Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Monnaie locales et lien social
"On ne prête qu’au riches ..."
Politique Monétaire aux Etats Unis et Puits sans Fond des SELs

le 29 janvier 2004


Politique Monétaire aux Etats Unis et Puits sans Fond des SELs

Le système économique mondial à l’image de certains systèmes d’échanges locaux...

Qu’est-ce que le puits sans fond ?

C’est une manière qu’on certains SELs (systémes d’échanges locaux) de créer des unités à volonté. Ces unités sont données aux bénévoles de l’association pour leurs travaux de comptabilité ou de décoration de la salle des réunion, ou pour les travaux de comptabilité des grains, ou pour tout autre service utile à la collectivité du SEL. Ces unités sont créées sans réciprocité, comme sorties d’un chapeau magique ou d’une planche à billets, que l’on appelle "puits sans fond". L’intérêt de ce système est qu’il dynamise grandement le SEL en indemnisant les tâches qui assurent le fonctionnement, et ceci sans prélever de grains sur les comptes des membres (sans "impots" donc). "Les grains sont virtuels, cela ne change rien, range ta peur et change de paradigme" est il expliqué au réticent économiste, "le principal c’est le lien, regarde ça marche ! Prend tes grains, et sois heureux ...".

Tant que les unités créées correspondent réellement à un service rendu, il est possible qu’un certain équilibre soit respecté... mais toutes ces bonnes raisons ne doivent pas faire oublier que si il y a beaucoup plus de grains (pouvoir de "demander") que de ressources proposées ("offres disponibles"), les grains ne parviennent plus à créer des échanges, et c’est l’inflation ou la dévaluation, comme avec les francs ! C’est ce qui est arrivé à certains sels qui, après une période d’euphorie, ont connu une gueule de bois bien sévère et parfois fatale.

Par ailleurs, le pouvoir de décision concernant la création de grains est souvent l’apanage d’un petit nombre de personnes, membres du bureau. Or, la démocratie étant à la mesure de la participation des membres, c’est à dire très inégale, cette création d’unités se fait au bénéfice des projets selistes de ses membres les plus actifs, qui ne coïncident pas toujours avec l’intérêt du plus grand nombre - mais ça, c’est la vie, et chaque sel est différent !-

Entre les états, c’est un peu pareil. Faire des emprunts à l’étranger, c’est un peu comme puiser au puits sans fond. A vous de voir à la lueur du texte qui suit. Si ça ne vous suffit pas, inscrivez vous au SEL près de chez vous, ou créez en un si il y en a pas ! Avec ou sans puits sans fond, c’est une aventure passionnante que de réinventer la monaie (ou la non-monaie), ses régles et son économie. Et revenez après nous dire ce que ça vous inspire...

En attendant, voici un article sur la politique monétaire des US, par Dominique Plihon, président du Conseil scientifique d’Attac France, article paru dans Politis n°778.

Les Etats-Unis et le désordre économique mondial

L’unilatéralisme du gouvernement Bush, qui a conduit à la guerre en Irak au mépris de l’opposition d’une grande partie de l’opinion mondiale, se manifeste également dans le domaine économique et monétaire. Pour assurer sa réélection, le président américain orchestre un gigantesque déficit budgétaire causé par les cadeaux fiscaux à son électorat et qui s’élève à près de 400 milliards de dollars, soit environ 3 % du PIB des Etats-Unis. Il en résulte un besoin de financement considérable qui, compte tenu du faible taux d’épargne des ménages américains, donne lieu à un endettement extérieur sans précédent. Chaque année, les Etats-Unis empruntent environ 500 milliards de dollars, ce qui correspond au déficit de leur balance des transactions courantes. Sur une dette totale de 3 500 milliards de dollars de l’Etat américain, 1 400 milliards sont aux mains d’étrangers, en grande partie européens et surtout asiatiques.

Ainsi, les Etats-Unis prélèvent l’essentiel de l’épargne mondiale, évinçant les autres régions du monde de financements qui pourraient contribuer à leur croissance. Ce déficit abyssal entraîne une dépréciation du dollar, qui est de l’ordre de 40 % par rapport l’euro. Cette évolution est une source d’inégalité profonde sur la planète car la baisse du dollar stimule l’économie américaine, les produits américains devenant moins chers, au détriment du reste du monde. Les Etats-Unis exporte leur chômage à l’étranger par ce mécanisme monétaire.

Pourquoi le Fonds monétaire international n’a-t-il pas critiqué ces déficits " jumeaux " (budgétaire et extérieur) et imposé un plan d’ajustement structurel au gouvernement américain alors qu’il inflige des punitions sévères aux pays les plus pauvres pour des transgressions moins importantes ? Pour quelle raison le pays le plus riche du monde pourrait-il vivre au-dessus de ses moyens au crochet du reste de la planète ?

Paradoxalement, la politique économique des Etats-Unis est le signe de leur affaiblissement. En effet, l’attitude défensive et protectionniste de Washington, hier sur l’acier, aujourd’hui sur l’agriculture et sur les textiles chinois illustre les difficultés de pans entiers de l’appareil productif américain.

