Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Monnaie locales et lien social > Laboratoire de création alter-monnétaire
Sur la piste d’une économie conviviale et durable
Elaboration d'un système para-monnétaire ouvert

le 23 avril 2004

Contact


Elaboration d’un système para-monnétaire ouvert

Les Bons d’Echange Universel

Cet article fait suite à la présentation des porteval’heures. Le but de cette série d’article est d’élaborer un système d’échange à même de générer un système économique écologique et solidaire. Il est recommandé de connaitre les SELs et le JEU, et d’avoir lu l’introduction sur les porteval’heure avant de poursuivre cette lecture.

La recherche sur un systéme d’échange altermonétaire présentée dans cette page a les inspirations suivantes :
- décentraliser = accorder au participant la liberté et la responsabilité de ses échanges et des moyens employés pour cela
- ouvrir : accorder à chaque participant la possibilité d’échanger avec qui il souhaite, même si cette personne n’est pas "membre", et faciliter la "contamination" de cette alternative.
- sécuriser : permettre l’équilibre des échanges de chacun, visant la durabilité du système et la satisfaction des participants
- favoriser la qualité : sans contrainte, favoriser l’appréciation et la valorisation de la qualité plus que celle de la quantité.

  Préliminaire : SELs et Jeu sont des systèmes clos

Pour atteindre leurs objectifs de circulation paramonnétaire, les SELs et le JEU créent un espace protégé en échangeant "entre amis seulement".

Ce sont des systèmes fermés pour lesquels il y a un protocole d’admission :

- pour participer à un SEL, il faut adhérer à l’association du SEL locale, venir à une réunion, payer une cotisation le plus souvent, où on lui donne une feuille d’échange sur laquelle inscrire les comptes... C’est une certaine garantie pour la qualité des échanges dans la mesure où ainsi, "on se connaît", car cela introduit une forme de contrôle social autogéré. Mais c’est aussi un obstacle certain pour le pizaïolo du coin de la rue, que tout le monde connaît mais qui n’a que faire d’adhérer à une nouvelle association.

- pour participer au JEU, Jardin d’Echange Universel, il n’y a pas d’adhésion, mais il faut fabriquer soi-même un carnet d’échange, ou l’acheter. L’utilisateur est aussi invité à acheter un catalogue nationnal d’annonces auprès du fondateur originateur du JEU. C’est un obstacle aussi pour l’élargissement des échanges.

L’initiative d’un système plus ouvert

En 1999, Passerelle Eco naît de la volonté de favoriser l’interinformation entre acteurs de l’écologie concrète et le développement d’échanges économiques sains, solidaires, écologiques. Pour cela, le principe des passeval’heure est exposé dans le 1er numéro de Passerelle Eco, qui publie également les annonces des écoacteurs, à la manière d’un SEL.

Depuis, le concept a progressé et a abouti au Bon d’Echanges Universels.

- traçabilité : elle se limite à la création c’est à dire au premier usage du bon d’change.

- quantification de l’échange : le caractère pratique et habituel de la quantification est reconnu, afin de faciliter la découverte de ce nouveau moyen d’échange. Avec le Bon d’Echange Universel : la valeur indiquée peut être soit une description uniquement qualitative, soit une quantité en grains, minutes, heures ou autre unité largement admise.

  Le Bon d ’Echange Universel

Le Bon d’Echange Universel s’imprime, se recopie, s’écrit sur un papier libre ou joliment décoré. C’est la signature et les coordonnées de l’émetteur, qui permettent de le joindre, qui assurent l’authenticité du bon.

Ces bons sont tous identiques avant d’être utilisés, ce qui facilite la duplication des originaux et l’appropriation par les utilisateurs.

exemple de design (1999)

Ayant reçu de ( nom prénom, tel, email )

 

à la date du : . . . . / . . . . / . . . . . .le bien ou service suivant :

Je (Nom, prenom, Adresse, tel, email ) :



offre au porteur de ce bon les biens ou services suivants :



pour une durée équivalente de (en chiffres) . . . . . heures et . . . . . . minutes

(idem en lettres :-) :

signature

On peut remarquer qu’un système basé sur un principe assez similaire a été développé en grandeur réelle par le Gesell Research Society Japan : il s’agit du "WAT système" au Japon

GIF - 10.8 ko

On peut remarquer aussi que l’unité de valeur d’un WAT est le cout de la production d’un kWH d’électricité issue de sources renouvelables et produite par une coopérative. Cela vaut environ 6 minutes de travail simple, et environ 75-100 ¥ens.

