Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > AMAP
Introduction aux AMAPs

le 12 janvier 2011

Introduction aux AMAPs

Pourquoi participer à une AMAP ?

L’AMAP s’appuie sur un contrat qui lie un groupe de consommateurs à un ou plusieurs producteurs locaux : la partie consommatrice paie un abonnement en échange de quoi le(s) producteur(s) leur distribue(nt) leur récolte. Mais, que l’on se place du coté des consommateurs ou du coté des producteurs, quel intérêt y a-t-il à sortir du circuit traditionnel de la grande distribution pour participer à une AMAP ?

Consultez Les pages et outils pour les AMAP

Du coté du producteur, il y a tout à gagner.

Le système des AMAP lui permet d’avoir une bonne visibilité sur une année complète : contrat solidaire basé sur l’engagement financier des consommateurs, ces derniers règlent à l’avance la totalité de leur consommation. Producteur et consommateur partagent ainsi les risques liés aux aléas climatiques : gel, canicule et autres tempêtes. C’est donc l’assurance d’un revenu prévisible, notamment pour des exploitations débutantes qui sont alors en mesure de pondérer leur investissement de départ.

C’est également un avantage pécunier indéniable pour la conversion au bio : le système de l’AMAP est bien souvent l’occasion pour certains de se lancer pleinement dans l’agriculture biologique. Malgré tout, la difficulté reste que la certification coûte souvent trop cher pour ces petits exploitants, raison pour laquelle certains de ces producteurs ne peuvent pas afficher le fameux logo vert Agriculture Biologique même s’ils cultivent de facto en bio.

Pour le consommateur lambda :

L’intérêt d’une telle pratique est essentiellement militant mais pas uniquement.

Par le soutien qu’il apporte à de petits producteurs locaux respectueux de la nature, il lutte contre l’agriculture intensive et productiviste qui est devenue la règle dans la filière agricole standard. C’est donc une réelle démarche de responsabilisation de l’acte d’achat qui fait du consommateur un véritable consom’acteur.

En faisant le choix d’aider à relocaliser l’économie de façon solidaire, il répond à trois objectifs de développement durable :
- le soutien à une économie locale, l’externalité positive de cette relocalisation étant qu’elle est moins émettrice de gaz à effet de serre,
- le respect de l’environnement par l’aide apportée à certains producteurs pour leur passage au bio
- la solidarité par engagement pécunier et le partage des risques reposant sur les récoltes.

Le revers de cet engagement solidaire :

C’est bien sûr que le panier prépayé peut s’avérer plus ou moins plein et plus ou moins varié selon les aléas de la météo. Il peut aussi être remplis de légumes pour lesquels la maisonnée n’a pas forcément le goût. Pas d’inquiétude : la plupart des AMAP distribue en accompagnement des paniers des recettes en lien avec leur contenu qui contenteront les plus récalcitrants aux blettes ! Et c’est un moindre mal car l’AMAP permet au consommateur d’accéder à des produits de saison dans une totale transparence quant à la qualité de ce qu’il achète. En lien direct avec le producteur, il est même très souvent encouragé à venir visiter l’exploitation, l’occasion pour les enfants de voir que les arbres à steak n’existent pas !

En se passant d’intermédiaires et de transport à rallonge, on paie en outre un peu moins cher pour un produit de qualité équivalente (souvent issu de agriculture biologique qu’il soit certifié ou non) dans le circuit de distribution classique.

C’est enfin l’occasion de faire de belles rencontres avec de nombreuses personnes partageant les valeurs de solidarité et de respect de l’environnement lors de la distribution hebdomadaire des paniers.

Consultez Les pages et outils pour les AMAP


5 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

3 messages

  • Introduction aux AMAPs

    Le 17 janvier 2011, par nOOn

    Je souhaite compléter un peu.

    Tout d’abord, l’AMAP se situe encore bien souvent dans l’économie de marché. Les producteurs en viennent à remplir le panier, non pas en fonction du volume de leur production, mais plutôt en fonction des prix du marché : ils calculent ce qu’ils doivent mettre dans le panier pour atteindre les 15 €, en fonction du prix au kilo des légumes (qu’ils obtiennent parfois auprès des grossistes bio). C’est bien en cas de disette, mais on ne profite pas de la profusion de tomates en été...

    Comme la plupart d’entre eux vendent également sur les marchés, il arrive qu’ils réservent les plus beaux produits au marché (qui doit séduire chaque jour) plutôt qu’aux amapiens qui sont déjà séduits et ont déjà payé.

    Il manque à mon sens un engagement du producteur sur une partie de sa récolte AVANT tri. L’amapien s’engage sur une durée et sur l’acceptation de la livraison. Il serait juste que l’amapien reçoive une part (un pourcentage) de la production.

    Le producteur n’est pas le seul responsable de ce fait. L’amapien, presque toujours, souhaite connaitre le prix de ce qu’il achète !

