Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Les Blogs
3. Thématiques
Chronique : 4 journées en nucléocratie

le 28 janvier 2004

Contact

ARTICLES

Chronique : 4 journées en nucléocratie

De : Stephane Lhomme [mailto:stephane.lhomme@wanadoo.fr]

Jeudi 18 décembre 2003

Uranium : le volet nucléaire de la « Françafrique »

Pour "nourrir" en uranium nos merveilleuses centrales nucléaires, la lobby
nucléaire français commet des crimes en Afrique. Contre les populations
locales, contre l’environnement, contre la démocratie. Cela a commencé dès
les années 60, et ça continue encore actuellement. C’est le volet nucléaire
de la "Françafrique", ce système mafieux qui permet à la France de continuer
le pillage de l’Afrique, comme du temps des colonies.

La Criirad, courageuse organisation indépendante, a organisé une mission au
Niger pour voir comment s’y passe l’exploitation (c’est le bon mot !) de l’
uranium par la multinationale radioactive Areva et sa filiale Cogéma. Le
bilan est effarant. Je vous invite à lire le compte-rendu sur le site web
www.criirad.org . Et voici quelques éléments :

Le 3 décembre, dès leur arrivée à l’aéroport de Niamey, les représentants de
la Criirad étaient fouillés -les seuls à l’être -, et leur matériel de
mesure confisqué. La mission a été maintenue malgré ces graves difficultés,
et parvenait à établir quelques éléments saisissants :

L’exploitation de l’uranium échappe largement au contrôle de l’Etat
nigérien. Le ministère des Mines est sous-équipé et doit se contenter, pour
l’essentiel, de lire les rapports établis par les exploitants. Le suivi des
mineurs est effectué par la société ALGADE ... filiale 100% de la Cogéma !

Les résidus (déchets d’extraction de l’élément uranium) qui se présentent
sous forme de sable fin particulièrement radiotoxique, constituent de
véritables montagnes, les seules à animer le paysage. Les sociétés minières
n’ont même pas fait l’effort de creuser le sol pour y enfouir les déchets et
les protéger un minimum de l’érosion éolienne.

Les investigations conduites à l’aide d’un petit radiamètre (qui a échappé à
la confiscation !) dans le cadre de la formation dispensée aux membres d’
Aghir in’man ont permis de mettre le doigt sur un problème très sérieux : la
dispersion des ferrailles contaminées. Compte tenu du niveau de vie très bas
de la population nigérienne, tout est susceptible d’être récupéré et utilisé
pour la construction des maisons, de l’outillage, des ustensiles de cuisine,
etc. Il est donc impératif de contrôler de façon extrêmement rigoureuse la
sortie des matériaux : ce n’est visiblement pas le cas.

Cette mission n’était qu’exploratoire et les efforts déployés pour la faire
échouer n’ont fait que renforcer la détermination de la Criirad à aider les
populations locales à contrôler leur environnement et leur état de santé. La
Criirad va également prendre contact avec des associations et responsables
du Gabon. En effet, entre 1960 et 1999, la Cogéma a extrait près de 27 000
tonnes d’uranium des mines gabonaises et cet Etat se trouve aujourd’hui
démuni face aux millions de tonnes de déchets radioactifs générés par ces
activités. Les autorités nigériennes qui ont visité ces sites s’inquiètent
désormais de ce qui les attend quand l’exploitation prendra fin. Quelle
destination pour les résidus radioactifs accumulés en véritables montagnes,
constituées à même le sol ? Quel suivi et avec quel argent pour des déchets
radioactifs dont la dangerosité va durer sur des centaines de milliers voire
de milliards d’années ? Quelles compensation pour l’assèchement de la nappe
phréatique fossile (non renouvelable de la région d’Arlit) ? etc.

Compte tenu des bénéfice que tire la France de l’exploitation minière au
Niger, il importe que les français se mobilisent pour aider les citoyens de
ce pays à défendre leurs droits : droit à une surveillance des activités à
risques par leur propre gouvernement, droit à la réalisation de contrôles
indépendants, droit à la gestion correcte des déchets à risque, droit à l’
information, droit à la préservation de leur environnement et de leur santé.