  Usage et caractéristiques

- le bon est émis et rempli par le bénéficiaire d’un échange

- il est donné à la personne qui a fourni le bien ou service, qui le reçoit donc en échange du bien ou service rendu

- la personne qui reçoit ce bon l’utilise ensuite comme bon lui semble : contre un service auprés de l’émetteur ou contre un service auprès de quelqu’un d’autre en échange de ce bon.

- il n’y a pas de comptabilité hors les bons.

- l’unité de temps la minute ou l’heure est proposée pour la quantification, mais elle n’est pas obligatoire et le participants peuvent préfèrer spécifier une description précise de l’échange (la "Qualité")

- traçabilité : elle est assurée uniquement pour la création du bon. Le bon porte la mention de l’émetteur du billet et de son premier récepteur. Ils ne sont que les 2 premiers maillons d’une chaine plus ou moins longue qui se termine à nouveau à l’émetteur.

  un système ouvert

Les Bons d’Echanges Universels génèrent un système économique ouvert dans la mesure où
- ils sont facilement reproductibles
- pour s’en servir, il suffit d’avoir un bon d’échange à disponition
- une personne qui en a un dans la poche peut le proposer à toute autre personne avec laquelle elle a envie d’échanger. Il n’y a pas d’autre formalité pour le nouveau utilisateur, que celle-ci soit préallablement informée ou non.

exemple d’usage


- Barnabé B. pratique depuis longtemps les échanges avec les Bons d’Echange Universel. Là, il a des boutures de camélias toutes prêtes dans son jardin
- Il croise Pauline P., qui fabrique de délicieuses pizza, et qui aimerait bien une bouture pour son jardin. Pauline n’a jamais échangé avec les bons.
- Barnabé offre alors à Pauline la bouture convoitée, sort un bon de sa poche un bon d’Echange Universel et le donne à Paul qui le remplit ainsi :
"Ayant reçu de Pauline P. une bouture de camélia à la date du (il inscrit la date), Je, Pauline P.(elle inscrit son tel et son email et le nom de la ville) offre au porteur de ce bon les biens ou services suivants : 1 délicieuse pizza, quiche ou tourte maison.". Puis après avoir réfléchi et discutté avec Barnabé, elle raye la mention "Pour une durée équivalente de (en chiffres) . . . . . heures et . . . . . . minutes" et inscrit à la place "pour 4 personnes". Puis, elle signe et redonne le bon à Barnabé.
- Barnabé est alors créditeur d’une pizza auprès de Pauline. Mais il pourra échanger ce bon avec d’autres personnes qui pourront alors demander pour eux-même la pizza à Pauline.
- Barnabé retourne à son jardin, et Pauline part repiquer sa bouture...

Note : L’échange initial peut se faire quelquesoit la personne qui a le bon, et qu’elle soit offreuse ou demandeuse au cours de ce premier échange, puisque le bon initial est vierge au début.

Transformations possibles

- on peut, en les concevant d’un format plus large, utiliser ces supports pour diffuser aussi les annonces des participants. On évolue alors vers le porteval’heur

- on peut compléter par un catalogue des projets et annonces, local ou nationnal ainsi que le fait la revue Passerelle Eco dans le domaine de l’écologie pratique)

  Conclusion

Les Bons d’Echanges Universels ont été proposés en complément au JEU et aux Euros pour accompagner la création du Système d’Echange Réseau Eco d’Entraide et d’Interinformation dans le premier bulletin Passerelle Eco en 1999. Leur développement nécessiterait des efforts que notre structure n’a pas pu consentir, faute de temps ou de moyens. ça serait très intéressant et pourrait apporter une autonomie appréciable en terme de moyens d’échanges écologiques, mais nous avons préféré nous concentrer sur la diffusion de l’inter-information du réseau éco et des annonces des écoacteurs (dans la revue Passerelle Eco).

