Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > AMAP
Agriculture paysanne et accès au foncier
Avant les AMAPs, les CSA à l'inspiration des AMAPs

le 20 septembre 2014

Avant les AMAPs, les CSA à l’inspiration des AMAPs

Une association pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) est, en France, un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une ferme locale, basé sur un système de distribution de paniers composés des produits de la ferme. C’est un contrat solidaire, basé sur un engagement financier des consommateurs, qui payent à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie par le type de production et le lieu géographique. Ce système fonctionne donc sur le principe de la confiance et de la responsabilisation du consommateur.

Dans la revue Passerelle Eco n°51, Jean-Marie Richou témoignait de son expérience de paysan vis à vis de l’accès à la terre, avec le recul que lui confère son arrivée à la retraite. La plupart du temps, les AMAPs ne prennent pas la charge de la propriété de la terre... alors que pourtant c’est une des grandes difficultés pour l’essor de l’agriculture paysanne. Jean-Marie évoquait néanmoins les AMAPs, et se référait à un texte de 2002. Voici donc ce texte, qui préfigure la création des AMAPs en France, tout en allant plus loin sur certains points.

Constat

Des expériences d’engagements réciproques entre agriculteurs et consommateurs donnent lieu à des formes originales de liens économiques, basés sur des reconnaissances mutuelles (C.S.A. : Community Supported Agriculture = AMAP anglosaxonnes). Peu répandues en France, davantage en Allemagne ou aux États-Unis, ces nouvelles formes sociales sont encore trop isolées. Objectifs A partir d’une étude de l’existant, en France et à l’étranger, mettre en évidence les points communs, les valeurs et les atouts de telles expériences. Une rencontre de différents acteurs de ces voies innovantes permettra la capitalisation de ces acquis, pour aller plus loin dans leur développement

Une rencontre d’acteurs, organisée par l’association Terre Ferme, a eu lieu en avril 2002 sur ce thème au LEGTA de Périgueux. Voici un extrait du compte rendu.

Présentation

Les CSA sont la concrétisation d’une tendance actuelle et à venir pour renouer du lien entre la production et la consommation. Ces CSA s’inscrivent sans doute dans une histoire de l’agriculture de plus de 10.000 ans :

  • en période néolithique, l’agriculture de cueillette n’envisage aucune rupture ou presque entre production et consommation
  • Par la suite l’essor de l’agriculture a signifié des communautés de production et de consommation à échelle familiale, à échelle locale et humaine ; ou les questions de distribution ne se posait pas ou presque (sauf épices, café, etc..)
  • L’agriculture industrielle a marqué un réel tournant il y quelques dizaines d’années, en dissociant radicalement les deux fonctions. Avec les modes de distribution actuels, les denrées agricoles ont perdu leur « visage » qui s’y rapportait (un homme, un terroir)

Au lien on a alors peu à peu substitué, les labels, les marques, les appellations. Lien virtuel qui permette une connexion minimale au produit. Cependant, cette quête de lien reste, d’autant plus si la confiance dans les labels baisse. Elle s’exerce par exemple dans la recrudescence des marchés, des cueillettes à la ferme, des ventes ambulantes.

Au delà de cela, ce sont des liens plus solidaires, plus concrets qui tentent de renaître par exemple avec les paniers de saisons. Mais des expériences, dénommés globalement CSA, visent à de réelles contractualisations entre producteur et consommateurs . Ces contractualisations peuvent porter sur plusieurs aspects

  • contractualisation sur l’achat
  • contractualisation sur la durée (on s’engage sur une saison par ex sur les légumes, ou sur 3 ans pour le vin)
  • contractualisation sur le risque (on envisage en commun de porter le risque agricole ; gel, grêle,..)
  • contractualisation sur le travail (des consommateurs participent à certains travaux)
  • contractualisation sur le foncier : pour encourager l’usage de la terre plutôt que la propriété , certains agriculteurs créent des GFA mutuels ou des SCI. Parfois ce sont des groupes de consommateurs , qui à l’inverse, permettent l’installation de producteur en leur offrant des terres ou des vaches en location

Si les fruits et les légumes ont été les plus naturellement abordés dans ces contractualisations (paniers de saisons), c’est l’ensemble de la gamme agricole qui est de plus en plus concernée : vin, viandes, etc..

Ces CSA impliquent des trésors d’inventivité sur les plans technique, juridique et social, et concernent parfois souvent les pays du Sud

(Christophe Beau)

Qu’est-ce qu’un CSA ?

Cet acronyme signifie Community Supported Agriculture soit en français « agriculture soutenue par une communauté ».

Il s’agit de fermes ou jardins associatifs en agriculture biologique ou bio-dynamique dont le principe a été développé dans les années 1970 en Suisse (Bâle, Genève) et au Japon. On peut citer par exemple l’un des premiers CSA : le Group for Producing and Consuming Safe Food (groupe pour la production et la consommation d’aliments sains) créé au Japon en 1974 par Mme Iyo Toya et 24 familles de Tokyo qui ont proposé à 18 agricu1teurs conventionnels de se reconvertir à l’agriculture écologique en leur proposant en échange de leur acheter leur production à des prix garantis. Cette association réunissait en 1987 1251 membres et 32 agriculteurs.

Le principe fondamental est qu’un groupe de consommateurs ou plutôt un certain nombre de familles s’engagent collectivement en début de campagne agricole à financer le jardin ou la ferme (frais de fonctionnement) et les jardiniers ou agriculteurs. Les consommateurs soutiennent donc financièrement l’entreprise et participent également, selon les cas, à certains travaux. En échange de quoi ils reçoivent le droit de se procurer ces produits écologiques.

