Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Flore Sauvage et Médicinale
Aspect Juridique et Statut de l'Herboriste

le 3 janvier 2003

Contact


Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

Si l’on veut produire en circuit long, c’est-à-dire vendre ses plantes médicinales à des laboratoires pharmaceutiques, aucun problème : tout est en principe permis.

Si l’on veut cultiver sans vendre, beaucoup de choses sont aussi permises.

Mais ce n’est pas aussi simple si l’on veut produire et commercialiser par soi-même des plantes médicinales...

Cet article a été publié dans un ancien numéro de la revue Passerelle Eco

Vente Directe

Le droit se corse sérieusement pour la vente directe. Dans ce cas de figure, seules 34 plantes considérées comme « médicinales et d’usage courant » peuvent être commercialisées librement (pour la tisane, autrement dit) : la bardane, le bouillon-blanc, les bourgeons de pin, la bourrache, la bruyère, la camomille, le chiendent, le cynorrhodon (ou " gratte-cul ", qui détient le record de la richesse en vitamine C), les feuilles de ronce, le frêne, la gentiane, la guimauve, l’hibiscus, le houblon (davantage apprécié sous une autre forme...), la lavande, le lierre terrestre, la matricaire, la mauve, la mélisse, la menthe, la ményanthe, l’olivier, l’oranger, l’ortie blanche, la pariétaire, la pensée sauvage, les pétales de rose, les queues de cerise, la reine-des-prés, le sureau, le tilleul, la verveine et la violette. En ce qui concerne l’usage médicinal, toutes les autres plantes ne peuvent être commercialisées que par les pharmaciens ou les herboristes diplômés... avant 1941 !

Toutefois, à cette liste s’ajoutent des plantes condimentaires, aromatiques, ou pouvant être utilisées en usage externe. Si l’on inclut la première liste de 34 plantes, cela fait 110 - 120 plantes en vente relativement libre.

Ensuite, le droit fixe aussi ce que l’on a le droit d’écrire ou non sur les étiquette (pas de conseils d’usage, pas de posologie si l’on n’est pas pharmacien ou herboriste !), et le droit de faire des mélanges (eh bé on n’a pas le droit si l’on n’est pas etc etc !)

Dans un autre article, nous reviendrons avec Serge sur ces aspects juridiques, avec détail et précision : le sujet est croquignol !

Etonnant statut d’herboriste !

Le diplôme d’herboriste a été supprimé en France en 1941 par Pétain. Par la suite, la plupart des lois qu’il avait édictées ont été abrogées, celle-ci fait figure d’exception : donc les herboristes respectables qui exercent encore en France le droit de vendre des plantes médicinales ont été diplômés avant cette date (à part la fameuse liste de 34 plantes en vente « libre » parce que d’usage très courant, en principe). Pour les plus jeunes, il faut être alors pharmacien pour avoir ce droit.

Pourtant, ces statuts de pharmaciens et d’herboristes cohabitent très bien dans d’autres pays d’Europe, et la France fait un peu figure d’exception. On compare souvent cette situation à celle qui était faite aux ostéopathes jusqu’à récemment.

Toutefois, l’Association pour le Renouveau de l’Herboristerie oeuvre depuis 1982 auprès des pouvoirs publics pour la reconnaissance de la profession d’herboriste en France, et la création d’un diplôme européen de phytologue-herboriste. Elle dispense en attendant une formation très sérieuse en deux ans, par correspondance, ainsi que des stages courts, à ceux qui veulent apprendre le maniement des plantes médicinales. Serge Guza en a d’ailleurs été président !

Contact :
Association pour le Renouveau de l’Herboristerie
183 rue des Pyrénées - 75020 PARIS Tél. 01 43 58 66 48 Fax. 01 43 58 66 96 arh@herboristerie-asso.org

- Cet article a été publié dans un ancien numéro de la revue Passerelle Eco


27 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
    Pour indiquer l'adresse d'une page web, remplacez http:// et www par [web] et nous corrigerons votre message à la main si ce n'est pas un spam.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

113 messages

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    23 septembre 2009 10:27 , par X

    Bonjour,

    Je suis passionnée par les plantes et leur utilisation depuis le plus jeune âge.