Leur mise en place réelle peut se faire de manière plus réaliste
- à l’échelle locale et avec beaucoup de convivialité à partir d’initiatives individuelles ou de petits groupes (comme les SELs)
- au national et de manière plus significative au niveau macro-économique, par le regroupement d’acteurs de l’économie solidaire engagés dans les alternatives.
- au niveau national par l’usage d’internet et de "bons d’échanges en ligne" comme le Geek Credit of Japan

notes Vous pouvez nous contacter si ce sujet vous intéresse, pour partager vos réflexions ou vos pratiques, ou pour coopérer à la mise en oeuvre.

Illustration : Jim Pollock


2 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

1 message

  • Elaboration d’un système para-monnétaire ouvert

    Le 2 juillet 2013, par helenenuage66000

    en premier lieu merci de cet article qui aide à la réflexion
    Toutefois vous dites-vous que le JEU est un système clos ?
    La différence entre SELs et JEU n’est elle pas que :
    - les sels supposent un collectif avec statuts associatifs déclarés en préfecture et gestion par un bureau avec des règles définies pour les adhérents avec ou sans comptabilité, accessibilité ou non au catalogue, cotisations etc..)
    tandis que
    - pour le JEU effectivement il suffit d’avoir un carnet (si on est seul pour démarrer on imprime soi même son carnet sur internet et ensuite on cherche des partenaires pour échanger. Il s’agit d’un réseau qui, en restant informel, évite le contrôle de l’état tout en restant légal car il agit dans la sphère de la vie privée et de la liberté individuelle.
    Cependant le JEU pose la question des enjeux du pouvoir au sein du système associatif en insistant sur la souveraineté de l’individu et sur la non nécessité de faire une comptabilité centrale.
    L’évolution des esprits et les dialogues permettent d’aller vers une mutualisation des outils. Si les groupes de Jeueures et les groupes de SElistes mutualisent leurs outils de communication n’a t-on pas résolu les problèmes des deux cotés ? Plus de souplesse dans la gouvernance, non nécessité d’une comptabilité centrale et accueil des jeueures dans la structure qui leur manque ...( car j’entends dire parfois que ce qui manque au jeu c’est la structuration....)
    Pour ce qui est de mon département les dialogues sont ouverts et je suis une jeueuse qui paye ses cotisations aux différents sels mais je n’ai pas "l’autorisation officielle de la part des bureaux des sels" de donner la liberté d’adhésion sans cotisation et les mots de passe d’accessibilité aux catalogues" à tous les jeueures que je "pollinise" en créant des échanges libres et en distribuant des carnets à des madames tout le monde ( et aussi des messieurs) . Donc la difficulté actuelle que je rencontre est lorsque, en tant que simple adhérente de sel (non participante aux instances des bureaux) je fais des échanges de jeueuses pour ouvrir le réseau .......... je bute face à la difficulté de prendre la décision de faire adhérer les jeueures aux sels ............. Si cette difficulté se trouve levée. C’est à dire si les sels admettent les adhésions sans cotisation et le partage des catalogues avec les jeueures alors nous pouvons ouvrir les réseaux et mutualiser les infos .

    On peut se demander pourquoi le système associatif reste encore souvent structuré en mode pyramidal quand on sait que les collégiales sont un mode de fonctionnement qui garantit davantage l’accessibilité de tous à la possibilité de faire des propositions, de objections et de garantir l’évolution des débats par la méthode démocratique du consentement

    Le système des bonds d’échange pose donc la question d’ouvrir plus largement les échanges hors système monétaire euros au plus grand nombre de citoyens. Sous-jacente à cette question il y a donc toutes les questions sur la diffusion des infos et les méthodes qui contagionnent positivement l’ensemble de la société.... quand le besoin est là dit-on cela arrive ( c’est l’histoire aussi du 100éme singe). mais donc en attendant que la conscience collective spontanée est fait apparaître à tous l’évidence de "la vraie nature de la monnaie"

    comment trouver des partenaires ? et ouvrir les réseaux ?
    1) en se reliant aux sels qui généralement acceptent les jeueures
    2) en imprimant chacun 100 carnets que l’on distribue aux gens avec qui l’on fait des échanges et qui ne connaissent pas encore le système........ et en leur donnant les adresses des sels proches de chez eux du site seletjeu et du site sel’idaire
    3) en ne laissant pas de côté ceux qui n’ont pas accès à internet et en réfléchissant à la diffusion des catalogues papiers..... ???

