Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Permaculture et Écovillages - un mémoire
Émergence de la permaculture

le 22 septembre 2014

DOSSIER :
Permaculture et Écovillages - un mémoire (1)

Mémoire de thèse de Stéphane Groleau.

Émergence de la permaculture

La permaculture est née dans les années quatre-vingt, pour tenter de répondre aux problèmes apportés par le modèle productiviste et capitaliste en place.

Introduction

On peut partir de constats généraux : les forêts sont ravagées, brûlées, surexploitées, et parfois reboisées en monoculture.

La pollution de l’air, de l’eau et du sol provoquent les pluies acides, effet de serre, la réduction de la couche d’ozone, les problèmes de santé, l’eutrophisation des cours d’eau, l’extinction de milliers d’espèces d’organismes vivants et est même une menace pour l’intelligence [1].

De plus en plus, le climat change : on prévoit que « la température moyenne à la surface de la Terre devrait augmenter de 1 °C à 3,5 °C au cours du prochain siècle [2] ». On constate davantage de catastrophes naturelles : des inondations, ouragans, tempêtes de verglas…

Il y a aussi les inégalités sociales, le monopole des multinationales, l’exploitation du Tiers-Monde, l’épuisement des ressources, et la liste peut continuer encore très longtemps.

Face à un constat aussi peu reluisant, il est permis de se questionner : Comment notre mode de vie nous a-t-il amené là ? Y a-t-il des alternatives ?

J’ai découvert la permaculture en cette fin de millénaire alors que je m’informais sur l’existence de communautés vivant plus près de la nature. Elle a immédiatement attiré mon attention, car elle semble une solution très viable aux problèmes environnementaux et sociaux sans cesse grandissants.

En effet, la permaculture est tout une façon de penser et d’aménager un environnement afin de rendre harmonieuses les relations entre les humains, les animaux, les plantes et la Terre. Pour cette recherche, je me suis concentré sur la période récente, soit depuis les années quatre-vingt. De plus, même si la permaculture est aujourd’hui pratiquée et enseignée sur l’ensemble de la planète, la forme actuelle est originaire d’Australie, alors je m’y attarderai davantage.

Étant donné la nature même de la permaculture, il sera nécessaire pour débuter de replacer le contexte historique et social de l’émergence de cette pratique. À vrai dire, elle déborde de loin les simples principes d’agronomie. Cela permettra aussi de comprendre la société que je présenterai, ainsi que les pratiques concrètes au sein de celle-ci. Enfin, tout le contexte social, politique, économique et idéologique pourra être observé.

Contexte global

Depuis les années 50, avec l’industrialisation et la mondialisation, l’agriculture paysanne traditionnelle fut complètement dévalorisée au profit des fermes productivistes et capitalistes. On veut produire plus, on veut exporter, on veut de la technologie, et bien sûr faire davantage d’argent. Rapidement, on a valorisé la monoculture, l’utilisation des engrais chimiques, puis l’application de pesticides.

Beaucoup de problèmes furent mis en lumière depuis de nombreuses années : bioaccumulation et concentration des résidus le long de la chaîne alimentaire, induction d’une sélection d’insectes résistant aux traitements nécessitants des épandages toujours plus fréquents, dégradation et la perte de sols, pollution de l’eau et de l’air, risques de cancers, d’empoisonnement, sans compter les autres problèmes non encore détectés (ou non dévoilés). De plus, toute cette concentration des multinationales a amené une grande dépendance des producteurs face aux divers intrants agricoles (semences, engrais, pesticides, machinerie).

L’agriculture est devenue malade. En se contentant souvent d’apporter uniquement les composants majeurs ou considérés importants (ex. NPK), on néglige les éléments secondaires (oligo-éléments) qui sont pourtant nécessaires à la plante. Au niveau des animaux, voilà qu’on les bourre d’antibiotiques, qu’on nourrit des herbivores avec de la farine carnée, qu’on les emprisonne dans des cages minuscules. Ensuite, on commercialise tous ces produits dénaturés et/ou transformés et/ou assaisonnés de conservateurs et/ou irradiés et/ou suremballés. C’est dans ce contexte qu’a vu le jour l’actuelle permaculture.

Historique

Le terme "permaculture" est apparu entre 1972 et 1974 suite au contexte négatif des années soixante (bombe nucléaire, exploitation de la terre, arrogances des pollueurs, insensibilité générale face aux humains et à l’environnement). Il fut inventé par l’auteur, environnementaliste, zoologiste et designer Bill Mollison. Il visait le développement d’une science de la terre interdisciplinaire ayant un potentiel positiviste, intégré et global. Ce mot vient de l’expression anglaise "permanent agriculture", soit une agriculture qui se veut permanente et durable. En anglais, on réfère constamment à la notion de "sustainability", véhiculant l’idée d’être soutenue, durable, écologique, etc.