Voilà un petit aperçu saisissant. La Criirad va tenter d’organiser de
nouvelles missions. Le Réseau « Sortir du nucléaire » a bien besoin de vos
dons et cotisations mais, sincèrement, je pense que tout chèque envoyé à la
Criirad sera aussi extrêmement utile. Qu’on se le dise !


Jeudi 15 janvier 2004

Anne Lauvergeon, la femme qui volait 6 milliards

Anne Lauvergeon va nous coûter très cher. La puissante PDG d’Areva a donné
ses ordres au gouvernement français : EDF, avec l’argent de nos factures,
doit acheter un réacteur nucléaire EPR. Justement, ça tombe « bien », c’est
Areva qui doit fabriquer ce joujou ! Coût : 3 milliards d’euros. Peu importe
que la France n’ait aucunement besoin de nouveaux moyens de production d’
électricité, l’essentiel semble être d’empêcher tout investissement dans les
énergies renouvelables et, simultanément, de « doper » la carrière de la
dame.

Une seconde information tout aussi importante, tant sur le plan industriel
que financier, est passée presque inaperçue : le 26 novembre, Mme Lauvergeon
a annoncé la construction d’une nouvelle usine de préparation du combustible
nucléaire, plus précisément d’enrichissement de l’uranium. Coût : là aussi,
3 milliards d’euros. Une paille !

Actuellement, les barres d’uranium enrichi qui servent dans le coeur des
réacteurs nucléaires français sont préparées dans la Drôme à Eurodif, usine
voisine de la centrale nucléaire de Tricastin... dont elle absorbe quasiment
toute la production ! Eurodif, rebaptisée "Georges Besse" en 1986, doit
fermer ses portes en 2012. Il faut prendre la mesure de l’évènement : avec
son annonce, Anne Lauvergeon a tout simplement signifié qu’elle avait, à
elle seule, tranché le débat de société sur le nucléaire : construire une
nouvelle usine de combustible, cela revient bien à décider que le nucléaire
va continuer en France, quoi qu’en pensent les citoyens ! Certes, l’uranium
enrichi s’exporte, mais le marché français est bien le premier débouché d’
Eurodif.

L’ancienne « sherpa » de François Mitterrand a pris quelques précautions,
avec un cynisme digne de son ancien mentor : pour faire son annonce, elle a
choisi le jour du choix du site européen candidat pour recevoir le réacteur
ITER (fusion nucléaire). Flash-back : « Les Quinze doivent trancher,
mercredi 26 novembre, entre Cadarache (Bouches-du-Rhône) et Vandellos
(Catalogne) pour proposer un site d’accueil de la machine expérimentale face
à la candidature japonaise. Ce projet nécessitera un investissement de 10
milliards d’euros sur trente ans. ». Rappelez-vous, c’était la folie
médiatique. « Le soleil domestiqué à Cadarache », « La puissance des étoiles
maîtrisée », etc...

On n’entendait parler que de ça. Mme Lauvergeon pouvait être sûre que son
annonce allait passer inaperçue, alors qu’elle a une triple signification d’
une importance pourtant fondamentale :

 la PDG d’Areva a décidée à elle seule la relance du nucléaire.

 l’enrichissement de l’uranium par « diffusion gazeuse », technique
utilisée depuis 20 ans par Eurodif, est abandonné : trop cher, trop de
consommation d’électricité. Encore un fiasco que nous avons financé !

 la technique retenue pour la nouvelle usine est la « centrifugation »,
alors que 5 milliards de francs ont été investis depuis dix ans pour mettre
au point l’enrichissement « par laser ». Encore un fiasco que nous
finançons... et que nous risquons bien de continuer à financer malgré tout :
en ce 15 janvier 2004, le Commissriat à l’énergie atomique (CEA) communique
 : « Enrichissement de l’uranium : le laser n’a pas dit son dernier mot ! (...)