    Je suis actuellement en reconversion professionnelle suite à un accident du travail et je souhaitais profiter de cette rupture dans ma vie pour faire ce qu’il me plait, projeter d’ouvrir une herboristerie.

    Peut-t-on commercialiser toutes sortes de plantes en étant naturopathe ? Faut-il obligatoirement être pharmacien ou médecin conventionné ? Quelles formations sont possibles en France même si malheureusement le diplôme n’existe plus ?

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      1er novembre 2009 09:52 , par je deviend herboriste

      vous pouvais que commercialiser que 34 plante voir 110

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      4 mai 2010 20:45 , par Samueldu31

      Je ne veux pas briser vos rêves mais en France ce n’est plus possible. Voici la réponse donnée par (cette pu** de) Rama Yade à un sénateur voulant recréer le diplôme d’herboriste en France (cherchez dans le texte) http://senatrice.fr/cra/s20100427/s...

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    20 septembre 2009 11:12 , par X

    Bonjour,

    Je voudrais savoir dans quels pays il est possible de faire le métier d’herboriste sans passer par la filière pharmaceutique.

    Merci d’avance pour votre réponse

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      23 janvier 2010 17:32 , par labo-pharma

      En angleterre, en suisse (droguerie herboristerie), en italie, en belgique uniquement dans la communauté française de belgique, en allemagne pas de diplôme d’herboriste mais un diplôme d’heilpratiker une sorte de naturopathe, et après je ne sais pas. Je sais qu’en suisse et en italie les études sont très sérieuses, en italie, c’est trois ans d’étude à la fac de pharmacie, et en suiss, c’est un diplôme que l’on obtient entre 4 années et 8 années d’études...c’est une formation par alternance...Dernière chose, ces diplômes ne sont reconnus que dans leur pays d’origine, donc pas en France.

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    7 mars 2009 10:18 , par papypoutous

    Si une loi est injuste, un homme (femme) a non seulement le droit, mais l’obligation de lui désobéir.
    A l’origine de beaucoup de médicaments, il y a des plantes !!! L’aspirine, elle même vient du saule blanc. Dans de nombreux cas, les médicaments de synthèse peuvent être remplacés par des plantes curatives. ;o))

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      12 juillet 2009 22:13 , par Samuel

      Bonjour,

      Vous, vous avez lu La Désobéissance Civile de Thoreau.
      La diplôme d’herboriste ou plus exactement le certificat d’herboriste a été supprimé en 1941, il n’y aura plus jamais de diplôme, c’est terminé, et personne n’a le droit de s’approprier le titre d’herboriste puisqu’il n’existe plus en France. De ce fait les personnes, hormis celles qui bossent dans les 15 dernières herboristeries antérieures à 1941, voulant vendre des plantes médicinales ont quelques choix :
      - le meilleur choix est de devenir pharmacien parce que, lui seul, a le droit de donner des allégations thérapeutiques aux plantes médicinales et d’effectuer des mélanges dans un but curatif.
      - préparateur en pharmacie pour travailler comme employé dans une pharmacie possédant un large rayon de plantes médicinales.
      - agriculteur ou cueilleur, sauf si vous avez déjà des terres, vous risquez de vous endettez sans avoir la certitude de faire du chiffre, donc de rembourser vos emprunts, et de vivre de votre activité.

      Il faut que vous sachiez que la vente des 138 plantes médicinales qui sont sorties du monopole pharmaceutique, peuvent être vendues par des personnes autres que les pharmaciens et les herboristes MAIS vous ne pourrez donner aucune allégation thérapeutique, ni faire de mélange dans le but de traiter quelques pathologies que ce soit. De plus, vous ne pouvez pas non plus appeler votre magasin "herboristerie" car ce titre n’existe plus. Dans le cas contraire, vous vous exposez à une amende très élevée et à des accusations d’exercice illégal de la pharmacie, ce qui est tout à fait normal.

