Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Les Blogs
3. Thématiques
Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

le 9 octobre 2006

Contact


ARTICLES

Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

On n’avait pas connu cela depuis trente ans : les stocks de céréales n’assurent plus que cinquante-sept jours de nourriture à la population mondiale. La réduction dramatique de l’approvisionnement alimentaire risque de plonger le monde dans la plus grave crise qu’il ait connue depuis trente ans. De nouvelles statistiques montrent que les récoltes de cette année seront insuffisantes pour nourrir tous les habitants de la Terre, pour la sixième fois depuis sept ans.

Les hommes ont jusqu’ici mangé à leur faim en prélevant sur les stocks constitués durant les années de vaches grasses, mais ceux-ci sont désormais tombés au-dessous du seuil critique.

En 2006, selon les estimations de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du ministère américain de l’Agriculture, la récolte de céréales diminuera pour la deuxième année consécutive. Selon la FAO, elle dépassera à peine 2 milliards de tonnes, contre 2,38 milliards en 2005 et 2,68 milliards en 2004, alors que l’appétit de la planète ne cesse de croître, à mesure que sa population augmente. Les estimations du gouvernement américain sont encore plus pessimistes : 1 984 milliards de tonnes, soit 58 millions de tonnes de moins que la consommation prévue pour cette année.

Les stocks alimentaires sont passés d’un niveau suffisant pour nourrir le monde pendant cent seize jours en 1999 à cinquante-sept jours seulement à la fin de cette saison, bien en deçà du niveau officiel de sécurité [soixante-dix jours].

Les prix ont d’ores et déjà grimpé d’au moins 20 % cette année.

  La production a baissé dans les pays riches

La crise qui se dessine est passée largement inaperçue parce que, pour une fois, les récoltes ont chuté dans les pays riches comme les Etats-Unis et l’Australie, qui, en temps normal, sont exportateurs de denrées alimentaires, et non dans les pays les plus affamés du monde. Aussi, ni l’Afrique ni l’Asie n’ont-elles souffert de grande famine.

L’effet du déficit se fera sentir progressivement, lorsque les populations pauvres ne pourront plus acheter des aliments devenus trop chers, ou lorsque leurs propres récoltes baisseront.

A travers le monde, plus de 800 millions de personnes souffrent de la faim. De 1950 à 1990, les rendements céréaliers ont plus que doublé, et la production est passée de 630 millions à 1,78 milliard de tonnes.

Mais, depuis quinze ans, les rendements progressent bien plus lentement, et la production atteint péniblement 2 milliards de tonnes.

"Les paysans ont obtenu un résultat extraordinaire en triplant quasiment la récolte mondiale", note Lester Brown, qui préside actuellement l’Earth Policy Institute, un institut de recherche respecté de Washington. "En une seule génération, ils ont presque doublé la production céréalière par rapport aux 11 000 années qui avaient précédé, depuis le début de l’agriculture. Mais maintenant, le ressort est cassé".

Outre l’amélioration des rendements, une autre méthode traditionnelle pour doper la production consiste à agrandir la superficie des terres arables. Mais cela n’est plus possible. A mesure que la population s’accroît et que les terres cultivables servent à la construction de routes ou de villes - et s’épuisent en raison de la surexploitation -, la quantité de terres disponible pour chaque habitant de la planète diminue. Elle a chuté de plus de moitié depuis 1950 [de 0,23 à 0,11 hectare par personne].

Pourtant, la production alimentaire permettrait de nourrir correctement tout le monde si elle était bien distribuée. Certes, les habitants des pays riches mangent trop et ceux des pays pauvres pas assez. Mais des quantités énormes de céréales servent également à nourrir les vaches - et les voitures. A mesure que les gens s’enrichissent, ils consomment plus de viande, et les animaux d’abattoir sont souvent nourris au grain. Ainsi, il faut 14 kilos de céréales pour produire 2 kilos de boeuf, et 8 kilos de céréales pour 2 kilos de porc. Plus d’un tiers de la récolte mondiale sert ainsi à engraisser les animaux.

Les voitures sont devenues un autre sujet de préoccupation, depuis que l’on encourage la production de carburants verts pour combattre le réchauffement climatique. Une "ruée vers le maïs" s’est déclenchée aux Etats-Unis, avec l’utilisation d’une partie de la récolte pour produire un biocarburant, l’éthanol - grâce aux subventions considérables du gouvernement Bush qui voudrait de cette façon contrer les critiques concernant son refus de ratifier le protocole de Kyoto. Un seul plein d’éthanol pour un gros 4 x 4, rappelle Lester Brown, nécessite autant de céréales qu’il en faut pour nourrir une personne pendant une année entière. En 2006, la quantité de maïs américain utilisée pour fabriquer du carburant sera égale à celle vendue à l’étranger. Traditionnellement, les exportations américaines contribuent à nourrir cent pays, pour la plupart pauvres.

  Favoriser les pratiques respectant l’environnement

A partir de l’année prochaine, le volume consommé par les automobiles américaines sera supérieur à celui des exportations, et la part disponible pour nourrir les pays pauvres risque bientôt de se réduire. Les usines de production d’éthanol existantes ou en projet dans l’Iowa, la grande région céréalière des Etats-Unis, absorberont pratiquement toute la récolte de cet Etat. Les pauvres affamés seront alors mis en concurrence avec les propriétaires de voitures. Un combat perdu d’avance, si l’on considère qu’ils consacrent déjà 70 % de leurs maigres revenus à la nourriture.

Fabriquer des voitures moins gourmandes et manger moins de viande atténuerait le problème, mais la seule solution à long terme est de permettre aux pays pauvres
- et particulièrement à leurs populations les plus défavorisées - d’accroître les cultures vivrières.

