont nous avons publié une chronique dans la revue Passerelle Eco n°25.

Aussi, c’est avec intérêt que nous avons accueilli la proposition puis la visite de Samuel.

PDF - 1.1 Mo
Mémoire sur le Travail

Samuel Michalon a réalisé son mémoire de fin d’étude de Psychologie sur le sujet du "travail" et des représentation sociales du travail et du non-travail.

Nous vous livrons ci après le texte intégral de son étude.

Dessinateur de l’image en haut : Lasserpe, source inconnue.
Image en bas : Gerd Arntz 1931


Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
    Pour indiquer l'adresse d'une page web, remplacez http:// et www par [web] et nous corrigerons votre message à la main si ce n'est pas un spam.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

ABONNEZ VOUS

LIVRE

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

Les Blogs

twitter

SUR LE WEB