En 1981, la permaculture fut enseignée pour la première fois à 26 étudiants . En 1984, les systèmes proposés constituaient des systèmes viables et prenant soin de la terre. Certains arrivaient même à vivre de leur environnement. Aujourd’hui, il y a des milliers de personnes qui participent aux cours, ateliers, lectures et séminaires. Les diplômés ont formé un réseau qui s’étend dans de nombreux pays.

Évidemment, Bill Mollison n’a pas tout inventé, loin de là ! Il s’est entre autre énormément inspiré de l’agriculture sauvage développée par le Japonais Masanobu Fukuoka. Pendant près d’un demi-siècle, ce chercheur-paysan a expérimenté et développé sa méthode visant à ne pas labourer ou retourner la terre, n’utiliser aucun fertilisant chimique ou compost, ne dépendre d’aucun produit chimique [3]. La permaculture renoue également avec le savoir traditionnel et ancestral. Elle fait une sorte de synthèse de l’ensemble des connaissances millénaires particulières à chacun des peuples de la Terre. Tout comme chaque région possède son climat, son type de sol, sa topologie ainsi qu’une faune et une flore particulière, de nombreuses pratiques agricoles se développèrent au cours de l’histoire. Ainsi, on s’aperçoit à quel point nous pouvons apprendre des autres. Par l’emphase que la permaculture met sur l’aménagement d’un territoire alliant arbres et plantes, elle se rapproche beaucoup de l’agroforesterie.

Notes

[1Philippe Gauthier, « La pollution menacerait l’intelligence », Cybersciences, 25/04/1999, http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1793.asp

[2Emmanuelle Bergeron, « La météo en 2050 : chaud et orageux en fin de journée », QuébecScience, mai 2000, http://www.cybersciences.com/cyber/4.0/2000/05/climat.asp

[3Masanobu Fukuoka, La révolution d’un seul brin de paille, p. 59-61.


8 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, simplement insérez une ligne vide entre eux.

DOSSIER
Permaculture et Écovillages - un mémoire

ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Recherche Colocataire (Terre en Vue dans le 56)

Projet : Vivre en colocation dans une maison à Allaire (voir sur le bon coin maison à 490€) ou les environs , dans le 56 avec un loyer d’environ 250 à 300€ Chacun. Offre : Partage de loyer, de (...)

Le Festival des Possibles (Convergences dans le 89)

Projet : "le Festival des Possibles" Le festival des optimistes, des entrepreneurs de l’environnement, des rénovateurs de la biodiversité, des acteurs du « vivre ensemble ». Festival de films sur des (...)

Colocation entre Foix et Saint Girons a la Campagne (CoLocation dans le 09)

Projet : bonjour une chambre dispo en colocation. Offre : bonjour une chambre dispo a 20min de foix et saint girons dans le village de castelnau durban. 4 pers dans la colocation, 170 euros de (...)

Recherche Partenaire Financier: Eco Lieu (Graines d’Avenir)

Projet : Femme électrosensible recherche partenaire ( financier et amical ) ayant à cœur un projet identique pour l’achat d’un lieu . l’ idéal serait / Un grand terrain (minimum 1 hectare ) avec habitat (...)

Habitat Participatif de Montmartel (Saillans, Drome) (Elargissement dans le 26)

Projet : Groupe de 6 foyers avec une bonne mixité intergénérationnelle, ayant acquis un terrain de 7500m2 plein sud face au massif des 3 becs, à 5mn du cœur de Saillans. Cadre de vie convivial, (...)

La Lanterne-Financement Participatif (Terre en Vue)

Projet : Je viens d'acheter un corps de ferme à GENOD que je rénove pour en faire un lieu de retraites "méditation et nature". Je lance un financement participatif et fait appel à tout aide spontanée (...)

Co-Location en Sud Aveyron Petit Projet Agricole Possible (CoLocation dans le 12)

Projet : revitaliser le village . permettre a des gens d'acceder au foncier . Offre : maison en pierre dans un hameau du sud aveyron . 2 chambre de 30 m2 ( 1 deja louee ) , grande cuisine , sdb . (...)

Petit Écolieu en Auvergne Cherche à Grandir! (Elargissement dans le 43)

Projet : Mon nom: En chemin Né en 2008 Je suis implanté dans une petite commune des Gorges du Haut-Allier (43), 750m d'alt. Mon territoire: 15ha, une maison écologique autonome (2 logements), une (...)

Échange Écolieux pour 2 Ans (Autres Terres dans le 974)

Projet : Ecolieu de 2ha à la Réunion avec 1 maison et 1 gîte à côté de la forêt primaire des hauts (1500m). Nous cherchons à échanger avec un lieu similaire en France pour 2 ans. [Accueil écotouristique, (...)