En France, un plan de recherche sur 4 ans a été décidé en 2000 dans le but
de réaliser, sur le site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de
Pierrelatte, un démonstrateur intégré à l’échelle représentative du procédé
Silva (Séparation isotopique par laser de la vapeur atomique). Ce programme
a pu démontrer la faisabilité et le potentiel technique du dispositif.
Quelque 200 kg d’uranium enrichi à teneur isotopique significative ont
notamment été produits en novembre 2003, avec environ une tonne d’uranium
appauvri obtenue en parallèle. A l’avenir, il est fort probable que le
procédé d’enrichissement par laser bénéficie d’évolutions dans les domaines
des lasers industriels et de l’optique qui permettront de confirmer ses
capacités. »

De toute évidence, nous n’avons pas fini de payer, très chères, les déroutes
technologiques du lobby nucléaire. Ces sommes s’ajoutent aux 6 milliards
d’euros que Madame Lauvergeon s’apprête à voler aux citoyens : 3 milliards
pour l’EPR, et 3 milliards pour... "Georges Besse 2". Car la nouvelle usine
d’enrichissement d’uranium portera elle aussi le nom de l’ex-Pdg de Renault.
Au fait, pourquoi cet hommage ? Rendez-vous à la chronique suivante pour
découvrir un des plus dramatiques scandales du nucléaire français...


Vendredi 16 janvier 2004

Giscard, Chirac, Mitterrand, le Shah d’Iran, Khomeyni, Saddam Hussein... et le nucléaire français

28 juin 1974. Centre nucléaire de Marcoule (Gard). Le tout fraîchement élu
Président de la République française, un certain Valery Giscard d’Estaing,
et son premier ministre Jacques Chirac, reçoivent le Shah, souverain du
richissime Iran. Quelques temps plus tard, un accord est conclu pour
financer la construction d’Eurodif, usine d’enrichissement d’uranium,
absolument indispensable pour alimenter les 58 réacteurs nucléaires que la
France va construire ! L’Iran prend 10% des parts de l’usine et prête un
milliard de dollars au Commissariat à l’énergie atomique. En échange, la
France s’engage à fournir à l’Iran 10% de la production d’uranium enrichi.

Jamais avares d’une bonne plaisanterie, Valery et Jacques prétendent qu’il n’y a là que commerce de technologie civile. Le Shah d’Iran ne cache pas, lui, que l’accord prévoit aussi une aide pour lui permettre d’acquérir la
bombe atomique et simultanément le statut de grande puissance régionale. Patatras ! Les USA, bienveillants jusque là, changent d’avis et aident la révolution islamique à renverser le régime. Les évènements s’enchaînent alors :

 5 février 1979 : Khomeyni arrive à Téhéran grâce à un avion affrété par la
France où vivait l’ayatollah depuis des années.

 Avril 1979 : le premier ministre français, Raymond Barre, inaugure Eurodif

 Septembre 1980 : l’Irak de Saddam Hussein envahit l’Iran

Or, la France ne veut plus respecter ses engagements et livrer de l’uranium enrichi à Khomeyni. Pourtant, simultanément, elle fournit massivement l’Irak
en armes conventionnelles. Pire : depuis 1974, la France aide Saddam Hussein à acquérir l’arme atomique. Dès septembre 74, un certain Jacques Chirac, premier ministre, rencontre Saddam Hussein. Ce dernier vient en septembre
1975 à Paris pour une visite officielle qui comprend la visite du site nucléaire de Cadarache. Un accord franco-irakien est signé le 18 novembre 1975. Si Saddam Hussein n’a pas réussi à fabriquer de bombes atomiques, ce n ’est pas à cause de la France qui n’a pas ménagé ses efforts pour aider le dictateur ! Mais, au début des années 80, personne ne sait si Saddam va réussir ou échouer. En pleine guerre contre l’Irak, c’est insupportable pour
l’Iran qui, logiquement, exige de la France qu’elle respecte ses engagements : fourniture d’uranium enrichi et remboursement d’un milliard de dollars.

De 1983 à 1986, des bombes explosent dans de grands magasins parisiens. Des journalistes sont enlevés au Liban. Aux citoyens, on explique que de méchants islamistes veulent du mal à la civilisation occidentale, et on
cache la responsabilité écrasante du lobby nucléaire.

Le 17 septembre 1986, la France verse 330 millions de francs à l’Iran et, simultanément, le journaliste Marcel Carton est libéré. Mais, toujours le même jour (oui, vous lisez bien : le même jour ! Quel « hasard » !), le PDG
de Renault, Georges Besse, est assassiné par Action directe. Certes, il s’agissait certainement de la part de cette organisation de « punir un grand patron ». Mais, semble-t-il, Action directe était manipulée : l’Iran
exigeait de la France l’application de la partie nucléaire de l’accord passé du temps du Shah. Or Georges Besse n’était PDG de Renault que depuis quelques temps. Auparavant, il était tout simplement... l’homme qui avait
dirigé la construction et les premières années de fonctionnement de l’usine Eurodif ! Est-il besoin d’en rajouter ?