    En ce sens là le JEU est un système ouvert
    Il a l’avantage de permettre de se constituer une mémoire personnelle de ses échanges, un carnet d’adresse non virtuel et d’insister sur la souveraineté de l’individu. Ce qui amène à une réflexion progressive personnelle de nos relations face aux structures
    Chacun gèrant les adresses de ses propres échanges au moment d’organiser des rencontres et des réunions chacun prévient alors ses contacts et un développement organique du réseau se met en place pour des rassemblements ponctuels de convivialité festive ou autour d’une thématique de réflexion..... ou les deus ensemble

    3) il me semble que les bons d’échange finalement sont une formule de plus qui peut convenir aussi.
    Est-ce que ce ne sont pas comme des feuilles du carnet qui seraient détachables ?
    est-ce que cela n’est pas dans certains cas (une fois que le carnet d’adresse est établi) plus rapide et plus simple d’avoir juste un bond qui va circuler de main en main et qui devient encore plus évocatrice du fait que les grains de sel ou les points jeux sont bien des "monnaies", des monnaies temps ou des monnaies libres.
    Un outil "pédagogique" de la monnaie gratuite !

    On en revient vite à la question du puits sans fond .

    4) il est vrai que l’usage est de considérer qu’une minute = une minute autant dans les sels que dans les jeux . ceci garantit l’esprit affirmé d’équité et de solidarité entre les êtres humains. Il est évident qu’une heure de marteau piqueur n’a pas la même équivalence qu’une heure d’écoute thérapeutique par exemple et il est rappelé autant dans les sels que dans le jeu que ce sont des échanges de "gré à gré" et que la valeur de l’échange est discutée entre les partenaires au moment même de l’échange.
    5) la question qui revient souvent dans les débats est la question du puits sans fond ......... Aujourd’hui je n’ai pas de réponse personnelle.
    Si vous en avez merci de m’écrire à "helenenuage@gmail.com"

    Ce que je sais simplement c’est qu’il ne faut jamais oublié que si quelqu’un est en débit c’est qu’il a donné des points à quelqu’un d’autre et que quelque part donc quelqu’un est en crédit. La difficulté est donc de faire en sorte que ceux qui sont en débit trouvent des partenaires auprès de qui dépenser leurs points !
    Dans le film "the money fix" l’idée du crédit mutuel semble avoir trouvé une sorte de solution ?

    quelque soit le système agréé nous avons tous intérêt à développer les réseaux , à mutualiser les outils , à dialoguer , à faire des cercles de réflexion et à utiliser tous les outils disponibles pour que les monnaies libres, les monnaies temps et les monnaies complémentaires locales deviennent davantage des alternatives disponibles et accessibles à tous, utilisables dans nos vies quotidiennes par tout un chacun comme monnaie complémentaire juxtaposée à l’euro dans l’esprit créatif du "faire avec... " porteur de renouveau , et d’une métamorphose progressive pacificatrice de la société.
    lorsque "localement" on lève la tête la nuit pour contempler la voûte céleste le paysage local devient en catalogne à peu près identique à celui de chaque commune d’Europe ! tout est relatif et dépend du regard que l’on pose sur la réalité.


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • Coups de mainsProjet : Finition d'une habitation, grange ancienne et petits travaux dans lieu d'accueil de voyageurs et nomades.
    Demande : Coups de mains et bonne humeur.
    Offre : Gites et (...)
  • Rech location alternative écolo 81/31 et envProjet : Couple, maraicher et cuisinier avec 2 enfants 5 ans et 2 mois
    Recherche : habitat alternatif et écolo dans nature. Chalet bois/yourte/maison. 31 ou 81, proche de villes comme Gaillac ou (...)
  • Terrain agricole 2 h en bio. maison à 11 kmsVend : maison de village à Ouroux(69) + jardin 60 m², puits ♦  220 m² sur 3 niveaux, loggia, véranda chauffante, cour intérieure + 2 appts de 50 m² + atelier loués actuellement 660¤ au total. 2ha (...)
  • Projet : Raconter d'une façon amusante et rigoureusement documentée la vie des animaux, des arbres et des fleurs. 2 numéros par an environ. Uniquement par abonnement (26¤ les 6 numéros) (...)
  • Projet : Collectif d'agriculteurs, de salariés et de structures du développement agricole autour de l'autonomie paysanne et la réappropriation des savoirs. Formation autoconstruction matériel (...)
twitter

SUR LE WEB