Si les Etats-Unis ont été jusqu’à maintenant en mesure de s’endetter sans limites à l’étranger, c’est parce que cette dette est en dollar qui la principale monnaie de réserve internationale. C’est aussi parce que Wall Street est la place financière la plus importante et que l’économie américaine est la plus puissante.

Mais l’expérience historique montre que l’hégémonie économique et monétaire n’a qu’un temps, et que la " soif de dollars " dans le monde pourrait se tarir. Pendant le XIXe siècle, la livre sterling a dominé le monde, jouant le rôle de monnaie de réserve, les " balances sterling " s’accumulant dans les coffres des banques centrales. Puis vint le déclin de la livre avec l’affaiblissement progressif de l ’empire britannique et la montée de l’économie américaine. La spéculation internationale contre la livre, fondée sur la défiance, entraîna les dévaluations de 1949 et de 1967, qui firent perdre à la monnaie britannique son statut de monnaie de réserve au profit du dollar.

Il est difficile de prédire la fin de l’hégémonie des Etats-Unis, car ceux-ci sont encore largement conquérants aujourd’hui. Mais cette domination pourrait être progressivement remise en cause par deux séries de facteurs. D’abord, l’émergence sur la scène monétaire internationale de l’euro qui va concurrencer de plus en plus le dollar. Les marchés vont spéculer sur ces deux monnaies, l’une contre l’autre, ce qui va entraîner une instabilité monétaire croissante.

Comme les autorités monétaires américaines (la Fed) et européenne (la BCE) pratiquent le laisser-faire (le benign neglect), les marchés ont toute latitude pour déstabiliser les monnaies. La deuxième source de l’affaiblissement américain (et européen), est la montée de nouvelles puissances économiques, telles que le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde et surtout la Chine qui ont montré leur capacité de résistance lors du sommet de l’OMC à Cancun.

La Chine, qui détient une grande partie des bons du Trésor américains, peut s’en débarrasser à tout moment et créer un mouvement de défiance à l’égard des Etats-Unis, ce qui représente une arme de " dissuasion " redoutable.

Ainsi, il y a aujourd’hui un risque considérable d’instabilité mondiale sur fond de guerre monétaire et commerciale. Prévenir cette éventualité implique une autre approche des relations internationales, fondée sur la coopération entre les peuples et leurs gouvernements, et non sur la concurrence et les antagonismes entre blocs, dont l’histoire montre qu’elle peut mener à des conflits mondiaux.

Illustration : un puits au Chad


4 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

2 messages

  • Politique Monétaire aux Etats Unis et Puits sans Fond des SELs

    20 août 2011Â 00:16 , par webduweb

    Excellent article ! Tout est dit !
    On voit bien ici que la monnaie officielle ne vaut rien, c’est de la "monnaie fiduciaire", qui ne repose que sur la confiance. Or, les banques ont accordé des prêts à des États sans aucune assurance que les dettes seront remboursées ! Ces banques sont devenues plus riches que les États ! Mais par quel subterfuge ont-elles pu financer les États à ce point ??? En émettant ou en créant de la monnaie fictive ! Le pouvoir financier règne : "le marché commande".
    Voilà l’escroquerie monétaire mondiale.

  • > Politique Monétaire aux Etats Unis et Puits sans Fond des SELs

    27 février 2004Â 20:59 , par J-L M.

    Je ne répondrai qu’au puit sans fond des SELs : c’est ce que proposait Louis Even et le Crédit Social du Major Clifford Hugh Douglas, canadien. Car rien n’indique que pour ne pas créer de volumes excédentaires de monnaie il est préférable de donner à celle-ci (ou grains de Sel) son efficacité : ce que la monnaie "girale" de Gesell (la monnaie franche) réalisait très bien.
    Il est vrai qu’il est difficile d’en parler en peu de mots. Une image simple alors ?
    De la source qui sourd sans retenue et se perd, on a mis un bassin autour pour moins perdre et avoir toujours à satiété sans perte de temps.
    A plus,
    J-L M.


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • loue maison gratuitement contre travauxProjet : Saint-Agathe, mignonne petite maison (75m2) en pierre du XVIIeme habitable mais confort rustique actuellement à louer contre amélioration à votre goût (financement des matériaux assuré (...)
  • www.compaillons.eu7,8,9 nov : rencontres nationales de la construction paille, animées par des intervenants professionnels: présentation de projets innovants et moments d'échanges et de travail ♦  Entrée libre. (...)
  • Communication authetique, bienveillance et créativ14,15,16,29,30 nov : Module I: créer et animer des espaces où chacun prend pleinement sa place, contribuer à la réalisation d'un objectif personnel ou commun, mieux vivre et coopérer, goûter à la (...)
  • Soirée spectacle4 nov : 20h30 soirée humoristique et instructive pour découvrir nos cours d'eau ♦  Comment fonctionnent nos cours d'eau ? A quoi servent-ils ? Dois-je me sentir concerné(e) par celui de ma (...)
  • Recherche de partenaires,et d’un terrainProjet : J'ai 43 ans je suis sans profession,et titulaire de l'AAH,j'ai un projet de créer un écocentre expérimental,avec activités d'agroécologie,d'agroforesterie,et de permaculture;qui évoluera (...)
twitter

SUR LE WEB