 6 mai 1988 : entre les deux tours de l’élection présidentielle, le premier ministre Jacques Chirac assure l’Iran de "garanties politiques sur l’octroi sans restrictions par le gouvernement français de licence d’exportation d’Uranium enrichi". Les otages français au Liban sont "miraculeusement" libérés. Mitterrand, Chirac, Giscard, Barre... personne n’a dit la vérité aux
français : les petites aventures du lobby nucléaire français nous coûtent cher. En argent, et en sang.

Mme Lauvergeon n’en a cure. Avec le plus grand des mépris, elle a décidé de faire construire une nouvelle usine d’enrichissement d’Uranium, et de l’ appeler... « Georges Besse 2 ». Il faudrait savoir ce qu’en pensent les
survivants des attentats des années 80 à Paris, les familles des victimes.

Mais la PDG d’Areva se veut rassurante : l’Iran ne sera pas actionnaire de cette nouvelle usine. On oublie tout et on repart pour cent ans de nucléaire ?


Samedi 17 janvier 2004

Signes ostensibles d’adoration de l’atome

Cela faisait des mois qu’une manifestation nationale contre la construction de nouveaux réacteurs nucléaires était prévue pour ce samedi 17 janvier à Paris. Curieusement, vers la mi-décembre, une autre manifestation a été
annoncée pour le même jour, à la même heure, et avec un départ situé au même endroit, place de La République. Objectif : protester contre le projet gouvernemental de loi sur les signes religieux ostensibles. Appelée par le
groupusculaire Parti des musulmans de France, il s’agissait bel et bien d’une manifestation « pour le voile islamique ».

Je me garderai bien de donner mon opinion sur la question de la laïcité et sur celle du voile. J’ai bien un avis, comme toute le monde, mais attention à ne pas brouiller le message antinucléaire.

Par contre, il est très intéressant de s’interroger sur la façon dont le sujet est traité par le gouvernement. Et surtout instrumentalisé. On peut toujours envisager qu’il y a quelques intention machiavélique à faire surgir
cette loi à l’approche d’élections. Faire monter le Front national ? Au contraire lui « damer le pion » en étalant un grande fermeté vis-à-vis des musulmans ? Qui sait...

En tout cas, une chose est sûre : il y a des petits malins qui ont imaginé pouvoir faire d’une pierre deux coups : agiter « l’épouvantail » du voile et, dans le même temps... « jeter le voile » sur la manifestation antinucléaire. Je ne suis pas loin de penser que c’est au ministère de l’
intérieur qu’a été choisie la date de la manifestation « pro-voile ». Ainsi que l’heure, et le lieu de départ, même si ce dernier a été déplacé au dernier moment.

Ajoutez à cela les manipulations des renseignements généraux qui, pendant des semaines ont « prévu » à peine 3000 manifestants antinucléaires et, au contraire, jusqu’à 20 000 « pour le voile », et le tour était joué : avant,
pendant, et après le 17 janvier, les médias se sont principalement focalisés sur le voile : immenses photos de jeunes femmes voilées à la une de la presse écrite, reportages télévisés, etc...

Or, avec une participation incontestablement située entre 10 000 et 15 000 manifestants, la manifestation contre le réacteur nucléaire EPR a connu un important succès. Il ne s’agit pas de « rivaliser » avec l’autre manifestation, mais les estimations la concernant vont de 15000 à moins de
4000 ! Peu importe : ce qui et sûr, c’est que la manif antinucléaire « méritait » une couverture médiatique au moins aussi importante que celle du voile. Notons qu’il y a toute de même eu de bons articles et des reportages
assez consistants sur la plupart des chaînes télévisées.

Et puis, surtout, les manipulateurs gouvernementaux oublient un aspect fondamental : au-delà du relais médiatique, le mouvement citoyen engagé contre la relance du nucléaire a pu mesurer ses capacités de mobilisation :
près de 15 000 manifestants, en dehors de toute actualité sur le nucléaire, c’est immense !