      La meilleure chose à faire quand on est jeune, c’est de faire des études de pharmacie sans trop se bercer d’illusions. Croyez en mon expérience (pharmacien)

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        3 août 2009 12:08 , par X

        bonjour
        nous desirons vendre des plantes autorisees sur les marches
        pour cela nous recherchons un pharmacien en collaboration
        en connaissez-vous
        merci de votre reponse
        cordialement

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        21 mars 2010 15:59 , par Nathan Morel

        Bonjour, j’aimerai poser une simple question,
        Un diplome de preparateur en pharmacie peut-il permetre de vendre et "conseiller/prescrire" des remèdes galéniques sous toute leur formes ?
        Je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai un poil dans la main(hum), mais si on peut racourcir le circuit jusqu’à l’officine "traditionelle" ce serai deja un plus, sans deni pour la pharmacologie moderne cela dit en passant.

        Merci de votre attention

        • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

          21 mars 2010 16:06 , par Nathan Morel

          C’est encore moi,inutile de repondre a ma question, j’ai la reponce, merci quand meme.
          J’irai bien faire un petit tour en belgique ou en suisse tout d’un coup !

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      9 août 2009 10:18 , par Liliane .Lustig

      Bonjour ,
      Je suis diplomée en phytothérapie( cela consiste aussi à avoir les connaissances en anatomie ;physiologie;pathologie ;je suis donc conseillère en phytothérapeutique les études en allemagne ont durée presque 3 ans.De plus je suis inscrite à.......
      pour suivre le cursus complet sur Conseillère en plantes médicinales, huilles essentielles,et aromatothérapie et coyez moi c’est un établissement sérieux où sont formés tout corps médical ayant la validation du haut comité pharmaceutique.
      1) A mon avis,la toxicité des plantes proprement dite est déstiné à la défense de celle-ci,c’est l’homme qui en isolant une molécule qui la rend dangereuse car elle se défend croyant à une attaque d’intrus.En laissant la plante dans son ensemble comme par-exemple la chélidoine que l’on considère toxique ne l’est finalemant pas du tout. L’homme s’est approprié les richesses de la terre sous nomenclature..+++ mais se bien appartient bien aux citoyens dans le monde.
      2)C’est la connaissance chimique ,génétique...de ceux qui utilisent des procédés d’extraction en vue de synthétiser des médicaments non comme ils disent à base de plantes car c’est là qu’il faudra faire la différence.
      3)Les plantes soi-disant "toxique", à mon humble avis ne peuvent être celles que l’on laisse entière pour le bièn-être de tous par-contre il faut des connaissance malgré tout.
      Concernant les catégories scientifiques la transformations des plantes , c’est seulement cette partie de la plante extraite comme des concentrés en vente en pharmacie qui rend la plante dangereuse. la prêle est vendu en pharmacie par des pharmaciens se qui ne rend pas plus dangereux ou moins dangereuses ces plantes.L’alcaloîde de la chelidoine est bien plus dangereuse en teintures mère que la tisane elle même.Pardonnez-moi ma langue maternelle est l’allemand et le luxembourgois car je suis née au Grand Duché du Luxembourg vous trouverez quelques fautes de français .J’éspère vous avoir aidé.N.B J’ai utilisé moi-même le mille-pertuis (huile et teinture pour une brûlure entre le 2-3 degrés en 4 jours plus rien du tout.La prêle m’a guérie des infections urinaires
      que j’avais depuis l’âge de mes 2ans jusqu’à mes 32 ans .
      J’avais aucune connaissance à cette époque une fois la prêle prise sous forme de tisane y compris l’élixir du suédois m’ont guéries en 4 semaines.

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        7 septembre 2010 09:54 , par BETTY

        Bonjour,

        je cherche moi même a faire une formation de phytothérapeute en ligne si possible. En tapant sur le site de recherche je me retrouve avec toute une liste de formation mais je ne sais pas laquelle est vraimùent sérieuse.
        Je suis basée en Région parisienne.
        Merci pour votre aide précieuse

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    6 janvier 2009 20:07 , par bernie

    je suis preparatrice en pharmacie diplome depuis 6 ans et je souhaiterai savoir si mon diplome me permet d’ouvrir une herboriterie en sachant que j’ai reçu des cours de botanique et realisé de nombreuses preparations et tisanes au sein de l’offine ou j’exerce.
    merci de vos conseils.