    Parfois même, sous la pression des amapiens, les producteurs deviennent marchands, en achetant et revendant d’autres productions (en général locales)

    Dans l’article vous parlez de producteur et de consommateur. Le terme de consommateur me semble bien réducteur concernant les amapiens.

    • Introduction aux AMAPs

      29 décembre 2011, par stéphan sygiel

      en réponse à nOOn :
      - les prix pratiqués dans les amaps sont établis en fonction d’une "mercuriale"(moyenne des prix observés dans différents types de lieux de vente et entre conventionnelle et bio).
      - dans l’amap que je fréquente, il n’y a pas de favoritisme, les légumes sont cueillis la veille d’être proposer aux adhérents de l’amap ou client des marchés
      - concernant la revente, un maraîcher peut vendre une production extérieure à son exploitation tant que cela n’excède pas 30% du volume globale produit et c’est tout à fait légal.
      votre commentaire Mr nOOn est quelque peu réducteur et vous pratiquer de la désinformation, dans notre amap, les adhérents sont appelés des "consomm’acteurs". alors cessez de généraliser, vous manquez de discernement à mon sens !

      • Introduction aux AMAPs

        16 novembre 2014, par Vovo

        Je faisais partie d’une AMAP cette année...
        Oui faisais, parce que je ne renouvellerais pas l’expérience l’année prochaine.
        Comme le dit nOOn, j’ai vraiment eu l’impression qu’on me réservait des produits invendables.
        Je n’ai rien contre les légumes moches, mon père et mon beau père jardinaient et faisaient du bio et jamais je n’ai eu de légumes de ce genre...
        Radis de 200g immangeables
        Remplissage de paniers avec des bettes une fois sur deux minimum
        Légumes qui pourrissent rapidement.
        Pommes talées grosses comme des clémentines...
        J’en passe.
        Et pour quand même 400€ et bien je n’ai vraiment pas eu l’impression d’en avoir pour mon argent.
        L’année prochaine, je ferais sans AMAP, j’irais voir des petits producteurs bio locaux et j’aurais probablement moins l’impression de me faire pigeonner.
        Celui qui généralise n’est peut être pas celui qu’on croit.


ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Eco-Hameau d'Andral (Elargissement dans le 46)

Projet : Habitat groupé écologique de 25 maisons, dont 17 sont construites ou en cours, entourées de 7 ha de terres. Il reste des parcelles disponibles. Projet intergénérationnel monté en SCIA. (...)

Créé un Lieu de Vie (Graines d’Avenir dans le 31)

Projet : Bonjour,je souhaiterais créé un lieu de vie sociaux educatif dans l'accompagnement de jeunes en rupture famillial,social,scolaire....par une méthode alternative au shéma classique....se (...)

Communauté et Achat Commun ou en Vente à Terme (Graines d’Avenir dans le 58)

Projet : Bonjour, De nombreuses fermes avec grange et terrain dans l'Allier ou la Nièvre coûtent entre 10 000 et 25 000 euros. Nous achèterons d'ici l'été, surtout en VAT ou en location-vente et (...)

Terrain Plein de Vie! (Arts de Vie dans le 11)

Projet : Bon jour lumineux et lumineuses ! Être tranquille, composer la solitude, vivre en toute simplicité et autonomie avec ce que m'offre la nature et pouvoir me ressourcer sur un terrain pour (...)

Quelque Part entre Clermont-Ferrand Sud et Massiac (Graines d’Avenir dans le 63)

Projet : Bonjour, Comme une bouteille à la mer, un message dans l'océan d'Internet pour un projet en phase de recherche. Nous sommes un couple avec 2 enfants (4 et 2 ans) et souhaitons trouver et/ou (...)

Passons à la Pratique ! (La Lutte Continue)

Projet : je propose de créer un lieu de production de bio gaz habillés en gilet jaune. pour commencer. l'idée est de montrer que nous pouvons se rejoindre le samedi pour bosser, pendant que d'autres (...)

Besoin d'un Coup de Main ? Envie de Partager votre Projet ? (Ecovolontariat)

Projet : A partir de janvier, je me donne le temps de sillonner la France pour découvrir des lieux alternatifs, plutôt dans le domaine éducatif ou social mais pas que.
Offre : Je suis sophrologue et (...)

Possible Service Civique (Ecolieux existants dans le 40)

Projet : Mission de Service Civique pour février 2019 Dans un eco-hameau. Le volontaire échangera des savoirs (culture de haies fruitières, forêt nourricière, semences, sols...) et pratiques (...)

Formation de Facilitateur en Permaculture (Permaculture dans le 71)

Projet : 4 jours intenses pour apprendre à transmettre les bases de la permaculture de manière ludique et intégrative : jeux, méthodes, dynamiques du groupes, outils de coopération, clés de (...)