Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Flore Sauvage et Médicinale
Aspect Juridique et Statut de l'Herboriste

le 3 janvier 2003

Contact


Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

Si l’on veut produire en circuit long, c’est-à-dire vendre ses plantes médicinales à des laboratoires pharmaceutiques, aucun problème : tout est en principe permis.

Si l’on veut cultiver sans vendre, beaucoup de choses sont aussi permises.

Mais ce n’est pas aussi simple si l’on veut produire et commercialiser par soi-même des plantes médicinales...

Cet article a été publié dans un ancien numéro de la revue Passerelle Eco

Vente Directe

Le droit se corse sérieusement pour la vente directe. Dans ce cas de figure, seules 34 plantes considérées comme « médicinales et d’usage courant » peuvent être commercialisées librement (pour la tisane, autrement dit) : la bardane, le bouillon-blanc, les bourgeons de pin, la bourrache, la bruyère, la camomille, le chiendent, le cynorrhodon (ou " gratte-cul ", qui détient le record de la richesse en vitamine C), les feuilles de ronce, le frêne, la gentiane, la guimauve, l’hibiscus, le houblon (davantage apprécié sous une autre forme...), la lavande, le lierre terrestre, la matricaire, la mauve, la mélisse, la menthe, la ményanthe, l’olivier, l’oranger, l’ortie blanche, la pariétaire, la pensée sauvage, les pétales de rose, les queues de cerise, la reine-des-prés, le sureau, le tilleul, la verveine et la violette. En ce qui concerne l’usage médicinal, toutes les autres plantes ne peuvent être commercialisées que par les pharmaciens ou les herboristes diplômés... avant 1941 !

Toutefois, à cette liste s’ajoutent des plantes condimentaires, aromatiques, ou pouvant être utilisées en usage externe. Si l’on inclut la première liste de 34 plantes, cela fait 110 - 120 plantes en vente relativement libre.

Ensuite, le droit fixe aussi ce que l’on a le droit d’écrire ou non sur les étiquette (pas de conseils d’usage, pas de posologie si l’on n’est pas pharmacien ou herboriste !), et le droit de faire des mélanges (eh bé on n’a pas le droit si l’on n’est pas etc etc !)

Dans un autre article, nous reviendrons avec Serge sur ces aspects juridiques, avec détail et précision : le sujet est croquignol !

Etonnant statut d’herboriste !

Le diplôme d’herboriste a été supprimé en France en 1941 par Pétain. Par la suite, la plupart des lois qu’il avait édictées ont été abrogées, celle-ci fait figure d’exception : donc les herboristes respectables qui exercent encore en France le droit de vendre des plantes médicinales ont été diplômés avant cette date (à part la fameuse liste de 34 plantes en vente « libre » parce que d’usage très courant, en principe). Pour les plus jeunes, il faut être alors pharmacien pour avoir ce droit.

Pourtant, ces statuts de pharmaciens et d’herboristes cohabitent très bien dans d’autres pays d’Europe, et la France fait un peu figure d’exception. On compare souvent cette situation à celle qui était faite aux ostéopathes jusqu’à récemment.

Toutefois, l’Association pour le Renouveau de l’Herboristerie oeuvre depuis 1982 auprès des pouvoirs publics pour la reconnaissance de la profession d’herboriste en France, et la création d’un diplôme européen de phytologue-herboriste. Elle dispense en attendant une formation très sérieuse en deux ans, par correspondance, ainsi que des stages courts, à ceux qui veulent apprendre le maniement des plantes médicinales. Serge Guza en a d’ailleurs été président !

Contact :
Association pour le Renouveau de l’Herboristerie
183 rue des Pyrénées - 75020 PARIS Tél. 01 43 58 66 48 Fax. 01 43 58 66 96 arh@herboristerie-asso.org

- Cet article a été publié dans un ancien numéro de la revue Passerelle Eco


28 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

114 messages

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    29 septembre 2007Â 15:13 , par mary

    Bonjour à ts,comme vous je me demande par ou passé pour devenir herboriste.merci de me communiquer les formations ou stages.et si par hazard il n’y en aurez pas ds la Drome ?merci d’avance, Mary

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      20 mai 2008Â 14:08 , par X

      Bonjour, je m’appelle Ulrike, je suis allemande et depuis longtemps herboriste, au début c’est ma mère qui m’a appris. Je cueille plus de 100 plantes sauvage pour moi et mon mari. Pour la vente, bien sur, je m’en tiens au cadre réglementé qui est plus réduit. Je pourrais en effet vous proposer une formation à la fois théorique, par les livres, et pratique, m’accompagner pour les cueillettes et découvrir les plantes, la collecte, le séchage...

      Je suis dans la drôme, à Romans et Valence.