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      23 janvier 2010 17:25 , par labo-pharma

      Vous ne pouvez pas, désolé. Le diplôme d’herboriste étant supprimé depuis 41, c’est fini plus personne n’a le droit d’ouvrir d’herboristerie.

  • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

    4 janvier 2009 16:27 , par Gobelin

    bonjour à toutes et à tous,
    quant à moi, j’aimerai savoir si vous pouviez me conseiller une plante pouvant faire cesser la chute des cheveux. J’ai ma jeune sœur qui perds ses cheveux depuis un bon moment et elle a tout essayé, elle n’en peut plus des traitements médicamenteux.Merci à vous tous...
    Cordialement.

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      6 janvier 2009 16:21 , par frane

      Salut,

      Votre message date bien du 4 janvier 2009 ?

      Enfin, toujours est-il qu’elle peut essayer une décoction de thym qui aide à la repousse des cheveux ; ou bien du romarin ainsi que la prêle des champs bon pour tout ce qui est phanères.

      En espérant que cela l’aide.

      Cordialement.

      Frane.

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      11 février 2009 09:09 , par Hagel

      Regardez si l’alimentation de votre soeur ne contient pas "trop" de glutamate...

      — Extraits de la diététique du TAO :

      ...il est actuellement utilisé couramment dans les apéritifs (gout bacon, gout fromage,..), dans les cacahouètes grillées et salées, les plats cuisinés, les aliments congelés, les mélanges d’épices, les soupes en conserve ou déshydratées, les sauces pour salades, les produits à base de viande ou de poisson, les chips, les bâtonnets de crabe (surimi), certaines charcuterie, presque tous les bouillons en cubes, des desserts, des bonbons, des produits au soja, des produits dits de "régime" (où l’on trouve parfois du glutamate et de l’aspartame dans le même produit !! )

      Ceux qui cachent toujours du glutamate :
      Les codes E621 au E 625
      Glutamate monosodique
      Gélatine
      Protéines ou huiles hydrogénées
      Certaines huiles de mais
      Extrait de levure
      Levure rajoutée
      Acide glutamique
      Caséinates de sodium ou de calcium
      Glutamate monopotassique

      Ceux qui en cachent souvent :
      Protéines de soja ou de blé
      Sirop de mais
      Acide citrique ou concentré
      Epices
      Arômes artificiels ou naturels
      Arômes naturels de poulet, de boeuf ou de porc
      Arôme fumé
      Maltodestrine
      Sauce au soja
      Arôme de caramel

      Ceux qui en cachent parfois :
      Protéines de lait, d’avoine ou de riz
      Carragheens
      Isolat de protéines de blé ou de soja
      Extrait de malt
      Concentré de protéines

      • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

        23 janvier 2010 17:27 , par labo-pharma

        Regardez à acide glutamique (ou glutamate) et cycle de Krebs, et vous verrez que nous avons besoin du glutamate pour faire la respiration cellulaire. avant de l’ouvrir, étudiez...ça sert.

        • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

          14 février 2010 20:03 , par JLuc (Passerelle Eco)

          l’arrogance des experts est un outil de pouvoir sur les non experts, outil dont il est malheureusement souvent abusé. Cela ne sert pas la cause des pharmaciens !

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      26 juillet 2009 10:32 , par X

      oui j ai une solution pour votre soeur le melange d ortie de l ail et laurier en huile bien masser garder toute une nuit puis laver sans trop decaper et rincer avec un peu de vinaigre
      bon courage

    • Aspect Juridique et Statut de l’Herboriste

      28 novembre 2009 08:07 , par jean baptiste

      bonjour oui effectivement nous avons un produit effectivement pour la perte de cheveux pouvez vous m’envoyer vos cordonnees cordialement

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

ABONNEZ VOUS

LIVRE

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

Les Blogs

twitter

SUR LE WEB