Ainsi les agriculteurs n’ont pas à se préoccuper de la vente des produits ; ils peuvent entièrement se consacrer au travail agricole. Ils ne prévoient pas seuls les productions (type d’aliments, quantité) en fonction de leur rentabilité (cours du marché, prix de revient, etc.). Ils produisent pour répondre à la demande précise du groupe de consommateurs qui les soutient.

D’après un des fondateurs, un des principaux objectifs des CSA est de permettre aux consommateurs de prendre une responsabilité dans le système agricole qui les nourrit. Souvent les CSA débutent avec un terrain acheté ou hérité auquel s’ajoutent des terres louées ou achetées en fonction du nombre de membres du cercle de consommateurs, donc de produits alimentaires nécessaires pour satisfaire les besoins sans avoir besoin d’intensifier les cultures. Le travail agricole est effectué soit par l’agriculteur lui-même lorsque c’est lui qui met ses terres à disposition, Soit par des personnes employées par le cercle de consommateurs ; les statuts varient du statut de salarié au statut de fermier ou copropriétaire, etc.

Pour couvrir les frais de la campagne agricole on établit un budget de la communauté qui servira de référence pour les prix des produits ou la cotisation de chaque membre ; là encore les formules varient. Sou-vent les consommateurs avancent l’argent nécessaire pour le finance-ment de la campagne agricole à venir et le salaire des agriculteurs. On fait le plus souvent une distinction entre les investissements portés par des personnes individuel-les et les frais de fonctionnement qui doivent être couverts par les apports des consommateurs. Ces communautés rassemblent en général entre 60 et 120 membres avec différents statuts associatifs en fonction des conditions locales précises. Connaissant un grand succès aux USA ces dernières années (on compte plus de 100 CSA actuellement), ces communautés ont souvent essaimé pour garder un nombre de membres et une surface agricole optimales.

Ce texte de Jean-Michel Florin est paru dans « l’agriculture nous concerne tous », supplément au n° 161 des Lettres aux amis des champs et des jardins Mouvement de Culture Biodynamique 5 place de la gare 68000 Colmar.

Crédit photo CC2.0-by-SA Steven Walling et Benoit Meunier


1 vote
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

1 message

  • Avant les AMAPs, les CSA à l’inspiration des AMAPs

    Le 21 septembre 2014, par framboise

    bonjour,

    les CSA ont été inspirées par les teikei japonais et j’ai retrouvé ce texte sur le lien http://base.d-p-h.info/fr/fiches/dp... :

    Mais l’Agriculture Soutenue par la Communauté (ASC) n’a rien de nouveau. Le concept a été initialement conçu au Japon au début des années 1970s, pour tenter d’assurer une nourriture saine et biologique à une époque où la pollution par le mercure a provoqué la maladie Minemata, le lait maternel empoisonnait les enfants et la pollution provoquait de graves dégâts d’une manière générale. Trois initiatives se sont réunies, largement sous l’impulsion de Yoshinori Kaneko, pour donner naissance au système Teikei japonais. Un phénomène similaire est né au même moment en Suisse, sans lien apparent.

    je trouve important de préciser ce contexte à la base de la création des CSA.

    merci,
    Françoise


SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Formation: Cours Certifié de Permaculture sur 12 Jours (Permaculture dans le 87)

Projet : Cette formation suivra le programme original de 72 heures minimum créé par Bill Mollison avec quelques adaptations pour le climat tempéré et sur des évolutions récentes dans différents (...)

Formation: Cours Certifié de Permaculture sur 12 Jours (Permaculture dans le 87)

Projet : Cette formation suivra le programme original de 72 heures minimum créé par Bill Mollison avec quelques adaptations pour le climat tempéré et sur des évolutions récentes dans différents (...)

Formation: Cours Certifié de Permaculture sur 12 Jours (Permaculture dans le 87)

Projet : Cette formation suivra le programme original de 72 heures minimum créé par Bill Mollison avec quelques adaptations pour le climat tempéré et sur des évolutions récentes dans différents (...)

Contacts Près de Lons le Saunier (Contacts dans le 39)

Couple 61 & 65 ans, vivant simplement, cherche contacts avec même mode de vie près de Lons-le-Saunier (39)

Projet à Promouvoir . . . (Artisanat)

Projet : Pour mener à bien mon projet de distillation ambulante sur toute la France (eaux de vie et huiles essentielles), j'ai besoin d'un maximum de visibilité et de soutiens. SVP, partagez autour (...)

Projet à Promouvoir . . . (Artisanat)

Projet : Pour mener à bien mon projet de distillation ambulante sur toute la France (eaux de vie et huiles essentielles), j'ai besoin d'un maximum de visibilité et de soutiens. SVP, partagez autour (...)

Cherche à Créer ou Intégrer une Colocation (À l’abordage dans le 11)

Projet : Bonjour, J'ai 58 ans et je crois que je démarre une nouvelle vie. Je cherche à vivre avec des personnes sensibles et bonnes, si possible végétariennes (au moins sans viande...), ayant (...)

Chantier Festif Paques 2018 (Construction dans le 26)

Projet : Les chantiers aux Villards sont encore nombreux et on vous y attend pour participer et festoyer avec nous !
Offre : Nous pouvons accueillir plus de 20 personnes pour la semaine du samedi (...)

Cuisinière Paysanne Ch. Loc. Dordogne avec Petit Terrain (Recherche location dans le 24)

Projet : Cuisinière paysanne ch. loc. en Dordogne avec petit terrain M'installer paysanne sur petite parcelle de légumes et petits fruits que je transformerai (lactofermentation, séchage, (...)