      Vous pouvez me répondre sur ce mèl ou sur ulrikeahme@editionstrans.net ou me téléphoner au 04 75 02 93 95

      A bientôt

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    15 août 2007Â 17:41 , par Astrid

    Bonjour !
    j’ai 15 ans et je souhaite devenir herboriste.
    Je rentre en 2nde cette année et on nous demande déja ce que l’on veut faire comme études. Le problème, c’est que je ne sais absolument pas vers quelles études je dois me diriger... Pouvez-vous m’aider ?

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      19 août 2007Â 18:35 , par laurie

      bonjour Astrid..j’ai 17ans et je suis dans le meme cas que toi. Depuis quelque temps le metier d’herboriste me tente, mais je ne sais absolument pas vers quoi me diriger..si jamais tu as des infos, pourrais tu m’en faire part ?
      En ce qui me concerne je crois que le diplome d’herboriste existe en allemagne mais je n’en sais pas plus..
      voila merci..

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        9 septembre 2007Â 22:12 , par Astrid

        Bonjour Laurie. j’ai des renseignements sur les études à faire. Mon pharmacien m’a dit qu’il fallait faire pharmacie et ensuite spé Botanique. voilà...Par contre, la pharma c’est 7 ans et la spé c’est 2 ans ! ça fait juste 9 ans d’études ! bon j’espère que je t’ai aidée... A bientôt !!

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      7 novembre 2008Â 17:23 , par X

      Le diplôme d’herboriste n’existant plus, accrochez-vous et faites un bac S, et des études de pharmacie !!
      Cordialement, Thomas

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    12 mai 2007Â 12:17 , par X

    L’argousier aussi est très riche en vitamines c mais la plante la plus courante en France métropolitaine à détenir ce record est bien l’églantier (cynorodhon, gratte-cul...)

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      28 juin 2007Â 08:02 , par X

      Pour info : le thé vert et la chélidoine sont hépatotoxique (ainsi qu’une 10aine d’autres plantes de notre région) : Dr D.Larrey _Hopital St -Eloi ; Montpellier

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        21 février 2008Â 14:38 , par marie

        je souhaiterais plus d’info à ce sujet...

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        4 juin 2008Â 18:15 , par X

        c’est mauvais pour le foie et bon contre le cholestérol le thé vert ? mon père boit du thé vert contre son cholestérol mais a un foie fragile ... ce serait dc mauvais pr son foie de boire ça ?

  • > Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    5 janvier 2007Â 17:10 , par lucile

    Quel dommage qu’il n’y ai plus de diplôme d’herboriste... je souhaite cultiver des plantes medicinales pour les vendres et en faire profiter autrui...
    Comment puis-je devenir herboriste ?
    Suis-je obliger d’être paharmacienne pour pouvoir exercer le métier d’herboriste ?
    Y a t-il d’autres alternatives ?

    • > Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      30 avril 2008Â 17:45 , par alice

      Bonjour, Lucile
      Cultiver et vendre les plantes médicinales - c’est aussi tout à fait mon reve. Avez-vous réussi à obtenir depuis 2007 quelques informations au sujet du diplôme d’herboriste ? Et votre projet, s’est-il réalisé ?
      Je vous serais très reconnaissante pour votre réponse.
      Cordialement,
      Alice

  • > Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    20 août 2006Â 16:55 , par Rachel

    _ou peut-on suivre une formation d’herboriste ?_ _faut-il une formation en medecine ou le bac suffit-il ?_ _merci de répondre_ _en esperant que le gouvernement fasse qqchose

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • 36 ans, VG, non fumeur, prof hatha yoga, vélorutionnaire et passionné par le végétal
    Projet : partager maison à la campagne sud 24 ou 46 au calme, nature, avec possibilité poêle à bois, TS, (...)
  • 77ans, je vis seule et sans animaux
    Recherche : dans le 73, ou en tout cas en altitude de + de 700m, des aménagements d'HG écolo pour personnes âgées valides ou retraitées
  • 28 au 31 août : Socialiser-éduquer ? Pourquoi ? Comment ? ♦  Socialiser, c'est rendre social, sous-entendu que je ne le suis pas par nature, que seule cette action me permettra de le devenir, et (...)
  • Ferme légère en Béarn (64)Projet : lieu de vie, ferme collective et qui pourrait bien avoir trouvé son terrain: 14ha de friche et bois, à 20 km de Pau ♦  agroécologie, interG, multi-activités, art, ouverture, décroissance (...)
  • Proposition de logement (3 chambres colocation)Projet : maison ancienne à 5km de Saverdun avec 8ha de bois et prairies ♦  partager: jardin de fleurs, potager, poulailler et entretien des espaces collectifs. 3 logements dont 2 habités, par (...)
twitter

SUR LE WEB