Le meilleur moyen d’y parvenir est d’encourager les petits paysans à privilégier des cultures respectueuses de l’environnement. Les études menées par l’université de l’Essex montrent que cela permet de doubler les rendements. Mais le monde doit prendre conscience de l’urgence de la situation. "Nous sommes au bord du gouffre", met en garde Lester Brown.

"L’Histoire juge les dirigeants sur leur capacité à faire face aux grands problèmes. Et pour notre génération, le grand problème risque fort d’être la sécurité alimentaire."

Geoffrey Lean
The Independent on Sunday
Publié en français dans le Courrier International 828 - 14 sept. 2006


Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

6 messages

  • Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

    30 mai 2008Â 00:07 , par Ndignouah

    la connait alimentaire qui ménace actuellement le monde et surtout les pays pauvres est consécutives à plusieurs facteurs. au premier rang de ces facteurs nous avons la nature qui tous ces dernières années n’a pas toujours été clémente. en effet l’action de l’homme sur la couche d’ozone à travers l’emmission des gazs nocifs a provoqué de graves bouleversements climatiques entrainant de ce fait la réduction de la productivité. par ailleurs, le besoin sans cesse grandissant en energie des pays émergents a fait que l’on détourne une grande partie des récoltes agricoles à la recherche des sources d’energie autre que le pétrole.
    si le camp se maintient tel quel l’humanité court le grand risque de subir l’une des plus pire catastrophe alimentaire de son histoire. il est donc urgent que la donne soit renversée.

  • > Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

    6 février 2007Â 17:42 , par Michel Ardoin

    Cette crise est la preuve que le productivisme n’est pas la bonne voie, et encore moins la stratégie de la faim utilisée par les USA pour imposer ses céréales et autres denrées comme ses OGM. Les monocultures sont également dangereuses pour l’écosystème et pour l’économie locale, mais les organismes internationaux sont sous la coupe des lobbies nord-américains... Ah ! tant que règnera la domination du dollar, du profit capitaliste, on n’a pas fini d’en voir. N’est-ce pas ?

    Voir en ligne : Productivisme

    • > Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

      13 mai 2008Â 20:32 , par Elhadj Ibrahima Niass

      c’est vrais dans ce monde actuel les prix ds danres de premieres nccessite ne cessent d’ogmentes car l’agriculture connait un grand hausse au niveu techniques et experimentale.
      L’homme a diminue ses efforts agricolles car les jeunnes n’ont qu’une seule idee l’immegration. enafrique y a l’immigration cladestine où plusieurs jeunnes ont perdus la vie.

      • > Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

        30 janvier 2009Â 16:37 , par armel ATTOLY

        je suis d’accord que dans ce monde les prix des denrés alimentaires ne cessent de grimper,mais dire qu’en afrique c’est la faute aux jeunes qui desertent le continent n’est pas tous à fait vrai.Parceque si le monde etait juste l’afrique n’allait jamais connaite la faim,d’ailleurs elle n’en a jamais connu avant la colonisation.En afrique hors mis le sahara toutes les autres régions sont productives et si les politiques le veulent elle peut etre le grenier du monde.Consacront donc une vraie politque agricole afin de reserver un avenir radieux pour les jeunes qui ne font que fuir la misère en attendant l’arrivée de la technologie. Merci

        • > Une nouvelle crise alimentaire menace le monde

          10 juin 2009Â 20:47 , par orge

          vous rêvez monsieur,quant vous parlez d’Afrique comme grenier peut être avez vous oublier les rapace qui nous gouvernent et qui nous empêche même de produire c’est plutôt d’eux qu’il faut parler et de leur corruption intense qu’il pratiquent

          • > Une nouvelle crise alimentaire sans précédent

            1er mai 2010Â 10:09 , par webduweb

            Oui, ce sont des rapaces, des dictateurs, des politiciens corrompus, avec leur police et leur armée, et il y a aussi les corrupteurs. Les peuples devraient se révolter en masse, mais toute révolte est réprimée dans le sang. Au lieu de payer docilement nos impôts, on devrait s’organiser pour faire front contre ce système infâme... et garder notre argent, non ?
            http://webduweb.free.fr/faim.htm


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • cherche terre pour osiéricultureProjet : cherche terre pour faire pousser de l'osier, ainsi qu'un jardin permacole, et pour y vivre en yourte dans la joie et la bonne humeur.
    Offre : Achat du terrain ou location ou prêt contre (...)
  • Echo Hameau de la ServantieProjet : L'Echo-Hameau de la Servantie se développe sur 10 ha de terrain comprenant des parcelles constructibles, des parcelles collectives (maison commune, atelier, rucher), des bois, un jardin (...)
  • cherchons maracher(ère)à 600m, ferme biologique de 13 ha
    Cherche : pour 2015 un-e jeune, ou couple, maraîcher-e pour reprendre la production de légumes sur 80 ares, inscrite dans un ensemble agricole céréales, (...)
  • Prêt de Yourte pour jardin botaniqueProjet : 22 ans, en oct je m'installe avec mon amoureux Théo et une amie, Anaïs sur un petit bout de terre entre un chêne centenaire et de jeunes néfliers, prêté par mes parents ♦  jardin (...)
  • recherche terres pour projet agro eco environementProjet : polyculture élevage lamas, alpagas. En biodynamie depuis 5 ans, cultive les pam et réalise des sirops de fleurs sauvages. le projet d'une ferme pédagogique s'étoffe de plus en plus sur (...)
twitter

SUR LE WEB