L’actualité nucléaire, parlons-en : le projet de loi sur l’énergie, voire même l’annonce de la construction du réacteur EPR, cela devait avoir lieu fin 2003 ou au plus tard au tout début 2004. Rien de tout cela ne s’est
produit. Serait-ce nous accorder trop d’importance que de penser que tout a été repoussé à plus tard, justement pour ne pas « doper » la manifestation ?

Peut-être. Pourtant, il y a eu aussi cette manoeuvre consistant à « jeter le voile sur la relance du nucléaire ». Ca fait beaucoup. Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis persuadé que le lobby nucléaire nous craint. Parce
que nous n’avons rien à vendre, pas d’intérêts à défendre, de contrats en jeu. Parce que, tels Astérix et ses amis gaulois, nous avons une « potion magique » : un mélange d’éthique, de morale, de dignité. Et d’obstination.

En attendant, nous dénonçons la religion du nucléaire. Alors que l’environnement risque d’être sacrifié sur l’autel atomique, nous n’acceptons pas les signes ostensibles d’adoration de l’atome de la part du
gouvernement. La mobilisation va monter en puissance et empêcher la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, véritables cathédrales des intégristes atomiques. Le vent souffle pour nous, il gonfle nos... voiles !


Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Vente d'une Propriété Rurale dans la Biovallée en Drôme (Ventes Immobilier dans le 26)

Offre : Nous vendons un ensemble de constructions écologiques habitables et de nombreuses dépendances, sur un terrain de 10.000 m2 comprenant jardins, verger, plan d'eau, sources. Environ 305m2 (...)

Echange Logement et Nourriture contre Coup de Main (Ecovolontariat dans le 09)

Projet : Bonjour Nous sommes un couple installé en Ariège depuis 2 ans maintenant, avec un projet qui nous tient à coeur dans lequel nous avons besoin d'un coup de main.
Offre : appartement (...)

Un Abri pour 3 (ou Plus!) (Graines d’Avenir dans le 81)

Projet : ch. maison à louer (même éloignée ou à retaper) près d'un terrain à vendre( pas polué,si poss.avec arbres et eau) pour plant. pérennes
Offre : Ma bonne volonté:Pourquoi pas être au service d'un (...)

Cherche Colocation (CoLocation dans le 11)

Projet : Je cherche une colocation proche de la nature, calme. Cuisine, ballade, méditation, écriture, rituels... Ouverte et silencieuse, calme et joyeuse, présente et indépendante.
Offre : Petit (...)

Recherche Lieu de Vie Sud Ouest (Graines d’Avenir dans le 40)

Projet : Souhaitons lieu ; permaculture, arbres fruitiers, four à pain, ruches, avec l'idée gîtes pouvant recevoir des ateliers thérapeutiques, artistiques, culturel avec bibliothèque, salon, tables (...)

Chambre Disponible dans Colocation en Transition-Gagny (93) (En ville aussi dans le 93)

Projet : La coloc en transition du Vieux Poirier cherche un.e nouveau.elle coloc ou un couple ! Esprit communautaire, bon tempérament, motivé.e par le jardinage bio, la perma, alternatif engagé.e... (...)

Création d'un Eco-Lieu en Creuse (23) (Un Groupe Existe dans le 74)

Projet : Création d'un éco-lieu en CREUSE (23)
Offre : Nous, couple 55 ans + homme 60 ans résidants en 74, avec apports et compétences perma, rénovation, soins énergétiques... créons un éco-lieu dans (...)

Stage Culture de Spiruline (Agricultiver dans le 34)

Projet : SPIRULINE à la Ferme écologique expérimentale de la Roquette
Offre : Formation à la culture familiale de spiruline en intérieur (milieu urbain) ou extérieur. 9 et Mars 13 et 14 Avril 11 et 12 (...)

Groupe d'Amis, Cherche Personnes Pouvant les Accueillir (Contacts dans le 38)

Demande : Groupe d’amis 8 à 12 p, cherche personnes pouvant les accueillir ponctuellement sur un jour ou deux pour se retrouver pour des rencontres partages sur Rhône Alpes pour créer des éco (...)
320.116 ms